Sur Facebook, les politiciens peuvent dire ce qu'ils veulent, même si cela est faux ou haineux

26 septembre 2019 à 13h15
0
Facebook Ombre
© AlexandraPopova / Shutterstock.com

Sur Facebook, tous les utilisateurs sont soumis au respect des conditions d'utilisation. Ils ont notamment l'interdiction de publier des contenus incitant à la haine ou des fake news. Tous ? Non. Un petit groupe de privilégiés résiste encore et toujours aux règles : les politiciens.

Facebook a officialisé ce dont on pouvait déjà se douter : ses standards et conditions d'utilisation imposés à la communauté ne s'appliquent pas aux politiciens, qui bénéficient d'un passe-droit sur le réseau social.

Pas de factchecking pour les politiciens sur Facebook

C'est Nick Clegg, chargé de la communication et des affaires internationales pour Facebook et lui-même ancien membre du parlement au Royaume-Uni, qui a confirmé dans une note de blog ce traitement particulier réservé aux individus issus de la classe politique.

« Nous ne pensons pas que c'est un rôle approprié pour nous d'arbitrer les débats politiques, d'empêcher un politicien d'atteindre le public et de devenir sujet de débat public. C'est pourquoi Facebook exempte les politiciens de notre programme de factchecking par un tiers », explique-t-il. Les annonces ou contenus publiés par des politiciens sur Facebook ne font donc jamais l'objet de vérification par la plateforme ou ses partenaires.

Seule intervention que s'autorise Facebook : quand un politicien partage un contenu (lien, photo ou vidéo) qui a déjà été « débunké » dans le passé et identifié comme étant un fake, l'algorithme relègue la publication au second plan, des informations émanant du factcheckeur tiers sont affichées et le post ne peut pas être mis en avant, même en payant.

Facebook veut rester une plateforme de débat

Le réseau social a aussi mis en place un principe qu'il appelle « exemption par intérêt public ». Concrètement, celui-ci permet sous certaines conditions de ne pas supprimer un contenu ou punir son auteur, même si sa déclaration ou le message qu'il partage enfreint certaine règles. « Nous l'autoriserons toujours sur notre plateforme si nous croyons que l'intérêt public l'emporte sur le risque de préjudice », fait savoir Clegg.

Pour juger si un contenu est « d'intérêt public », Facebook s'appuie sur plusieurs facteurs : les circonstances propres à chaque pays (par exemple s'il y a des élections en cours ou si le pays est en guerre), la nature du discours et la structure politique du pays (dont le niveau de liberté de la presse). Un contenu qui viole les conditions peut donc être toléré, mais ne peut pas être mis en avant par le réseau social moyennant finance.

Source : Ars Technica
Modifié le 26/09/2019 à 13h17
8
9
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Windows 7 : il existe un hack pour obtenir les mise à jour de sécurité malgré la fin du support
Microsoft va encore vous inciter à passer de Windows 7 à 10, en plein écran cette fois
Les prix français du Mac Pro sont annoncés, et ils grimpent jusque 62 500€
En Chine, les premiers hybrides singes-cochons, conçus pour des transplantations, sont nés
Au cas où vous auriez 11 000€ en trop, le Mac Pro et son écran XDR seront disponibles le 10 décembre
Sony : la PS5 sera remplacée plus rapidement que la PS4, une version Pro prévue pour 2023
Depuis la démocratisation des smartphones les gens ont plus d'accident dus à leur téléphone #SansDec
Contrôle technique : le CNPA alerte sur d'importants retards en 2019
L'Union européenne débloque 3 milliards pour la recherche sur les batteries électriques
Selon une étude, 46 % des Français envisageraient d'acheter une voiture électrique ou hybride

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

Abonnez-vous !

Vous n'avez pas le temps de venir nous lire ? Recevez notre newsletter quotidienne ou suivez-nous sur les réseaux sociaux !
scroll top