Facebook a volontairement laissé des enfants dépenser l'argent de leurs parents

le 27 janvier 2019 à 15h10
0
enfant ordinateur

Des documents rendus publics, relatifs à une action en justice de 2012, montrent que Facebook savait que son système permettait à des enfants de dépenser de l'argent à l'insu de leurs parents. Mais l'entreprise avait choisi de fermer les yeux et de ne pas rembourser les plaignants.

L'affaire remonte à 2012, mais les documents viennent d'être rendus publics. À l'époque, un recours collectif est intenté contre Facebook, regroupant des parents accusant la plateforme de leur avoir volé de l'argent.

Des parents plumés par Angry Birds sur Facebook


Plus précisément, le problème venait essentiellement des jeux payants présents sur le réseau social, à l'image d'Angry Birds. Particulièrement prisés par les enfants, ils demandaient parfois les données de carte bancaire pour accéder à un niveau spécifique ou acheter de la monnaie virtuelle. Ces informations étaient alors enregistrées de façon à ce que de nouvelles sommes pouvaient être prélevées facilement par la suite, sans demander de nouvelles autorisations. Et sans que les enfants, ni les parents, n'en aient conscience.

En conséquence, certains utilisateurs américains ont eu la mauvaise surprise de découvrir des milliers de dollars de dépenses sur Facebook. Ils se sont alors retournés contre l'entreprise et ont exigé un remboursement, ce qui leur a été refusé. C'est pourquoi ils ont décidé de porter l'affaire devant un tribunal, qui leur a finalement donné raison en 2016.



Petite fraude entre amis


Mais les documents nous en apprennent également sur la façon dont Facebook a traité cet incident en interne. Les notes permettent premièrement de constater que les équipes savaient que leur système ne faisait rien pour empêcher les dépenses induites par des enfants. Elles avaient pourtant conscience qu'un jeu comme Angry Birds regroupait des utilisateurs dont la moyenne d'âge était de... 5 ans.

Certains employés ont pourtant manifesté leur préoccupation quant à ces risques et ont suggéré de rembourser les parents lésés. Mais l'entreprise n'a jamais cédé. Pire encore, dans un mémo interne, Facebook définit cette pratique comme une « friendly fraud » (« fraude amicale »). Et le texte explique ensuite aux développeurs « pourquoi vous ne devez pas essayer de l'empêcher ».

Depuis cette affaire, Facebook a modifié son interface d'assistance relative aux jeux, pour permettre notamment les demandes de remboursement. Parmi les motifs désormais disponibles : « Achat réalisé par une personne de moins de 18 ans ».

Source : Engadget
Modifié le 07/05/2019 à 11h29
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

La RATP et Airbus travaillent ensemble à faire atterrir les taxis volants en France
Facebook modifie son algorithme pour mettre en avant davantage les contenus de nos amis
William Shatner (Star Trek) nous raconte en vidéo comment la NASA va retourner sur la Lune
Une app mobile pour diagnostiquer les otites en
Désenchantée : la saison 2 pour tous sur Netflix dès le 20 septembre
Edge Chromium, la version de développement continue son évolution
Les bactéries océaniques qui produisent de l’oxygène altérées par la pollution plastique
Hyundai et Kia investissent dans Rimac pour développer deux sportives électriques
Fondation / e / : des smartphones Android remis à neuf... les services Google en moins
La dernière maj Xbox One vous permet de voir si vos amis jouent sur PC ou console
Formule E : notre reportage dans l’antichambre des voitures électriques
Des chercheurs conçoivent un réseau de neurones artificiels
Fête des mères, nos 15 idées cadeaux pour gâter votre maman
Mercedes : le constructeur veut des voitures neutres en CO2 d'ici 2039
Être propriétaire de sa voiture, un modèle bientôt dépassé d'après le CEO de Volvo
scroll top