Bouygues Telecom contribue au lancement d’une appli qui veut sauver les océans

Alexandre Boero
Chargé de l'actualité de Clubic
20 novembre 2018 à 15h07
3
pollution-océan.jpg

La Fondation Bouygues Telecom a fait un don pour aider au financement de Ocean's Zero, une application qui vise à réduire ses déchets tout en « sauvant les océans ».

À l'occasion de la Semaine européenne de la réduction des déchets, qui a lieu du 17 au 25 novembre, la Surfrider Foundation Europe, dont le siège est basé à Biarritz, a lancé une application dont l'objectif est de nous à aider à réduire nos déchets.

Un assistant personnel de réduction des déchets

L'ONG environnementale est parvenue à récolter plus de 27 000 euros sur la plateforme de financement participatif Ulule en quelques semaines, alors qu'elle s'était fixée comme objectif de départ de lever 20 000 euros. Bouygues Telecom, qui a imaginé la création de cette application, a contribué via sa fondation.

Disponible sur smartphone via Google Play ou l'App Store, l'application fonctionne comme un assistant personnel permettant aux utilisateurs de contribuer à la réduction des déchets dans les océans.

Pour y parvenir, elle propose de relever 25 défis visant à apprendre les bons réflexes aux utilisateurs. Ocean's Zero propose notamment de refuser les objets jetables et polluants, de changer ses habitudes de consommation, de fabriquer ses propres cosmétiques et sanitaires ou encore de tester ses connaissances sur le sujet.

oceans save coub.jpg

Des éléments qui poussent à l'interaction et à la participation

L'utilisateur peut avancer à son rythme et visualiser sa progression ainsi que l'effet de ses actions sur la planète et sur la vie sous-marine.

Chaque année, ce sont près de 9 millions de tonnes de déchets qui finissent dans les océans. Et la sensibilisation est de mise, puisque 80% de ces déchets ne proviennent pas des rejets en mer mais bien du continent, provoquant un véritable désastre écologique à grande échelle.

Alexandre Boero

Chargé de l'actualité de Clubic

Chargé de l'actualité de Clubic

Journaliste, chargé de l'actualité de CLUBIC. Reporter, vidéaste, animateur et même imitateur-chanteur, j'ai écrit mon premier article en 6ème. J'ai fait de cette vocation mon métier (diplômé de l'EJC...

Lire d'autres articles

Journaliste, chargé de l'actualité de CLUBIC. Reporter, vidéaste, animateur et même imitateur-chanteur, j'ai écrit mon premier article en 6ème. J'ai fait de cette vocation mon métier (diplômé de l'EJCAM), pour écrire, interroger, filmer, monter et produire au quotidien. Des atomes crochus avec la Tech, certes, mais aussi avec l'univers des médias, du sport et du voyage. Outre le journalisme, la prod' vidéo et l'animation, je possède une chaîne YouTube (à mon nom) qui devrait piquer votre curiosité si vous aimez les belles balades à travers le monde, les nouvelles technologies et Koh-Lanta :)

Lire d'autres articles
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Rejoignez la communauté Clubic S'inscrire

Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.

S'inscrire

Commentaires (3)

nicgrover
Le petit Martin aurait-il vendu quelques hectares du parc du château ?? Même si l’entreprise est louable… 27 000 € est une goutte d’eau…<br /> Quid du don…
lordypakna
“Et la sensibilisation est de mise, puisque 80% de ces déchets ne proviennent pas des rejets en mer mais bien du continent”<br /> Du continent lequel? à moins qu’il n’y en ait qu’un seul.
Nmut
C’est bien gentil mais ne faudrait-il pas déjà trouver comment éliminer les décharges sauvages et l’incivilité généralisée qui consiste à laisser ses ordures là ou on est (mégots, restes mc do, bouteilles, canettes, sacs plastiques, journaux, pubs, …<br /> J’ai même vu un nouveau voisin laisser par terre devant sa boite aux lettres ses pubs (emballage plastique d’une y compris). Je l’ai abordé en douceur (premier contact quand même) pour luis dire que ce n’était pas comme ça “ici”, il m’a répondu que c’était bio dégradable et qu’il payait comme nous tous le jardinier pour entretenir les espaces verts du coin… Raisonnement de merde! On ne va pas être potes je sens.
Voir tous les messages sur le forum
Haut de page