En France, une campagne est lancée contre la "technopolice" (surveillance urbaine de masse)

22 septembre 2019 à 11h00
0
Une caméra de vidéosurveillance en ville
© AFP/Archives

Un mouvement associatif, La Quadrature du Net, a lancé le 16 septembre une campagne baptisée « Technopolice » appelant à lutter contre les dérives sécuritaires de certaines smart cities.

L'initiative accuse également la CNIL d'un « coupable laisser-faire ».

Dénoncer des dérives sécuritaires

Le terme de « Technopolice » désigne à la fois les dérives sécuritaires, que la Quadrature du Net entend dénoncer, et la campagne qu'elle a lancée à leur encontre le 16 septembre. Sur le site de l'association, qui surmonte son appel d'une affiche rouge et noire, on peut lire : « La Smart City révèle enfin son vrai visage : celui d'une mise sous surveillance totale de l'espace urbain à des fins de contrôle. De Nice à Valenciennes en passant par Toulouse, Saint-Étienne, Strasbourg ou Paris, la surveillance massive s'ancre dans l'urbanité ».

Face à ce que le collectif estime être des dérives sécuritaires, il dit avoir commencé à « documenter des projets, par exemple à Nice et à Marseille ». La Quadrature du Net prend notamment pour cible le maire de Nice, Christian Estrosi, qui a expérimenté la reconnaissance faciale dans sa ville en février 2019. Avant de viser la CNIL, organisme indépendant visant précisément à contrôler la légalité de ce type d'initiatives : « Après quelques réunions publiques, et après avoir rencontré la CNIL et constaté son coupable laisser-faire, nous avons lancé une première action en justice contre l'expérimentation de la reconnaissance faciale dans les lycées de la région Sud, en lien avec la Ligue des droits de l'Homme, la CGT-Educ et la fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE) ».

Le site ajoute ensuite : « Ces initiatives ne font que lever le voile sur ces projets et expérimentations. Pour vraiment porter, elles doivent être démultipliées. C'est dans ce but que nous avons lancé aujourd'hui une plateforme collaborative permettant de fédérer des collectifs d'opposition ».


La CNIL sur le banc des accusés

Pourtant, l'initiative, et plus précisément l'accusation de « laisser-faire » envers la CNIL ne semble pas faire consensus. Le site spécialisé Usine Digitale prend même longuement la défense de l'organisme. On peut ainsi lire : « La CNIL indiquait tout de même qu'elle avait effectué plusieurs échanges avec la municipalité dans une logique "d'accompagnement à la conformité". (...) Par ailleurs, la CNIL a déjà refusé la mise en place d'un dispositif par cette même ville. En mars 2018, Christian Estrosi avait décidé de tester l'application israélienne "Reporty". (...) La CNIL a immédiatement réagi en exigeant l'arrêt immédiat de cette expérimentation ». Le site assure également que les dérives sécuritaires décriées par l'association ne pourraient pas être pérennisées.

Pour la Quadrature du Net, la campagne est pourtant bel et bien lancée. Cette association fondée en 2008 et sauvée par une campagne de dons fin 2014, réalise régulièrement des actions concernant les droits du numérique. À titre d'exemple, elle a pris la parole en 2018, à la signature du célèbre Article 13.


Le site de l'association détaille la campagne « Technopolice » et les renseignements que la Quadrature du Net a réunis jusque-là.

Source : La Quadrature du Net
38
20
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Covid-19 : Twitter connaît une hausse de 900% des discours racistes contre la Chine
Une association pointe du doigt Amazon, qui livre toujours des produits hors hygiène et alimentaire
Clubic, fête ses deux ans d'indépendance, plein d'optimisme
La nouvelle attestation de déplacement sur smartphone sera disponible le 6 avril
Office 365 devient Microsoft 365 et fait le plein de nouveautés
Apple rachète une application météo... et la ferme sur Android
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Renault prête 1 300 véhicules au personnel soignant, dont 300 ZOE électriques
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
Le coronavirus ne booste pas le e-commerce, bien au contraire, selon la FEVAD
scroll top