Singapour teste le bus autonome sans conducteur Volvo

Alexandre Boero Contributeur
06 mars 2019 à 14h56
0
bus-electrique-volvo.jpg
NTU

L'Université technologique de Nanyang et le constructeur Volvo testent ensemble le premier bus électrique autonome au monde. Avant le basculement prochain sur des routes publiques.

Alors que le Salon de Genève enchante la planète automobile, prenons la direction de Singapour où l'Université technologique de Nanyang (NTU) et Volvo, partenaires, développent et mènent des essais de bus autonome destiné à être utilisés pour assurer des services réguliers sur les routes publiques. Le bus électrique en question, le Volvo 7900, est un beau bébé puisqu'il mesure 12 mètres de long, est équipé de 36 sièges et peut transporter jusqu'à 80 passagers.

Un bus propre, autonome, paré contre les cyber-intrusions


Le Volvo 7900 est doté de nombreux capteurs et embarquent des commandes de navigation entièrement gérées par un système qui dépend d'une intelligence artificielle. Le système IA est protégé par des barrières de cybersécurité que la NTU affirme être « de pointe », mises en place pour prévenir les potentielles cyber-intrusions. Les premiers tests ont lieu sur le campus de l'université et doivent rapidement s'étendre au-delà de sa clôture.

Outre son autonomie, sa relative propreté nous intéresse. Le bus, silencieux et sans émissions, utilise 80 % d'énergie en moins qu'un bus diesel d'une taille équivalente. Il s'agit du tout premier autobus totalement électrique et autonome conçu par le constructeur suédois. « Il représente une étape clé pour l'industrie et une étape importante vers notre vision d'une ville plus propre, plus sûre et plus intelligente », indique Hakan Agnevall, Président de Volvo Buses, la division d'autobus et d'autocars du groupe.


Un logiciel de recherche autonome conçu pour une conduite douce


Le Volvo 7900 est équipé d'un logiciel de recherche autonome du constructeur, connecté aux commandes principales du véhicule et à plusieurs capteurs. Le logiciel, optimisé par des chercheurs de NTU, fonctionne avec un système d'IA relié à des capteurs, ce qui permet la bonne exploitation autonome du bus.

Le logiciel est à la fois relié à des capteurs de détection et de télémétrie, à des caméras à 360° qui capturent des images en 3D, et à un système de navigation par satellite utilisant la cinématique en temps réel. Au final, le système est proche d'un GPS classique, mais utilise diverses sources de données pour permettre une précision de localisation au centimètre, fiable. Ce système est relié à une unité de mesure inertielle qui détermine la vitesse latérale et angulaire du bus, permettant une navigation de l'engin sur des terrains accidentés et denses.

1 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX
PS5 : la fuite d'un brevet révèle un design plutôt original
L'astéroïde Apophis qui frôlera la Terre en 2029 est-il vraiment dangereux ?
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
A peine lancée aux USA, Apple annonce que sa Card serait sensible au jean et au cuir

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top