Insolite : Mega ferme le compte de Kim Dotcom pour violation du droit d'auteur

0
Ce weekend, Mega a fermé le compte de Kim Dotcom, son propre fondateur, pour violation du droit d'auteur portant sur... son propre album !

05670330-photo-logo-mega.jpg

« Le fichier que vous essayez de télécharger n'est plus disponible. Le compte utilisateur associé a été fermé en raison des nombreuses violations de nos conditions d'utilisation. » Voilà ce que Mega indiquait ce weekend lorsqu'on cherchait à télécharger « Good Times », l'album que Kim Dotcom a sorti en début d'année.

Cette situation ubuesque expose une nouvelle fois les effets néfastes de la prévalence des ayants-droit sur les plateformes de partage. Pour limiter les risques de poursuites judiciaires, Mega automatise le traitement des réclamations, notamment de celles envoyées dans le cadre de la loi américaine Digital Millenium Copyright Act (DMCA), quitte à faire l'objet de faux positifs. De nombreux services n'appliquent pas la présomption d'innocence et ne modèrent éventuellement les réclamations qu'à posteriori, y compris les plus puissants comme YouTube.

L'album Good Times est ainsi retiré puis republié depuis plusieurs mois. Kim Schmitz ne bénéficie pas d'un traitement de faveur face à ces réclamations, si bien que le service a fini par bloquer automatiquement son compte.

07756399-photo-insolite-mega-ferme-le-compte-de-kim-dotcom-pour-violation-du-droit-d-auteur.jpg

Des majors abusant de leurs droits

Contacté par TorrentFreak, Kim Dotcom révèle que le lien menant vers son album est victime de réclamations illégitimes répétées. L'IFPI, représentante de l'industrie phonographique internationale, la fédération anti-piratage belge ou encore HBO, NBC ou CBS prétendent effectivement que des séries ou des albums dont ils détiennent les droits se cachent derrière ce lien.

Soit ces ayants-droit ne prennent pas la peine de vérifier les réclamations que leurs transmettent des tiers (tels que des services anti-piratage externes), et qu'ils relaient les yeux fermés, soit ils narguent délibérément Kim Dotcom. Pour sa défense, le service Mega assure quant à lui qu'il prend les réclamations très au sérieux, mais il promet qu'il prendra des mesures contre ceux qui multiplient les fausses notifications.

On rappelle que Universal avait illégitimement fait censurer la fameuse Mega Song, une vidéo musicale dans laquelle des artistes en contrat avec la major assuraient de leur plein gré la publicité du service Megaupload. D'autres ayants-droit avaient plus tard fait censurer la vidéo du lancement de Mega, sur laquelle ils ne détenaient aucun droit.

Exemples de réclamations portées sur le lien de l'album "Good Times" :

Aug 18 - IFPI - allegedly "The Golden Echo" by "Kimbra"
Sep 1 - IFPI - unspecified, could be any of "DAVID BISBAL, ARIANA GRANDE, EMINEM, ALEJANDRO SANZ, VA, U2, CESAR MENOTTI E FABIANO, CARTEL DE SANTA, CRAIG DAVID, GREEN DAY, DUNCAN DHU, PLAYA LIMBO, RICARDO ARJONA"
Sep 15 - Begian Anti-piracy Federation - allegedly "X" by "Ed Sheeran"
Oct 11 - MarkMonitor on behalf of the Entertainment Software Association - allegedly "ALIENS"
Oct 12 - NBC Universal - allegedly "Anarchy" by "The Purge"
Oct 22 - MarkMonitor on behalf of HBO - allegedly "Boardwalk Empire"
Oct 23 - MarkMonitor on behalf of CBS - unspecified, could be any of "NCIS: NEW ORLEANS, NCIS, STAR TREK: DEEP SPACE NINE, EXTANT (2014), PENNY DREADFUL, HAWAII FIVE-0 (2010)"


Contenus relatifs
Avertissement :

Bien que le téléchargement (direct ou en P2P) ne soit pas illégal en soi, il est interdit de télécharger des œuvres protégées par le droit d'auteur ou d’autres droits de propriété intellectuelle sans l’autorisation des titulaires de ces droits. Clubic recommande expressément aux utilisateurs de son site et aux tiers de respecter scrupuleusement ces droits ; étant rappelé qu’en France la violation des droits d’auteurs est constitutive du délit de contrefaçon puni d’une peine de 300 000 euros d’amende et de 3 ans d'emprisonnement (art. L. 335-2 s. CPI) et qu’il existe également des sanctions spécifiques en cas de contournement de mesures techniques de protection (art. L. 335-3-1 et L.335-3-2 CPI). En outre, le titulaire de l’abonnement à internet doit veiller à l’usage licite de sa connexion, sauf à s’exposer au risque de contravention de négligence caractérisée sanctionnée par une peine d’amende de 1 500 € pour les personnes physiques. En cas d’utilisation d’un logiciel P2P pour télécharger ou mettre à disposition des œuvres protégées par le droit d’auteur, sans autorisation, le titulaire de la connexion à internet pourra être destinataire de recommandations de l’Arcom et, en cas de constats répétés, être poursuivi sur le fondement de la contravention de négligence caractérisée. Plus d'informations sur le téléchargement illégal
Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ? Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
google-news

A découvrir en vidéo

Haut de page