Facebook a secrètement payé des ados 20$ par mois pour accéder à leur téléphone

le 30 janvier 2019 à 18:40
 0
Facebook

Une enquête a révélé que Facebook avait payé des utilisateurs âgés de 13 à 35 ans pour obtenir des données précises quant à l'utilisation de leur smartphone. Et ce, au mépris le plus total des règles d'utilisation d'Apple, qui avait interdit l'application incriminée.

Après les innombrables scandales de 2018, Facebook semble bien décidé à repartir du bon pied en 2019 ! TechCrunch a en effet révélé une nouvelle affaire : l'entreprise disposerait d'un programme consistant à rémunérer faiblement des utilisateurs, dont des adolescents, pour espionner leur activité sur leur smartphone.

Une application VPN qui joue les infiltrés


L'histoire débute en 2014. À l'époque, Facebook rachète l'entreprise Onavo, pour 120 millions de dollars. Cette dernière développait une application VPN permettant notamment de suivre sa consommation de données mobiles. Sauf que celle-ci envoyait également des informations à Facebook quant aux usages des utilisateurs. Des renseignements qui ont, par exemple, permis à l'entreprise de Mark Zuckerberg de déceler le potentiel de WhatsApp, pour finalement décider de son acquisition.

Facebook avait alors décidé de promouvoir l'application Onavo Protect, dans le but de recevoir davantage d'informations. Mais en juin dernier, Apple a mis à jour sa politique en matière de collecte de données, ce qui rendit alors l'application VPN en infraction avec ces nouvelles conditions et entraîna son bannissement de l'App Store.

Attirer de (très) jeunes utilisateurs


Mais Facebook a plus d'un tour dans son sac. L'entreprise a alors décidé de se passer du consentement d'Apple. Elle a lancé, à la même période, un programme baptisé « Project Atlas », relatif à la collecte de données des utilisateurs. Il se traduit notamment par la mise à disposition d'une « nouvelle » application VPN, Facebook Research, qui n'est en réalité qu'une refonte d'Onavo Protect.

Et pour contourner l'App Store, la société a choisi de faire appel à trois services de bêta-testing : BetaBound, uTest et Applause. Ces derniers ont alors fait la promotion du programme, notamment sur Instagram et Snapchat, sans mentionner le nom de Facebook. Sont ciblés les individus de 13 à 35 ans, en demandant une autorisation parentale pour les mineurs.

Les utilisateurs inscrits sont invités à télécharger l'application Facebook Research depuis une URL appartenant à l'entreprise. Ils doivent également installer un certificat root, permettant de s'affranchir de l'approbation d'Apple et d'accorder un accès à toutes leurs données. Une procédure permet à l'application de tourner en arrière-plan et de communiquer à Facebook, entre autres, les messages privés envoyés dans les applications, y compris les photos et vidéos, les mails, les sites consultés ou les recherches effectuées. Le tout en échange de 20 dollars par mois.

Facebook ne respecte pas les règles d'Apple


Finalement, où est le problème ? Après tout, le programme indique les données qui seront collectées (mais sans rentrer dans le détail) et un porte-parole de Facebook a assuré que ces informations n'étaient pas partagées avec d'autres acteurs. Il a également réfuté le terme d' « espionnage », arguant que les utilisateurs du programme étaient tous prévenus.

Cependant, on peut premièrement questionner l'aspect moral de la démarche. Payer de jeunes adolescents quelques dollars pour avoir accès à toutes leurs données en ligne ne va certainement pas aider Facebook à redorer son image. Même si le réseau social insiste sur l'obligation de recevoir le consentement des parents et sur la faible proportion d'ados dans le panel.

Deuxièmement, au-delà de cette considération philosophique, l'application Research constitue tout simplement une violation des conditions imposées par Apple. En effet, la société de Tim Cook autorise le système de téléchargement externe d'une application, couplé à l'installation d'un certificat, mais uniquement pour une distribution réservée aux employés d'une entreprise (à des fins de test ou de développement). Il est donc formellement interdit d'inciter des utilisateurs à y recourir.

