Sur Facebook, les politiciens peuvent dire ce qu'ils veulent, même si cela est faux ou haineux

26 septembre 2019 à 13h15
8
Facebook Ombre
© AlexandraPopova / Shutterstock.com

Sur Facebook, tous les utilisateurs sont soumis au respect des conditions d'utilisation. Ils ont notamment l'interdiction de publier des contenus incitant à la haine ou des fake news. Tous ? Non. Un petit groupe de privilégiés résiste encore et toujours aux règles : les politiciens.

Facebook a officialisé ce dont on pouvait déjà se douter : ses standards et conditions d'utilisation imposés à la communauté ne s'appliquent pas aux politiciens, qui bénéficient d'un passe-droit sur le réseau social.

Pas de factchecking pour les politiciens sur Facebook

C'est Nick Clegg, chargé de la communication et des affaires internationales pour Facebook et lui-même ancien membre du parlement au Royaume-Uni, qui a confirmé dans une note de blog ce traitement particulier réservé aux individus issus de la classe politique.

« Nous ne pensons pas que c'est un rôle approprié pour nous d'arbitrer les débats politiques, d'empêcher un politicien d'atteindre le public et de devenir sujet de débat public. C'est pourquoi Facebook exempte les politiciens de notre programme de factchecking par un tiers », explique-t-il. Les annonces ou contenus publiés par des politiciens sur Facebook ne font donc jamais l'objet de vérification par la plateforme ou ses partenaires.

Seule intervention que s'autorise Facebook : quand un politicien partage un contenu (lien, photo ou vidéo) qui a déjà été « débunké » dans le passé et identifié comme étant un fake, l'algorithme relègue la publication au second plan, des informations émanant du factcheckeur tiers sont affichées et le post ne peut pas être mis en avant, même en payant.

Facebook veut rester une plateforme de débat

Le réseau social a aussi mis en place un principe qu'il appelle « exemption par intérêt public ». Concrètement, celui-ci permet sous certaines conditions de ne pas supprimer un contenu ou punir son auteur, même si sa déclaration ou le message qu'il partage enfreint certaine règles. « Nous l'autoriserons toujours sur notre plateforme si nous croyons que l'intérêt public l'emporte sur le risque de préjudice », fait savoir Clegg.

Pour juger si un contenu est « d'intérêt public », Facebook s'appuie sur plusieurs facteurs : les circonstances propres à chaque pays (par exemple s'il y a des élections en cours ou si le pays est en guerre), la nature du discours et la structure politique du pays (dont le niveau de liberté de la presse). Un contenu qui viole les conditions peut donc être toléré, mais ne peut pas être mis en avant par le réseau social moyennant finance.

Source : Ars Technica
Modifié le 26/09/2019 à 13h17
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
8
9
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

🔥 Apple MacBook Air MQD32FN/A à 799€ au lieu de 999€
Volvo tease le XC40 : son nouveau SUV éléctrique
McAfee lance un antivirus grand public dédié aux gamers
Intérieur, extérieur... Amazon veut qu'Alexa soit tout le temps avec vous
C'est au tour de Mazda de teaser un modèle 100% électrique au Salon Auto de Tokyo
Amazon va présenter aux législateurs ses propres lois sur la reconnaissance faciale
La NVIDIA GeForce GTX 1660 Super arriverait bien en octobre
Android 10 Go va améliorer les performances et la sécurité des smartphones d'entrée de gamme
Beat Saber 360 degrés arrivera d'ici Noël
Les photos presse du OnePlus 7T et 7T Pro en fuite la veille du lancement
Haut de page