L'UE et Washington redoutent l'intégration de WhatsApp et Instagram à Facebook Messenger

Alexandre Boero Contributeur
31 janvier 2019 à 08h45
0
WhatsApp
Tero Vesalainen / Shutterstock.com

Que ce soit du côté de l'Europe ou aux États-Unis, l'inquiétude est palpable après l'annonce d'une possible fusion des réseaux sociaux de la société Facebook, Inc.

Le 25 janvier 2019, Mark Zuckerberg a annoncé dans le New York Times son intention de rassembler Facebook Messenger, WhatsApp et Instagram de manière à ce que les utilisateurs puissent librement communiquer entre eux entre les différentes plates-formes. Que ce soit sur le Vieux Continent ou du côté de Washington, l'heure est à l'inquiétude vis-à-vis de la confidentialité des données.

L'UE est contre le partage transversal des données

En Europe, c'est l'Irlande qui a décidé d'être la voix de l'Union. La Commission de protection des données locale a rapidement sollicité l'organisation d'une réunion avec les représentants de Facebook Ireland. « La Commission irlandaise examinera de très près les projets de Facebook au fur et à mesure de leur développement, en particulier dans la mesure où ils impliquent le partage et la fusion de données à caractère personnel entre différentes sociétés de Facebook », indique la CNIL.

Au sein de l'Union européenne, la possible fusion des réseaux sociaux devra répondre aux exigences du Règlement général sur la protection des données (RGPD), dont les GAFA ne semblent pas - ou font mine de - avoir totalement pris conscience. Facebook avant déjà été condamné à payer 110 millions d'euros d'amende en 2017 par la Commission européenne pour avoir fourni des informations inexactes lors du rachat de WhatsApp. Plus récemment, en mars 2018, le gendarme des données britanniques avait déclaré illégal le partage de données utilisateur par WhatsApp avec sa société mère Facebook.

Les USA regrettent d'avoir laissé Facebook avancer sans contrôle

A Washington, on ne voit pas non plus d'un très bon œil la fusion de Facebook Messenger, WhatsApp et Instagram : « Une fois encore, Mark Zuckerberg semble vouloir violer ses engagements en faveur de la consolidation du contrôle sur les personnes et leurs données », regrette le sénateur démocrate Richard Blumenthal.

Un autre démocrate issu de la chambre des représentants, Ro Khanna, qui dépend de la circonscription californienne où siègent les médias sociaux, estime que « les acquisitions d'Instagram et de WhatsApp par Facebook auraient dû faire l'objet d'une surveillance beaucoup plus poussée ». Il considère que si les trois réseaux sociaux étaient contrôlés par trois entreprises distinctes, la concurrence aurait été favorisée et cela aurait renforcé la protection de la vie privée des utilisateurs.

La Federal Trade Commission (FTC), autorité compétente en la matière, et le ministère américain de la Justice, pourraient essayer de faire appliquer les lois antitrust en vigueur. Mais la fusion pouvant être rapide, il sera peut-être déjà trop tard pour agir...

10 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Le MIT met au point un outil de captation du CO2 plus efficace et moins cher
Une Tesla Model S dépasse le million de kilomètres
L'ancien salarié d'une auto-école condamné pour un avis négatif posté sur Google+
Voitures électriques : au Q3 2019, les ventes mondiales ont chuté de 10 %
Fini le réseau cuivré, Orange veut passer au 100 % fibre à partir de 2023
Taxe GAFA : les USA prêts à taxer les produits français jusqu'à... 100 %
La Volkswagen e-up! 2.0 électrique affiche ses prix en France
D'après Porsche, sa Taycan électrique lui attirerait les clients de Tesla
Recyclage, consommation et énergie, la technologie est-elle un problème... ou une solution ?
Apple renouvellerait ses iPhone deux fois par an à partir de 2021, et c’est une très mauvaise idée

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top