SVoD : Netflix et ses concurrents ont vu leur chiffre d'affaires doubler en France en 2018

09 mai 2019 à 17h53
0
Netflix
Denys Prykhodov / Shutterstock.com

Les services de SVoD ont permis au marché de quasiment doubler en France entre 2017 et 2018, avec des recettes liées aux abonnements proches du demi-milliard d'euros.

Le Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) a sans surprise dédié une partie de son bilan 2018 au marché de la SVoD (vidéo à la demande par abonnement) et à son essor. Son ampleur est telle que son acteur majeur, Netflix, réalise en France une audience similaire à celle de la cinquième chaîne de la TNT, soit plusieurs centaines de milliers d'internautes chaque jour. En un an, le marché a quasiment doublé. Sur les deux dernières années, il a quadruplé. Et tout cela rapporte de l'argent à l'industrie.

Les Français sont dingues de Netflix

En 2018, le CNC estime à 455 millions d'euros les revenus du marché de la vidéo à la demande issus de l'abonnement. Cette part, qui constitue 67% des revenus du marché, n'était que de 51,3% en 2017, et de 11% en 2014. Ce demi-milliard d'euros représente aussi plus du tiers des recettes liées aux entrées cinémas en France en 2018 (1,34 milliard d'euros) et est près de quatre fois plus importante que les revenus provenant du marché publicitaire de la télévision de rattrapage, estimés à 125 millions d'euros l'an dernier.

Selon le CNC, la France compterait environ 6 millions d'abonnés en France, dont une grande partie se trouve chez Netflix. Un chiffre témoigne de l'impact de la plateforme américaine dans le quotidien des Français. 48% des internautes interrogés ayant déclaré avoir payé pour regarder un film ou une série ont regardé Netflix. Suivent ensuite les groupes Français Orange (23,6%), MyTF1VOD (19,5%) et Canal VOD (14,6%), Amazon Prime Vidéo complétant le top 5 avec 13,4% des internautes.

La vidéo à la demande rapporte de plus en plus

La SVoD fait peut-être mal, par le prisme de Netflix, aux acteurs français, mais elle génère des taxes qui rapportent de plus en plus au secteur. En 2018, les fameuses taxes Netflix et YouTube ont permis de récolter environ 10 millions d'euros, 8 millions provenant directement des plateformes payantes. Le CNC ne s'en contente pas : il s'en félicite.

Alors, forcément, ce montant paraît toujours dérisoire si nous le comparons à celui versé par les diffuseurs télé (300 millions d'euros) aujourd'hui, mais la croissance remarquable de la vidéo à la demande, l'arrivée des services de streaming de Disney, d'Apple et de Warner, mais aussi la nouvelle loi audiovisuelle devraient contribuer à combler -un minimum- cet écart.

1
0
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Tesla aurait six ans d’avance technologique sur ses principaux concurrents
Le cascadeur Mike Hughes meurt après le crash de sa fusée artisanale
L'Espagnol Renfe va bâtir le réseau TGV des États-Unis pour 6 milliards de dollars !
Comment l'Unreal Engine a permis de créer l'univers de The Mandalorian
La Renault ZOE est une des voitures électriques les plus vendues au monde
5G : Martin Bouygues n'exclut pas d'attaquer l'État en justice s'il ne peut pas travailler avec Huawei
Microsoft détaille les caractéristiques de sa Xbox Series X
Asus resserre les vis des dissipateurs sur les GPUs... pour mieux les refroidir
Linky : un bug à plus de 14 000 euros pour un habitant de Quimper
Huawei présente le Mate Xs : son smartphone pliant sera disponible en mars pour 2499€

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top