Après la tuerie de Christchurch, Facebook durcit l'accès à sa fonctionnalité Live

Mathieu Grumiaux Contributeur
16 mai 2019 à 07h00
0
Facebook Live

Facebook va restreindre la fonction de diffusion en direct aux personnes ayant déjà enfreint ses politiques d'utilisation.

Il promet aussi que les copies des vidéos sensibles seront plus rapidement détectées et supprimées grâce à de nouvelles technologies de reconnaissance.

La première ministre néo-zélandaise appelle les réseaux sociaux à prendre leurs responsabilités


Facebook n'a pas choisi la date de ces annonces au hasard. Ce mercredi 15 mai, la première ministre de la Nouvelle-Zélande, Jacinda Ardern, rencontre Emmanuel Macron à Paris. Les deux chefs d'Etat vont présenter « l'appel de Christchurch », un texte visant à lutter contre le terrorisme en ligne.

Il fait suite au massacre perpétré par un militant nationaliste qui a ouvert le feu dans deux mosquées de la ville, faisant 51 victimes et 49 blessés. Le tueur avait filmé et diffusé en temps réel son crime sur Facebook Live et la plateforme avait mis 17 minutes avant de supprimer la vidéo vues par des millions d'utilisateurs du réseau social.

Le texte appelle notamment les plateformes en ligne à mieux encadrer leurs outils dediffusion en direct, ce à quoi Facebook répond aujourd'hui par une série d'actions mises en oeuvre.

Des mesures timides pour répondre à un gros problème


La première sera de restreindre l'utilisation de Facebook Live aux abonnés ayant déjà enfreint les politiques d'utilisation « les plus sensibles » du réseau social. « Par exemple, quelqu'un qui partage un lien vers un communiqué d'un groupe terroriste sans élément de contexte se verra immédiatement interdire l'utilisation de Facebook Live pour une période déterminée » donne comme exemple Facebook, qui ajoute dans ce cas appliquer une interdiction de 30 jours.

L'entreprise se garde la liste des infractions pouvant conduire à une suspension. Si la mesure est une bonne avancée, elle reste très légère par rapport au risque encouru. Les personnes n'ayant jamais eu de comportements répréhensibles sur Facebook pourront passer à l'acte et diffuser en direct sans que le réseau ne les en empêche.

La deuxième action concerne la copie des contenus diffusés. Après le retrait de la vidéo de la tuerie de Christchurch, des utilisateurs ont eu vite fait de l'enregistrer et de la relayer en masse sur la plateforme. Facebook avait annoncé après coup avoir supprimé 1,5 millions de copies durant les 24 premières heures et 900 versions différentes de la vidéo originale.

Le réseau social va investir 7,5 millions de dollars pour développer une technologie plus aboutie de détection automatique des vidéos. Il va s'associer avec chercheurs des universités du Maryland, Cornell et Berkeley dans ce but et espère proposer une suppression automatique plus efficace à l'heure où le nombre de vidéos postées sur Facebook ne cesse de s'accroître.

Facebook ne donne aucune fenêtre d'intégration de ces nouveaux outils qui semblent très limités par rapport au problème de fond provoqué par Facebook Live ces derniers mois.

Source : NDTV
6 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
A peine lancée aux USA, Apple annonce que sa Card serait sensible au jean et au cuir
Un chercheur français a trouvé une faille critique dans le système de vote russe

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top