Des robots aux muscles synthétiques à l’apparence très humaine

Par Emilia CAPITAINE
le 22 septembre 2017
 0
Des scientifiques ont développé une technologie de muscle synthétique qui pourra donner une apparence et une gestuelle humaines aux robots.

Des robots capables de se déplacer comme des humains



Grâce à une nouvelle découverte de la soft robotics, la création de machines ressemblant aux humains est sur le point de devenir réalité. En effet, des chercheurs de la Columbia Engineering ont développé un tissu synthétique imprimé en 3D qui peut agir comme un muscle actif. Ce matériau, qui peut pousser, tirer, plier et tordre (grâce à l'utilisation de caoutchouc de silicone et de microbulles distribuant de l'éthanol), est aussi capable de supporter jusqu'à 1.000 fois son propre poids. Cette invention pourra non seulement permettre de construire des machines extrêmement fortes, à l'image d'un Terminator, mais elle pourra également libérer les soft robots de leurs entraves actuelles.

La technologie des muscles synthétiques repose pour l'instant sur des compresseurs externes reliés ou des équipements haute tension. Mais les robots équipés de ce nouveau tissu pourraient théoriquement se déplacer comme des êtres humains et tenir et attraper des objets plus facilement. Il s'agit d'une avancée majeure, dans la mesure où il est notamment envisagé d'utiliser ces robots comme assistants lors d'opérations chirurgicales non invasives ou pour s'occuper des personnes âgées.

01F4000008655172-photo-female-sexy-robot-25.jpg


Bientôt des robots humanoïdes très réalistes



D'après les chercheurs, le matériau qu'ils ont créé est le premier muscle synthétique qui peut supporter à la fois de hautes tensions d'actionnement et une déformation élevée. « Nous avons fait des progrès considérables en ce qui concerne l'esprit des robots mais les corps des robots restent très primitifs » a déclaré le scientifique en chef Hod Lipson. « Nous avons dépassé l'une des dernières barrières à la création de robots ressemblant à des êtres humains », s'est-il réjoui.

Après l'avoir imprimé en 3D dans la forme souhaitée, l'équipe de chercheurs a actionné électriquement le muscle artificiel en utilisant un câble résistif fin à faible puissance (8 V). Ils l'ont ensuite testé sur plusieurs applications robotiques et ont constaté qu'il avait une grande capacité d'expansion-contraction. D'après les chercheurs, le tissu synthétique peut s'étendre jusqu'à 900 % quand il est chauffé électriquement à 80°C. A terme, ils ambitionnent de combiner cette technologie à une intelligence artificielle qui peut apprendre à contrôler le muscle afin d'obtenir un mouvement « naturel ».


Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Le Sri Lanka bloque les principaux réseaux sociaux après la vague d'attentats
GTX 1650 : sortie le 24 avril à partir de 150€
Galaxy Fold : Samsung retarde officiellement la sortie de l'appareil, voici pourquoi
Les moules de l’iPhone XI confirment la présence d’un trio d’APN disposé en triangle
Bose annonce la compatibilité de trois de ses enceintes avec AirPlay 2
Pour le patron de Toyota, aucun constructeur ne rentabilise ses véhicules électriques
Quand le machine learning permet de donner un sérieux coup de jeune à de vieux jeux vidéo
Après le meurtre d'une étudiante, Uber et Lyft renforcent leurs mesures de sécurité
Projet BlackHoles@Home : prêtez la puissance de calcul de votre ordinateur à la science
Dans son rapport 2018, l'ANSSI fait état d'une cybermenace plus forte que jamais en France
Un fossile de bébé Tyrannosaure en vente sur eBay, pour 2,95 millions de dollars
Test AKG Y500 : tout le son AKG dans un casque supra-aural élégant
Pourquoi YouTube a-t-il tant de mal à modérer ses contenus ? La CEO répond à la question
Grâce à ses IA, Microsoft veut aider à lutter contre le changement climatique
Tencent envisagerait de produire son propre smartphone gaming
scroll top