Facebook : Cash Investigation dévoile la dureté de la tâche des modérateurs de contenus

25 septembre 2019 à 15h04
0
Stage Facebook
© Tero Vesalainen / Shutterstock.com

Le géant des réseaux sociaux, Facebook, emploie une armée de modérateurs de contenus. Une activité psychologiquement douloureuse, pour certaines de ces petites mains du Web.

Après les nombreux scandales, et notamment celui faisant suite à la tuerie de Christchurch le 15 mars dernier, Facebook a été plus que jamais pointée du doigt pour la facilité de certains individus à poster des commentaires, posts, vidéos et photos choquants. La société lutte au quotidien pour nettoyer son principal réseau social des images violentes et inappropriés qui y circulent. Une tâche particulièrement ingrate, dans tous les sens du terme.

Un modérateur de Facebook doit garder le secret sur son activité

Un journaliste de Cash Investigation, le magazine de France 2, est parvenu à intégrer les rangs de l'un des prestataires de Facebook en matière de modération de contenus, le poids lourd mondial Accenture. Le sous-traitant gère le marché français de Facebook depuis des bureaux situés du côté de Lisbonne, au Portugal.


Notons que le journaliste ignore totalement pour qui il va travailler, jusqu'au jour J. Au moment de prendre son poste et d'apprendre qu'il va faire de la modération pour le compte de Facebook, on lui interdit de révéler à qui que ce soit pour qui il bosse. « Officiellement, tu travailles pour Accenture », lui dit-on. Sur le papier, c'est vrai, mais en réalité, c'est un peu une vie d'agent double que doivent assumer les nettoyeurs de Facebook. Ces derniers signent d'ailleurs une clause de confidentialité, qui peut les faire passer directement par la case tribunal en cas de rupture de la disposition contractuelle.

Une faible rémunération

Si l'on pense avancer avec sérénité, on déchante vite. Car être en charge de la modération sur le réseau social le plus utilisé de la planète, c'est voir toutes les horreurs du monde, en ayant pour seul pouvoir de supprimer le contenu. La nudité, même déplacée, paraît totalement dérisoire à côté de certaines images. D'autant que parfois, des photos ou des vidéos suggestives ne sont pas écartées.


« Il est en train de se faire décapiter là », lâche le journaliste à un moment. Il est en train de visionner une vidéo de décapitation à l'arme blanche, pas si bien floutée à l'écran. Le reporter a du mal à s'en remettre. Et on le comprend.

Pour seulement 800 euros (montant brut !) par mois, la tâche est ingrate, souvent écœurante. Certains sont choqués mais apprennent à faire la part des choses, avec le temps. C'est le cas d'une des modératrices, qui considère faire le bien en « évitant à un jeune de 12 ans de tomber sur certaines horreurs ». Cela pourrait presque ressembler à un sacrifice pour certains, assistés par un psychologue au bureau. Ou l'amour du sang, peut-être. Facebook emploie 15 000 modérateurs dans le monde.

Source : france.tv
Modifié le 25/09/2019 à 15h43
56
21
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

La planète est confinée ! Le ralentissement est visible depuis l'espace.
L'union sacrée des télécoms européens, qui vont partager leurs données pour lutter contre le coronavirus
Coronavirus : le traçage numérique
Confinement : la nouvelle attestation de déplacement dérogatoire est disponible en téléchargement
Elon Musk fait un don de 50 000 masques et 1200 respirateurs... pour se racheter ?
Comment choisir la bonne diagonale pour son téléviseur ?
L'empreinte carbone issue de la consommation des Français a chuté de deux-tiers avec le confinement
Xiaomi lancera la très attendue Mi TV 4S 65
Coup dur chez HPE : des SSD destinés aux entreprises pourraient se briquer après 40 000 heures
Le stockage d’énergie sous forme d’hydrogène fait un bond en avant
scroll top