Streaming : l'État veut contraindre les plateformes à investir 25 % de leur chiffre d'affaires en France

16 janvier 2020 à 08h15
0
Netflix et iPad
© hutterstock.com

Le ministre de la Culture, Franck Riester, voudrait pousser les plateformes de SVoD comme Netflix ou Prime Video à réinvestir une partie de leurs revenus dans la création française.

Le gouvernement français semble vouloir prendre la main sur les activités des géants du streaming vidéo qui enregistrent de forts revenus dans l'hexagone. Mardi 14 janvier, le ministre de la Culture, Franck Riester, a reçu des représentants des filières du cinéma et de l'audiovisuel français. Au menu des discussions : la future réforme de l'audiovisuel, présentée en fin d'année dernière, censée revoir le modèle de financement des films et créations françaises. Il a ainsi été question du rôle qu'ont à jouer les grandes plateformes de streaming.

Un gouffre à combler entre les chaînes de télévision françaises et les services de SVoD américains

L'idée du ministre de la Culture et de la réforme de l'audiovisuel est de rééquilibrer les forces en présence : chaînes de télévision et plateformes en ligne. Car aujourd'hui, un gouffre demeure. Les diffuseurs sont bloqués par davantage de contraintes que les services de SVoD, dont la réglementation qui les entoure est pour l'instant légère.


Franck Riester souhaite qu'à l'instar des chaînes de télévision françaises, qui ont des obligations d'investissement dans la production, les plateformes en ligne comme Netflix, Prime Video et très bientôt Disney+ soient concernées par ces mêmes règles.

La France veut que les plateformes vidéo passent à table

Pour y parvenir, le ministre pourra faire jouer la directive européenne SMA (Services de médias audiovisuels), qui prévoit depuis sa dernière révision en décembre 2018 que « les fournisseurs de services de médias audiovisuels à la demande doivent veiller à ce que leurs catalogues contiennent une part minimale de 30 % d'œuvres européennes et qu'elles soient suffisamment mises en valeur ».


Grâce à la réforme de l'audiovisuel français, cette directive sera transposée et pourra enfin s'appliquer sur le territoire.

Jusqu'à maintenant, les chaînes publiques et privées françaises contribuent à la création audiovisuelle et cinématographique en reversant entre 13 et 20 % de leur chiffre d'affaires. Seules. Dans l'idéal, Franck Riester souhaiterait que les plateformes mondiales investissent jusqu'à 25 % de leur chiffre d'affaires (réalisé en France) dans la création française. C'est désormais une période de négociations qui va s'ouvrir entre tous ces secteurs et l'État, qui entend bien avoir le dernier mot.

Source : Mediapart
Modifié le 16/01/2020 à 09h41
14
14
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Windows 7 est mort ? Canonical vous invite à essayer Ubuntu
Reconnaissance faciale : l'Union européenne pourrait interdire la technologie pendant 5 ans
Voitures électriques : le réseau de chargeurs Ionity facturera désormais au kWh
La 5G, une aberration écologique… et économique ?
Cyberpunk 2077 repoussé au mois de septembre
Un député LREM veut inscrire une référence aux Lois de la robotique dans la Constitution
Une ONG accuse YouTube de favoriser la propagation de fake news sur le changement climatique
La baisse de prix sur les cartes graphiques Nvidia GeForce RTX 2060 est officielle !
Le nouveau navigateur Microsoft Edge basé sur Chromium est dispo au téléchargement
Sony prévoit de sortir Horizon Zero Dawn sur PC

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top