La police du Massachusetts teste le robot-chien de Boston Dynamics

27 novembre 2019 à 08h30
0
spot-police-robot.jpg

Ces derniers mois, la police de l'État américain du Massachusetts a utilisé le surprenant robot, s'en servant comme d'un « appareil d'observation à distance mobile ».

Alors qu'il est désormais proche d'être lancé à la vente à destination des professionnels, le robot-chien de Boston Dynamics, Spot, a déjà assuré une mission de la plus haute importance auprès de la police du Massachusetts, aux États-Unis. La machine, qui fascine autant qu'elle terrifie, a été louée et utilisée par une équipe de déminage durant trois mois, d'août à novembre.

Spot a participé à deux opérations de police

Si les informations officielles ne sont pas très nombreuses, un porte-parole de la police du Massachusetts a déclaré que les démineurs ont utilisé Spot comme « appareil d'observation à distance mobile », afin d'offrir aux policiers des images retransmises en direct d'appareils dangereux ou de suspects potentiellement armés, qui pourraient être cachés.


Le robot-chien a été utilisé lors d'essais, mais aussi à deux reprises en opération. « La technologie des robots est un outil précieux pour les forces de l'ordre en raison de sa capacité à fournir une connaissance de la situation dans des environnements potentiellement dangereux », a indiqué David Procopio, porte-parole de la police de l'État.


Un robot personnalisable et un cadre législatif à construire

Boston Dynamics indique avoir doté Spot d'une API dite « ouverte ». Cela signifie que l'interface est personnalisable, et que tout exploitant de Spot peut y inclure son propre logiciel. La police du Massachusetts affirme, de son côté, de ne pas avoir utilisé cette fonctionnalité, se contentant des propriétés de base du robot, de son bras, de son éclairage et de sa caméra à 360°.

L'entreprise ne souhaite pas non plus armer son robot. La licence d'exploitation de Spot interdit en effet de l'utiliser pour toute tâche qui pourrait nuire à des personnes ou les intimider. D'où l'intérêt pour Boston Dynamics de louer ses robots sur pattes, plutôt que de le vendre. Cela n'a pas empêché la police de Dallas, au Texas, de tuer un tireur d'élite en 2016, grâce à un robot chargé d'une bombe (qui n'était pas un robot Boston Dynamics).


L'Union américaine pour les libertés civiles (ACLU) invite pour sa part les législateurs fédéraux et fédérés à adopter des lois ou à mettre en place une réglementation afin de délimiter les différents cas d'usage des robots à la pointe de la technologie. Kade Crockford, l'un des cadres de l'ACLU, a insisté sur le « besoin d'une loi et d'une réglementation pour établir un plancher de protection afin de garantir que ces systèmes ne puissent pas être utilisés de manière abusive par le gouvernement ».

Source : Engadget
Modifié le 27/11/2019 à 09h29
9
10
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Coronavirus : Bill Gates va faire construire des usines pour fabriquer les 7 vaccins les plus prometteurs
Comment fonctionne la nouvelle attestation de déplacement sur smartphone ?
PS5 : Sony dévoile la manette DualSense
En pleine pandémie de COVID-19, Trump menace de ne plus financer l'OMS
Coronavirus : comment l'Iran et l'Espagne gèrent la crise d'un point de vue technologique
Disney+ : pas de 4K ni d'Ultra-HD au lancement pour le concurrent de Netflix
Quatre ans après leur sortie, les Samsung Galaxy S7 ne seront plus mis à jour
Blue Origin pousse ses employés à développer une fusée touristique malgré le coronavirus
COVID-19 : Lamborghini aussi se met à produire du matériel médical
Yamaha présente trois amplificateurs rétro et des enceintes pour les audiophiles
scroll top