Alicem : l'application de reconnaissance faciale va être déployée à l'échelle nationale dès novembre

08 octobre 2019 à 17h31
8
IA Reconnaissance Faciale

Le gouvernement français avait suscité un grand nombre de critiques avec son projet Alicem, un système de reconnaissance faciale permettant de se connecter à certains services publics en ligne. En réponse à la controverse, l'État a décidé... d'avancer sa mise en place au mois de novembre prochain.

Découvrez notre dossier complet sur la protection des données personnelles


Le programme Alicem (« Authentification en ligne certifiée sur mobile ») est une initiative lancée par le ministère de l'Intérieur et l'Agence Nationale des Titres Sécurisés (ANTS). L'idée est d'exploiter la reconnaissance faciale pour créer une identité numérique pour chaque citoyen disposant d'un passeport biométrique.

Reconnaissance faciale pour identification facile

Concrètement, via une application mobile (uniquement sur Android pour l'instant), l'utilisateur sera invité à prendre des photos et des vidéos de lui, sous différents angles. Ces données seront ensuite envoyées pour comparaison avec les informations du passeport biométrique.

D'après l'État, cette solution vise à simplifier l'accès aux services publics en ligne, à lutter contre le vol d'identité, à limiter l'envoi de données biométriques (qui seraient majoritairement stockées dans le téléphone et supprimées dès l'application désinstallée) et à empêcher le vol de ces mêmes données.

Alicem fait face à une vive opposition

Mais tout le monde ne l'entend pas de cette oreille. Ainsi, la CNIL a fait part de ses inquiétudes quant à ce nouveau système, affirmant qu'il était contraire au RGPD européen. Car ce règlement impose de recueillir le consentement libre et éclairé d'un utilisateur pour récolter des données personnelles. Or, dans le cas d'Alicem, aucune alternative ne serait envisagée. Le citoyen n'aurait donc d'autre choix que de donner son « accord » pour accéder aux services.

De même, la Quadrature du Net a dénoncé la solution défendue par le gouvernement, accusant ce dernier de contribuer à la banalisation de la reconnaissance faciale. L'association a donc déposé un recours devant le Conseil d'État, pour empêcher son instauration.

Mise en place accélérée

Ces polémiques ont-elles poussé le ministère et l'ANTS à revoir leur copie ? Pas vraiment. Alors que le déploiement de l'application Android était initialement prévu pour décembre 2019, le gouvernement aurait décidé de prendre un mois d'avance, d'après des informations de Bloomberg. Et ce, malgré les interrogations de plusieurs observateurs quant à la sécurité du programme, qui n'a, par exemple, pas fait l'objet d'une campagne de bug bounty.

Avec Alicem, la France serait le premier pays de l'Union européenne à disposer d'un système national d'identification via la reconnaissance faciale. Mais le recours à cette technologie est de plus en plus fréquent dans le monde. D'après un rapport de la Fondation Carnegie pour la paix internationale, au moins 75 pays (sur 176 étudiés) y auraient recours à des fins de surveillance. Bientôt 76, avec la France ?

Source : Naked Security
Modifié le 31/03/2020 à 11h21
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
8
7
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

🔥 PC et smartphone Asus R543UA-DM2077T + Zenfone Live 32 Go à 499,99€ au lieu de 749,99€
Call of Duty: Mobile franchit le cap des 100 millions de téléchargements en une semaine
Microsoft veut connecter 40 millions d'usagers supplémentaires à Internet d'ici 2022
La version électrique de l'Opel Corsa devrait entrer en production début 2020
Blizzard suspend un joueur pro Hearthstone qui clame son soutien à Hong Kong
🔥 Apple iPhone XR 64 Go à 649,99€ au lieu de 849,99€
Des composés organiques dans les geysers d’Encelade
🔥 Samsung Gear S3 Frontier Dark Grey à 189€ au lieu de 349€
🔥 Apple MacBook en promo à la Fnac
Amazon lance la nouvelle version de ses tablettes Fire HD 10 et une édition pour enfant
Haut de page