Facebook : Cash Investigation dévoile la dureté de la tâche des modérateurs de contenus

Alexandre Boero Contributeur
25 septembre 2019 à 15h04
0
Stage Facebook
© Tero Vesalainen / Shutterstock.com

Le géant des réseaux sociaux, Facebook, emploie une armée de modérateurs de contenus. Une activité psychologiquement douloureuse, pour certaines de ces petites mains du Web.

Après les nombreux scandales, et notamment celui faisant suite à la tuerie de Christchurch le 15 mars dernier, Facebook a été plus que jamais pointée du doigt pour la facilité de certains individus à poster des commentaires, posts, vidéos et photos choquants. La société lutte au quotidien pour nettoyer son principal réseau social des images violentes et inappropriés qui y circulent. Une tâche particulièrement ingrate, dans tous les sens du terme.

Un modérateur de Facebook doit garder le secret sur son activité

Un journaliste de Cash Investigation, le magazine de France 2, est parvenu à intégrer les rangs de l'un des prestataires de Facebook en matière de modération de contenus, le poids lourd mondial Accenture. Le sous-traitant gère le marché français de Facebook depuis des bureaux situés du côté de Lisbonne, au Portugal.


Notons que le journaliste ignore totalement pour qui il va travailler, jusqu'au jour J. Au moment de prendre son poste et d'apprendre qu'il va faire de la modération pour le compte de Facebook, on lui interdit de révéler à qui que ce soit pour qui il bosse. « Officiellement, tu travailles pour Accenture », lui dit-on. Sur le papier, c'est vrai, mais en réalité, c'est un peu une vie d'agent double que doivent assumer les nettoyeurs de Facebook. Ces derniers signent d'ailleurs une clause de confidentialité, qui peut les faire passer directement par la case tribunal en cas de rupture de la disposition contractuelle.

Une faible rémunération

Si l'on pense avancer avec sérénité, on déchante vite. Car être en charge de la modération sur le réseau social le plus utilisé de la planète, c'est voir toutes les horreurs du monde, en ayant pour seul pouvoir de supprimer le contenu. La nudité, même déplacée, paraît totalement dérisoire à côté de certaines images. D'autant que parfois, des photos ou des vidéos suggestives ne sont pas écartées.


« Il est en train de se faire décapiter là », lâche le journaliste à un moment. Il est en train de visionner une vidéo de décapitation à l'arme blanche, pas si bien floutée à l'écran. Le reporter a du mal à s'en remettre. Et on le comprend.

Pour seulement 800 euros (montant brut !) par mois, la tâche est ingrate, souvent écœurante. Certains sont choqués mais apprennent à faire la part des choses, avec le temps. C'est le cas d'une des modératrices, qui considère faire le bien en « évitant à un jeune de 12 ans de tomber sur certaines horreurs ». Cela pourrait presque ressembler à un sacrifice pour certains, assistés par un psychologue au bureau. Ou l'amour du sang, peut-être. Facebook emploie 15 000 modérateurs dans le monde.

Source : france.tv
Modifié le 25/09/2019 à 15h43
41 réponses
19 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla apporte des améliorations à sa Model 3 (et des hausses de prix)
Le navigateur Brave atteint les huit millions d'utilisateurs
19 heures et 16 minutes : Qantas s'offre le record du plus long vol du transport aérien
Lime officialise le retrait de sa flotte de trottinettes électriques à Marseille
M6, France Télévision et TF1 engagent un triple Salto... pour espérer retomber sur leurs pieds
Du code malveillant utilise un format audio pour éviter les antivirus
L'armée américaine n'utilisera plus d'antiques disquettes pour coordonner ses frappes nucléaires
Le fichier des véhicules assurés entre en vigueur, et les forces de l'ordre comptent bien l'utiliser
Une nouvelle taxe appliquée sur les billets d'avion dès 2020, pour financer les transports propres
Le réchauffement climatique s’est encore accentué depuis 2015

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top