Certaines applications Android font des captures de votre écran sans autorisation

le vendredi 06 juillet 2018
unsplash android

En se penchant sur la question des outils de tracking présents dans les smartphones, une équipe de chercheurs a remarqué que certaines applications Android ne se privaient pas d'effectuer des captures d'écran.

Depuis plus d'un an, des chercheurs de l'université Northeastern (États-Unis) cherchent à savoir si certains outils présents sur les mobiles permettent à des entités tierces d'observer les faits et gestes des utilisateurs. Si l'équipe cherchait initialement à prouver que certains smartphones nous écoutent, ils ont trouvé un tout autre résultat. Bien qu'ils n'aient pas trouvé d'éléments attestant du détournement du microphone, d'autres points sont apparus comme plutôt surprenants. Selon le rendu de leur étude, plusieurs applications Android se chargeraient effectivement d'effectuer des captures d'écran à l'insu de leur propriétaire.

Des captures d'écrans prises à n'importe quel moment


Les chercheurs se sont penchés sur le cas de l'application GoPuff, qui fait effectivement des captures d'écran des téléphones, mais qui les envoie également à la société AppSee. Pour ce qui est du rôle de cette dernière, elle se charge de fournir des outils de tracking puissants dont les données sont ensuite récupérées pour faire des analyses comportementales. L'un de ses outils permet ainsi de faire des captures d'écran et des courtes vidéos de l'écran d'un smartphone Android. Des mots de passe, des identifiants ou d'autres informations confidentielles ont très bien pu être enregistrés par ce biais. Après avoir fait cette découverte, les chercheurs ont contacté GoPuff qui aurait apparemment retiré l'API trop curieuse.

Compte tenu du fait que Google demande aux applications présentes sur le Play Store d'indiquer comment les données des utilisateurs sont utilisées, la firme se penche désormais sur le cas. Ce n'est pas la première fois que sa boutique d'application est sujette à des problématiques liées à la confidentialité et à la protection des données des utilisateurs. Il y a quelques mois, le New York Times se penchait sur l'existence d'Alphonsohttps://www.clubic.com/pro/legislation-loi-internet/donnees-personnelles/actualite-841038-android-centaines-apps-espionnent-regardez.html, un logiciel espion qui se serait retrouvé dans environ 200 applications Android, dont certaines sont destinées aux enfants.

Modifié le 06/07/2018 à 15h58
scroll top