Capsule Starliner : après un échec en 2019, un nouveau test de vol orbital est programmé en mars 2021

14 décembre 2020 à 15h25
2

Il y a à peine moins d’un an, la capsule CST-100 Starliner de Boeing effectuait son premier vol d’essai inhabité. Et ce dernier s’est conclu par un échec partiel, passant à deux doigts d’une véritable catastrophe ! Alors que le Starliner aurait déjà dû embarquer des astronautes sur l’ISS , Boeing et la NASA ne prévoient pour l’heure qu’un nouveau vol d’essai inoccupé en mars 2021.

En raison de problèmes d’organisation, Boeing accuse désormais un énorme retard sur son concurrent SpaceX.

Un programme ambitieux, mais mal géré


En 2010, pour remplacer la vénérable navette spatiale, la NASA publie un appel d’offres visant à sélectionner des fournisseurs privés permettant de redonner aux USA un accès indépendant à l’orbite basse. Pour assurer ses arrières, deux industriels sont sélectionnés : SpaceX et Boeing. Si SpaceX promettait une solution à bas coût, la NASA craignait que le Crew Dragon prenne trop de retard et se révèle peu fiable.

Elle a donc confié à un acteur historique de l’aérospatial, Boeing, le soin de développer une capsule légèrement plus lourde et plus volumineuse que Crew Dragon. Malgré une conception plus conventionnelle, inspirée des programmes Apollo et Orion, le CTS-100 Starliner a bénéficié d’un financement presque deux fois plus important que Crew Dragon.

Malheureusement, Boeing est gangrené depuis plusieurs années par d’énormes problèmes de gestion, de contrôle qualité, de communication interne et de management. Si cela a conduit à la perte dramatique de deux Boeing 737 Max , cette mauvaise ambiance de travail aurait également entrainé de lourds problèmes sur le ravitailleur militaire KC-46 Pegasus et, bien entendu, sur le CTS-100 Starliner.

Rattraper SpaceX en 2021 ?

En 2019, le vol d’essai inhabité qui devait ouvrir la voie à un premier vol piloté du Starliner a été un échec. Si la capsule est revenue se poser sur Terre, elle a manqué son rendez-vous avec l’ISS et est passée à un cheveu d’une collision fatale en orbite.

Après une longue enquête, les problèmes de ce premier vol test ont été identifiés par Boeing et la NASA, et leurs corrections implémentées dans la nouvelle capsule d’essai. Alors qu’un nouveau vol était initialement prévu pour la fin 2020, Starliner devrait finalement voler au printemps 2021. Dans une nouvelle tentative pour s’amarrer à l’ISS, le vol OFT-2 se déroulera, au plus tôt, le 29 mars prochain.

Si ce vol est un succès, alors un premier essai avec un équipage à bord pourrait avoir lieu avant la fin de l’année 2021. Dans tous les cas, les premiers vols commerciaux ne pourront débuter avant 2022. D’ici là, Crew Dragon pourrait en être à sa cinquième mission opérationnelle, y compris pour des missions purement commerciales.

Bien que la NASA entende toujours disposer d’un double accès à l’espace, Boeing aura toutefois du mal à rattraper son retard sur SpaceX, à la fois pour les missions institutionnelles et pour les vols commerciaux.

Source : Tech Crunch

Modifié le 14/12/2020 à 15h25
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
2
3
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

C'est le grand retour d'Ariane 5 avec la mise en orbite de deux satellites, dont le très attendu Quantum
Le module Nauka s'amarre à l'ISS après 8 jours de vol et beaucoup de péripéties !
Des milliards et des promesses, Jeff Bezos tente de récupérer son contrat lunaire avec la NASA
Galileo : un nouveau projet de recherche de signes de vie extraterrestre voit le jour à Harvard
L'Agence spatiale européenne continue de parier sur le petit lanceur Vega
Festival d'astéroïdes prévu pour la sonde Lucy, bientôt prête pour son décollage
La NASA choisit Falcon Heavy pour envoyer sa sonde Europa Clipper vers l’orbite
Boeing se prépare à un second vol d'essai de sa capsule Starliner en direction de l'ISS
La structure interne de Mars révèle ses secrets grâce à la mission Insight
Tourisme spatial : l'agence américaine de l’aviation modifie les conditions requises pour être qualifié d'astronaute
Haut de page