WhatsApp : Facebook rétropédale sur l’implémentation de publicités

Pierre Crochart
Spécialiste smartphone & gaming
17 janvier 2020 à 14h46
8
WhatsApp Logo
© Facebook

Il aura donc fallu attendre 17 jours pour que 2020 livre sa première bonne nouvelle. D'après le Wall Street Journal, Facebook aurait totalement abandonné l'idée d'introduire des publicités dans les conversations WhatsApp.

Mais loin de Facebook l'idée de renoncer à la monétisation de WhatsApp. Selon le WSJ, les publicités ne s'afficheront simplement qu'au sein des « Statuts » — un ersatz des stories Instagram qui compte plus de 500 millions d'utilisateurs quotidiens. Une option alternative, qui avait été mise sur la table dès que Facebook envisageait de rentabiliser la messagerie qu'il a acquise pour 22 milliards de dollars en 2014.

Les projets de monétisation remaniés

Ne nous réjouissons pas trop vite. Si les informations du Wall Street Journal s'avéraient, l'équipe responsable de l'implémentation des publicités dans les conversations WhatsApp aurait été dissoute, et son travail totalement éradiqué du code de l'application.

N'en déplaise, à cette solution invasive, Facebook aurait donc préféré de repositionner ses espaces publicitaires au sein des Statuts (les stories de WhatsApp donc), dont la popularité va croissant. Une solution bien plus heureuse, en cela qu'elle répliquerait un fonctionnement déjà bien connu des accros aux stories d'Instagram ou de Snapchat. De plus, la plate-forme WhatsApp Business, qui permet aux annonceurs d'entrer en contact direct avec les utilisateurs·rices de WhatsApp contre paiement, va bénéficier d'une attention particulière de la part de Facebook.


Pour l'heure, on ignore encore quand la firme compte mettre son plan de monétisation à exécution. En mai dernier, Mark Zuckerberg tablait néanmoins sur un déploiement courant 2020.

Une solution à court terme incompatible avec les projets de Facebook

On s'en doute : la discrétion des publicités n'est pas le seul élément qui motive Facebook à revoir ses plans pour WhatsApp. Le dessein principal de l'entreprise de Menlo Park reste la mise en place d'une messagerie commune entre WhatsApp, Messenger et Instagram. Un projet d'envergure qui est aussi bien salué par le fait qu'il signerait l'arrivée du chiffrement de bout en bout par défaut sur les trois messageries, que décrié par ce que cela implique en termes de confidentialité.

En réalité, ni l'Union européenne ni les démocrates américains ne semblent très enthousiastes à l'idée d'une messagerie unifiée qui canaliserait à elle seule les données de quelque 2 milliards d'utilisateurs dans le monde. Sans même parler de protection des données personnelles, ce monopole fait s'allumer rouge tous les voyants des régulateurs antitrust.


On ignore encore comment Facebook s'y prendra pour faire converger ses différentes plates-formes, ni même s'il sera — légalement donc — en mesure de le faire. Finalement, il serait peut-être plus simple pour tout le monde d'avoir affaire à de la publicité sur WhatsApp, non ?

Via : The Next Web
Modifié le 17/01/2020 à 16h37
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
8
8
K4minoU
Oui :’(<br /> Mais ce que je supporte pas avec WhatsApp n Co c’est qu’il se plug directement sur nos contacts.<br /> J’ai pas spécialement envie de voir mes collègues dans ma liste d’amis ^^
Yahren
C’est ce qui me gonfle le plus sur cette app… Si encore on pouvait faire des groupes de contacts et gérer ses horaires de disponibiltés…<br /> Pour aspirer les contacts c’est royal pour eux mais pour rendre service a l’utilisateur… Ça fait 10 ans que ça dure, c’est lourd !
K4minoU
Précisément et je supprime toutes ces genres d’app, spécialement si elles demandent des autorisations qui sont un peu exotiques pour ce qu’elles sont censées faire…
ares-team
On a déjà la parade à tout ca.<br /> La grande famille des « MODs ».<br /> GB Whatsapp, Insta+, etc…<br /> Zero pub.<br />
orionb1
j’ai jamais trop compris l’intérêt de WhatsApp et ce qu’il faisait de mieux que Messenger (du coup jamais installé) mais savoir qu’il pompe mon carnet d’adresse me donne encore moins envie de l’installer un jour
yatto
J’ai finalement décidé d’assumer le rôle du c*nnard de service qui a désinstallé Whatsapp pour faire passer un maximum de gens autour de moi sur Signal. Ca finit par marcher : entre installer une application supplémentaire, mais plutôt bien fichue, simple, et respectueuse de leur vie privée, ou bien ne plus jamais reparler à leur fils ou leur frère, la famille s’est pliée.<br /> En plus comme la qualité d’appel est même meilleure que Whatsapp, même entre l’Europe et le bout de famille aux Etats-Unis, ça fait passer la pilule.
juju251
(Je fais référence à un message supprimé)<br /> Pour information, les comptes créés pour vanter les mérites de je ne sais quel «&nbsp;hacker professionnel&nbsp;» (ou encore une belle tentative d’escroquerie), c’est suppression du message et ban immédiat du compte (et aucune discussion n’est possible, faut pas déconner).<br /> Ai-je besoin de rappeler que ce genre de «&nbsp;publicité&nbsp;» est illégale ?<br /> Idem pour tout ce qui est tentative d’escroquerie, hein, c’est «&nbsp;un peu&nbsp;» illégal …
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Xavier Niel fait de l'opération de rachat d'actions d'Iliad un succès
Soldes Amazon: Bénéficiez d'un coupon de réduction sur la caméra de surveillance Victure 1080p
Alphabet dépasse le cap du trillion de dollars de capitalisation
Une ONG accuse YouTube de favoriser la propagation de fake news sur le changement climatique
OnePlus tease son écran 120 Hz
Un député LREM veut inscrire une référence aux Lois de la robotique dans la Constitution
Soldes Darty: Quel est le meillleur compromis enceinte JBL Xtreme Vs Marshall Acton?
CES 2020 : notre récap' des annonces TV, un marché qui bouillonne
Les start-up françaises n'ont jamais autant levé de fonds
Xbox annonce l'arrivée du
Haut de page