SpaceX réussit le lancement d'une fusée Falcon 9 qui a déjà servi deux fois

08 août 2019 à 10h30
0
Space x

C'est à Cap Canaveral en Floride, et malgré les orages estivaux, qu'a décollé à 19h23 heure locale le Falcon 9. La neuvième mission de SpaceX pour cette année est notamment composée d'un premier étage réutilisé pour la troisième et dernière fois.

Le Falcon 9 de SpaceX est loin d'être un débutant. Son décollage le 6 août est le troisième. Après une première mission et un atterrissage réussi en juillet 2018, où il avait mis en orbite le satellite Telstar 19 Vantage, le vaisseau avait repris son envol en novembre 2018 pour l'envoi en orbite du satellite qatarie ES'Hail 2. Enfin, ce 6 août 2019, la fusée est partie pour sa troisième et dernière mission en envoyant le satellite israélien Amos-17 de Spacecom en orbite.

Le troisième et dernier vol

Plus exactement, c'est le premier étage de la fusée, la pièce 1047.3 selon son identification interne à Space X, qui vient d'effectuer son troisième décollage. À son bord, l'Amos 17, un satellite de communication israélien qui permettra d'établir des ondes électromagnétiques et fournira de la bande C en Afrique, de la bande Ka dans une vaste zone de la Chine au Brésil et de la bande Ku en Afrique avec en plus une couverture en Europe, Moyen-Orient, Chine et Inde.


En ce qui concerne la pièce 1047.3, elle vient d'effectuer son dernier vol puisque l'essence prévue sera entièrement utilisée pour l'ascension. Elle ira ensuite s'écraser dans l'océan Atlantique où l'entreprise d'Elon Musk récupérera les pièces. En attendant, il est encore possible de voir le décollage du Falcon 9, via le lien ci-dessous.



Des décollages non sans encombre

Ce n'est pas la première fois que SpaceX travaille avec Spacecom. Le 3 septembre 2016, l'entreprise israélienne leur avait confié l'Amos 6, un satellite de communication développé par Israel Aerospace Industrie.

À l'époque, l'entreprise américaine avait pratiqué ses tests en conditions réelles, dans lesquels le premier étage de la fusée est attaché et une mise à feu est effectuée afin de vérifier que le système de boost fonctionne parfaitement. Cependant, la fusée avait pris feu, détruisant en même temps le satellite à son bord.


Cette fois, SpaceX a retenu la leçon et la mise à feu s'est faite avec une charge d'essence moindre. Ces tests se sont révélés utiles puisque, originellement prévu le 3 août, le décollage a dû être repoussé au 6. En effet, le 1er août, lors des essais de mise à feu, un problème de soupape a été remarqué sur l'un des moteurs et SpaceX a préféré repousser le décollage pour effectuer le changement de la pièce et refaire les tests.

Une prudence justifiée quand on sait que cette mise en orbite coûte la bagatelle de 235 millions d'euros à Spacecom, un prix qui comprend la fusée, le lancement et l'assurance.

Il y a dix heures environ, SpaceX et Elon Musk ont confirmé le déploiement du satellite Amos 17, qui effectuera son travail en orbite durant 20 ans, ainsi que la récupération des pièces dans l'océan.




Source : Space
Modifié le 08/08/2019 à 10h43
20
8
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
La Maison-Blanche s'en prend aux pays qui taxent les géants numériques américains
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Davantage d'animaux sauvages : la solution pour réconcilier éleveurs et loups ?
Gaia-X : le projet européen de cloud computing visant à concurrencer la Silicon Valley se précise
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
Sony reporte son événement dédié à la PS5 et soutient le mouvement de contestation en cours aux USA
scroll top