🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech 🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech

La NASA commande cinq vols supplémentaires de Crew Dragon pour ses astronautes

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
03 juin 2022 à 16h45
4
Crew Dragon © NASA
Crew Dragon s'approche de la Station spatiale internationale © NASA

Pour pouvoir assurer les rotations de ses équipages jusqu'à la fin de la décennie, l'agence américaine a décidé de renouveler sa confiance en SpaceX, qui est assuré d'avoir à opérer une mission Crew-14 ! Un plébiscite pour la capsule Crew Dragon, dont les exemplaires font faire de nombreux allers-retours.

Mais la NASA n'a pas oublié Starliner…

Pas une attaque contre Boeing

Quelques jours après le retour et le premier succès de la capsule Starliner de Boeing, l'annonce de la NASA sonne un peu comme un méchant tacle… Mais ce calendrier n'était pas prémédité. Phil McAlister, responsable du programme Commercial Crew, l'assure : « Le vol OFT-2 s'est très bien passé, et nous espérons certifier Starliner prochainement. Cependant, nous avons besoin de missions additionnelles avec SpaceX avant de pouvoir alterner les équipages entre les deux fournisseurs. »

Ainsi, la NASA passe commande de 5 nouvelles missions à SpaceX avec Crew Dragon, qui viennent s'ajouter à une précédente extension de contrat exprimée en janvier pour 3 missions ! Résultat : alors que l'équipage de Crew-4 est actuellement à bord de l'ISS et que celui de Crew-5 se prépare pour un décollage en septembre, la NASA a déjà commandé assez de vols pour assurer… Crew-14.

Présence permanente

Le raisonnement de l'agence américaine est simple. Jusqu'à la mi-2023, la rotation de ses équipages vers la Station spatiale internationale sera assurée uniquement par SpaceX (jusqu'à Crew-6, donc). Après quoi, la NASA espère avoir chaque année un vol de Crew Dragon et un vol de Starliner. Mais, comme elle compte prolonger la durée de vie de la station jusqu'à 2030 (en utilisant au besoin l'extension d'Axiom Space pour avoir une station américaine), il faut un minimum de 6 missions supplémentaires.

Et, pour garder des marges utiles, elle a ajouté deux missions de plus. De quoi donner des ailes aux commerciaux de SpaceX et assurer une forte demande pour les capsules… alors que l'entreprise avait assuré que la production était terminée ! Rappelons que SpaceX assure aussi d'autres missions commerciales, avec Axiom ou les initiatives du milliardaire Jared Isaacman.

Axiom-1 Crew Dragon capsule © Axiom Space
Deux ans après son premier vol habité, un vrai succès © SpaceX

Crew Dragon, la routine ?

Pour la NASA, il s'agit donc d'assurer l'avenir. Et, dans une période où elle doit convaincre quant aux budgets, elle rappelle aussi aux politiciens le succès de ce programme de long terme, entamé en 2010.

Reste à savoir comment SpaceX va gérer avec l'agence la réutilisation de ses capsules Endeavour, Resilience, Endurance et Freedom. Un article au vitriol contenant différentes révélations a été publié fin mai sur le site Space Explored, mais ce dernier a fait l'objet de démentis, en particulier de la part de la NASA, qui affirme travailler main dans la main avec son fournisseur et ne pas abaisser sa vigilance.

Source :NASA

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
4
5
cid1
L’article dit :" Mais, comme elle compte prolonger la durée de vie de la station jusqu’à 2030 (en utilisant au besoin l’extension d’Axiom Space pour avoir une station américaine), il faut un minimum de 6 missions supplémentaires."<br /> Une station Américaine, est-ce que ça veut dire qu’ils ne feront plus monter d’astronautes Français, Italiens, enfin Européens quoi.?
ebottlaender
Tout dépend des accords, si les partenaires de l’ISS sont d’accord pour poursuivre sur l’ISS jusqu’à 2030, alors ça restera en l’état. Mais Axiom, qui est très sérieux, promet d’avoir d’ici là sa propre station, qui sera soit attachée à l’avant de l’ISS, soit indépendante à cette date. Si jamais la Russie par exemple voulait cesser sa coopération d’ici là, les USA et leurs partenaires se tourneraient sans doute vers Axiom, et pourquoi pas même pour « sauver » une partie des modules de l’ISS. Mais ce serait une station privée louée par le public, donc un accord différent. C’est pour cela que je parle d’une station américaine.<br /> La NASA a de toutes façons l’ambition dans la décennie prochaine de ne plus disposer de ses modules, mais de louer pour ses astronautes et les chercheurs du temps de labo en orbite.
fringe
Ca veut dire aussi, la fin des astronautes Russes dans l’ISS, ou là il y a une exception ?? Parce que là tout le monde accepte la cooperation de la Russie…bizarre ce monde !! Sont peut-etre pas si mechant que ça!! On banni des sportif russes de competitions, on vire des chefs d’orchestre de philarmoniques, etc…juste parce qu’ils sont Russes…! Mais là, il n’y a pas de problemes pour coopérer avec!! La caricature américaine dans ses contradictions et pour servir ses interets…!
vvdb
Il n’y a pas de restrictions pour la science.<br /> Les scientifiques russes sont toujours les bienvenus dans toutes les coopérations.<br /> La science se sont des faits pas des croyances ou de la politique.
rexxie
Tant qu’à ça, les sports et la musique aussi sont exempts de politique et de croyances.<br /> L’absurdité de la polarisation guerrière.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Asteroid Day : l'ESA retire de ses prévisions une potentielle collision en 2052
Un Cygnus à tout faire ! Le cargo NG-17 est reparti de la station spatiale hier
La petite sonde Capstone de la NASA décolle vers la Lune !
La Chine pourrait tenter de ramener des échantillons de Mars deux ans avant la NASA et l'ESA
La sonde spatiale Psyche ne partira pas explorer son grand astéroïde avant 2023
Découvrez les clichés du deuxième survol de Mercure de la mission BepiColombo
Ariane 5 est encore là et décolle ce soir avec deux grands satellites
La NASA a sélectionné l'équipage qui prendra place à bord de Starliner pour son premier vol habité
Ce système planétaire se désintègre lentement sous l'œil de nos télescopes
Starship : une première tentative de décollage orbital le mois prochain ?
Haut de page