La Chine accentue sa surveillance d'Internet

Par
Le 11 octobre 2018
 0
chine surveillance internet.jpg

Dès le mois de novembre, la police chinoise pourra officiellement exiger des fournisseurs d'accès à Internet de leur remettre des données privées d'utilisateur.

Il n'est hélas pas rare que la Chine inspire le malaise, dès lors que l'on touche à la vie privée ou au respect des Droits de ses habitants. La preuve en est avec ce communiqué publié en septembre par le ministère chinois de la Sécurité publique et relayé par nos confrères de Cnet.com.

Celui-ci indique qu'à compter du mois de novembre prochain, les fournisseurs d'accès à Internet auront l'obligation de fournir des données sur l'historique des citoyens dès lors que le drapeau de la cyber-sécurité sera agité.

Par la cyber-sécurité, la Chine conserve un contrôle total sur son maillage interne

Voilà une mesure qui risque de priver un peu plus les habitants de l'Empire du Milieu de leurs droits. Après l'installation de puces traqueuses dans les voitures à partir de 2019, le blocage de l'application de streaming Twitch ou encore la fermeture récente de milliers de sites Internet, les autorités chinoises ne comptaient pas s'arrêter en si "bon" chemin. Le fait de pouvoir exiger des FAI locaux la livraison d'informations privées sous couvert de la cyber-sécurité ne fait que renforcer la volonté du pouvoir en place : conserver un contrôle total de l'Internet en Chine.

La police pourra également procéder à des inspections sur les FAI eux-mêmes, que ce soit sur place ou à distance. Histoire, vous l'aurez compris, de dissuader tout fournisseur un peu rebelle ou récalcitrant de ne pas collaborer. Informations d'enregistrement, journaux Internet... les autorités pourront ratisser large.

La Chine veut limiter les risques

En retour, tout de même, la police devra informer à l'avance du moment où elle procédera à une inspection, de façon à éviter tout dommage matériel. Leurs inspecteurs auront le pouvoir d'évaluer si une telle ou telle entreprise a bien pris les mesures de précaution nécessaires en matière de cyberattaques, de propagation de contenus illégaux, de protection de la sécurité nationale ou encore d'enquêtes pénales et d'activités terroristes.
Modifié le 10/10/2018 à 18h11
scroll top