Singapour teste le bus autonome sans conducteur Volvo

le 06 mars 2019
 0
bus-electrique-volvo.jpg
NTU

L'Université technologique de Nanyang et le constructeur Volvo testent ensemble le premier bus électrique autonome au monde. Avant le basculement prochain sur des routes publiques.

Alors que le Salon de Genève enchante la planète automobile, prenons la direction de Singapour où l'Université technologique de Nanyang (NTU) et Volvo, partenaires, développent et mènent des essais de bus autonome destiné à être utilisés pour assurer des services réguliers sur les routes publiques. Le bus électrique en question, le Volvo 7900, est un beau bébé puisqu'il mesure 12 mètres de long, est équipé de 36 sièges et peut transporter jusqu'à 80 passagers.

Un bus propre, autonome, paré contre les cyber-intrusions


Le Volvo 7900 est doté de nombreux capteurs et embarquent des commandes de navigation entièrement gérées par un système qui dépend d'une intelligence artificielle. Le système IA est protégé par des barrières de cybersécurité que la NTU affirme être « de pointe », mises en place pour prévenir les potentielles cyber-intrusions. Les premiers tests ont lieu sur le campus de l'université et doivent rapidement s'étendre au-delà de sa clôture.

Outre son autonomie, sa relative propreté nous intéresse. Le bus, silencieux et sans émissions, utilise 80 % d'énergie en moins qu'un bus diesel d'une taille équivalente. Il s'agit du tout premier autobus totalement électrique et autonome conçu par le constructeur suédois. « Il représente une étape clé pour l'industrie et une étape importante vers notre vision d'une ville plus propre, plus sûre et plus intelligente », indique Hakan Agnevall, Président de Volvo Buses, la division d'autobus et d'autocars du groupe.


Un logiciel de recherche autonome conçu pour une conduite douce


Le Volvo 7900 est équipé d'un logiciel de recherche autonome du constructeur, connecté aux commandes principales du véhicule et à plusieurs capteurs. Le logiciel, optimisé par des chercheurs de NTU, fonctionne avec un système d'IA relié à des capteurs, ce qui permet la bonne exploitation autonome du bus.

Le logiciel est à la fois relié à des capteurs de détection et de télémétrie, à des caméras à 360° qui capturent des images en 3D, et à un système de navigation par satellite utilisant la cinématique en temps réel. Au final, le système est proche d'un GPS classique, mais utilise diverses sources de données pour permettre une précision de localisation au centimètre, fiable. Ce système est relié à une unité de mesure inertielle qui détermine la vitesse latérale et angulaire du bus, permettant une navigation de l'engin sur des terrains accidentés et denses.

Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Les iPhone 2020 seraient pourvus de modems 5G provenant de chez Qualcomm... et Samsung
#Rediff | Comparatif 2019 : quelles sont les meilleures enceintes pour PC ?
Le Sri Lanka bloque les principaux réseaux sociaux après la vague d'attentats
GTX 1650 : sortie le 24 avril à partir de 150€
Galaxy Fold : Samsung retarde officiellement la sortie de l'appareil, voici pourquoi
Les moules de l’iPhone XI confirment la présence d’un trio d’APN disposé en triangle
Bose annonce la compatibilité de trois de ses enceintes avec AirPlay 2
Pour le patron de Toyota, aucun constructeur ne rentabilise ses véhicules électriques
Quand le machine learning permet de donner un sérieux coup de jeune à de vieux jeux vidéo
Après le meurtre d'une étudiante, Uber et Lyft renforcent leurs mesures de sécurité
Projet BlackHoles@Home : prêtez la puissance de calcul de votre ordinateur à la science
Dans son rapport 2018, l'ANSSI fait état d'une cybermenace plus forte que jamais en France
Un fossile de bébé Tyrannosaure en vente sur eBay, pour 2,95 millions de dollars
Test AKG Y500 : tout le son AKG dans un casque supra-aural élégant
Pourquoi YouTube a-t-il tant de mal à modérer ses contenus ? La CEO répond à la question
scroll top