Sur Facebook, les politiciens peuvent dire ce qu'ils veulent, même si cela est faux ou haineux

26 septembre 2019 à 13h15
0
Facebook Ombre
© AlexandraPopova / Shutterstock.com

Sur Facebook, tous les utilisateurs sont soumis au respect des conditions d'utilisation. Ils ont notamment l'interdiction de publier des contenus incitant à la haine ou des fake news. Tous ? Non. Un petit groupe de privilégiés résiste encore et toujours aux règles : les politiciens.

Facebook a officialisé ce dont on pouvait déjà se douter : ses standards et conditions d'utilisation imposés à la communauté ne s'appliquent pas aux politiciens, qui bénéficient d'un passe-droit sur le réseau social.

Pas de factchecking pour les politiciens sur Facebook

C'est Nick Clegg, chargé de la communication et des affaires internationales pour Facebook et lui-même ancien membre du parlement au Royaume-Uni, qui a confirmé dans une note de blog ce traitement particulier réservé aux individus issus de la classe politique.

« Nous ne pensons pas que c'est un rôle approprié pour nous d'arbitrer les débats politiques, d'empêcher un politicien d'atteindre le public et de devenir sujet de débat public. C'est pourquoi Facebook exempte les politiciens de notre programme de factchecking par un tiers », explique-t-il. Les annonces ou contenus publiés par des politiciens sur Facebook ne font donc jamais l'objet de vérification par la plateforme ou ses partenaires.

Seule intervention que s'autorise Facebook : quand un politicien partage un contenu (lien, photo ou vidéo) qui a déjà été « débunké » dans le passé et identifié comme étant un fake, l'algorithme relègue la publication au second plan, des informations émanant du factcheckeur tiers sont affichées et le post ne peut pas être mis en avant, même en payant.

Facebook veut rester une plateforme de débat

Le réseau social a aussi mis en place un principe qu'il appelle « exemption par intérêt public ». Concrètement, celui-ci permet sous certaines conditions de ne pas supprimer un contenu ou punir son auteur, même si sa déclaration ou le message qu'il partage enfreint certaine règles. « Nous l'autoriserons toujours sur notre plateforme si nous croyons que l'intérêt public l'emporte sur le risque de préjudice », fait savoir Clegg.

Pour juger si un contenu est « d'intérêt public », Facebook s'appuie sur plusieurs facteurs : les circonstances propres à chaque pays (par exemple s'il y a des élections en cours ou si le pays est en guerre), la nature du discours et la structure politique du pays (dont le niveau de liberté de la presse). Un contenu qui viole les conditions peut donc être toléré, mais ne peut pas être mis en avant par le réseau social moyennant finance.

Source : Ars Technica
Modifié le 26/09/2019 à 13h17
8
9
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture électrique : combien coûte la recharge à domicile ? (MàJ Juillet 2020)
En réponse à des accusations de harcèlement des têtes tombent chez Ubisoft
Bosch dévoile son vélo concept électrique et tout suspendu
L'administration Trump va bientôt se passer des entreprises qui utilisent des appareils Huawei
L'Union européenne mise sur le développement d'un hydrogène propre
Far Cry 6 confirmé par Ubisoft, la présentation programmée au 12 juillet
Microsoft Flight Simulator sortira le 18 août sur PC
Thunderbolt 4 : 40 Gb/s ,mais Intel veut du 32 Gb/s en PCIe et la prise en charge double 4K
Taxe GAFA : 1,3 milliard de dollars de frais de douane pour la France... et 6 mois pour changer la donne
Apple recommande de ne pas fermer votre MacBook si vous en cachez la webcam… voilà pourquoi
scroll top