D'ailleurs, quelques heures après la publication de l'article sur TechCrunch, Facebook a finalement décidé de retirer l'application Research d'iOS. Doit-on y voir un aveu ou une prise de conscience ? En revanche, pour l'heure, aucune décision n'aurait été prise pour son équivalent sur Android, qui permet toujours d'envoyer de nombreuses informations à Facebook.

Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Les plateformes SVoD sont en train de grignoter des parts de marché aux câblo-opérateurs au niveau mondial, mais ces derniers restent encore bien plus rentables avec un chiffre d’affaires estimé de 118 milliards de dollars.
C'est cette année que la célèbre franchise Angry Birds fêtera son dixième anniversaire. Pour célébrer l'événement, les développeurs de Rovio Entertainment proposeront très bientôt un épisode inédit pensé exclusivement pour la réalité augmentée.
06:59 | Jeux vidéo
Le système permet de faire lien entre différentes affaires criminelles afin d’obtenir une liste de suspects potentiels. Les défenseurs des libertés civiles s’inquiètent d’une utilisation discriminatoire de cet outil.
Abordables, performants, régulièrement mis à jour : les smartphones Xiaomi ont de beaux atouts à faire valoir. Ils ont aussi l’énorme avantage d’être facilement modifiables via le root et des ROM modifiées. Ces dernières manipulations deviennent d’ailleurs d’une simplicité enfantine grâce à l’outil XiaoMiTool v2 récemment lancé sur XDA.
Le chef de produit moniteurs de la marque sud-coréenne, Christophe Partridge, détaille pour Clubic les grandes caractéristiques des trois nouveaux écrans Samsung.
24/03 | Écran PC
La rumeur indiquant que Huawei travaille sur deux nouvelles montres connectées semble se vérifier un peu plus aujourd'hui.
Il a étonné autant qu’effrayé les badauds qui s’y sont confrontés : l’énorme Energizer Power Max P18K Pop se cherche un financement pour exister au-delà de sa preuve de concept.
Windows Defender ATP devient Microsoft Defender ATP, et se paie en conséquence une sortie sur macOS pour aider les entreprises à renforcer leur sécurité informatique.
24/03 | Mac OS
Annoncée en janvier dernier, la refonte visuelle de Steam est en bonne voie, comme en témoignent les premiers visuels publiés par Valve à l’occasion de la GDC.
24/03 | Steam
Le fabricant chinois Niu lance en France le U-Pro, son scooter électrique connecté et poids plume taillé pour les citadins.
Le 25 mars prochain, la marque à la pomme dévoilera au monde entier son service de presse intitulé Apple News. Il permettra aux abonnés d'accéder instantanément et en illimité à un large catalogue de magazines et autres journaux des quatre coins du globe. Si l'initiative semble prometteuse, elle fait déjà grincer des dents les patrons de plusieurs grands groupes.
24/03 | Apple
Annoncée par Corsair en janvier à l’occasion du CES 2019 avec deux autres souris, les Harpoon et Ironclaw RGB, la M65 RGB Elite n’est ni plus ni moins qu’une Vengeance M60 revisitée au goût du jour profitant d’un capteur optique de nouvelle génération, d’une petite cure d’amaigrissement ainsi que d’un très léger relooking (mais surtout du RGB).
24/03 | Souris
Le navigateur Chrome va permettre dans les prochaines semaines d’accéder à des documents présents sur son espace de stockage personnel directement depuis le champ de recherche.
24/03 | Google drive
27 entreprises devraient être redevables de la taxe française des géants du numérique chère à Bruno Le Maire.
24/03 | GAFAM
Imaginé par l'autorité sanitaire américaine, le jeu vidéo One Leaves vise à exposer les dangers du tabac aux (jeunes) joueurs, et à les faire arrêter de fumer.
23/03 | Jeux vidéo
scroll top