SVoD : Netflix et ses concurrents ont vu leur chiffre d'affaires doubler en France en 2018

09 mai 2019 à 17h53
1
Netflix
Denys Prykhodov / Shutterstock.com

Les services de SVoD ont permis au marché de quasiment doubler en France entre 2017 et 2018, avec des recettes liées aux abonnements proches du demi-milliard d'euros.

Le Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) a sans surprise dédié une partie de son bilan 2018 au marché de la SVoD (vidéo à la demande par abonnement) et à son essor. Son ampleur est telle que son acteur majeur, Netflix, réalise en France une audience similaire à celle de la cinquième chaîne de la TNT, soit plusieurs centaines de milliers d'internautes chaque jour. En un an, le marché a quasiment doublé. Sur les deux dernières années, il a quadruplé. Et tout cela rapporte de l'argent à l'industrie.

Les Français sont dingues de Netflix

En 2018, le CNC estime à 455 millions d'euros les revenus du marché de la vidéo à la demande issus de l'abonnement. Cette part, qui constitue 67% des revenus du marché, n'était que de 51,3% en 2017, et de 11% en 2014. Ce demi-milliard d'euros représente aussi plus du tiers des recettes liées aux entrées cinémas en France en 2018 (1,34 milliard d'euros) et est près de quatre fois plus importante que les revenus provenant du marché publicitaire de la télévision de rattrapage, estimés à 125 millions d'euros l'an dernier.

Selon le CNC, la France compterait environ 6 millions d'abonnés en France, dont une grande partie se trouve chez Netflix. Un chiffre témoigne de l'impact de la plateforme américaine dans le quotidien des Français. 48% des internautes interrogés ayant déclaré avoir payé pour regarder un film ou une série ont regardé Netflix. Suivent ensuite les groupes Français Orange (23,6%), MyTF1VOD (19,5%) et Canal VOD (14,6%), Amazon Prime Vidéo complétant le top 5 avec 13,4% des internautes.

La vidéo à la demande rapporte de plus en plus

La SVoD fait peut-être mal, par le prisme de Netflix, aux acteurs français, mais elle génère des taxes qui rapportent de plus en plus au secteur. En 2018, les fameuses taxes Netflix et YouTube ont permis de récolter environ 10 millions d'euros, 8 millions provenant directement des plateformes payantes. Le CNC ne s'en contente pas : il s'en félicite.

Alors, forcément, ce montant paraît toujours dérisoire si nous le comparons à celui versé par les diffuseurs télé (300 millions d'euros) aujourd'hui, mais la croissance remarquable de la vidéo à la demande, l'arrivée des services de streaming de Disney, d'Apple et de Warner, mais aussi la nouvelle loi audiovisuelle devraient contribuer à combler -un minimum- cet écart.

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
1
0
nirgal76
Et oui, tout ces trucs de VOD augmente grâce à la médiocrité de nos chaînes.<br /> Bon, je préfère quelqu’un qui regarde des séries américaines plutot que TPMP ou les marseillais, les anges et cie.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

🔥 Bon plan : Xiaomi redmi note 5 or 32 Go à 159,99€ au lieu de 199,90 €
🔥 Bon plan : SSD interne Silicon power 120 Go à 16,90€ au lieu de 45,90€
Samsung présente un capteur photo smartphone de 64 Mpx
🔥 RED by SFR : deux nouvelles promos sur les offres 40Go et 60Go illimitées à vie !
Bird propose désormais ses trottinettes à l'achat, livraison en Europe dès cet été
Les bénéfices d'Apple au premier trimestre 2019 sont cinq fois supérieurs à ceux de Huawei
Android Q Beta déjà disponible sur les OnePlus 6 et 6T
D'après Sony, l'avènement des SSD ultra-rapides signera la fin des écrans de chargement
Attendu depuis 2009, Avatar 2 est repoussé par Disney à décembre 2021
MB01 : l'ordinateur
Haut de page