Des hackers transforment des robots grand public en armes

Par Alexandre PAULSON
le 27 août 2017
 0
Annoncée comme imminente, l'irruption des robots dans nos foyers pourrait poser de sérieux problèmes de sécurité. Des chercheurs en sécurité informatique lancent l'alerte, après être parvenus à prendre à distance le contrôle de plusieurs modèles de robots grand public et à les transformer en véritable danger pour leurs propriétaires.

Dans cette liste figurent les célèbres NAO et Pepper du japonais Softbank Robotics.

Filmé et écouté à votre insu par votre robot



En pleine polémique sur les robots tueurs, voilà une démonstration qui fait froid dans le dos et qui apporte de l'eau au moulin des Cassandre de la « Robolution » à venir. Un groupe de hackeurs éthiques de la société américaine de cybersécurité IOActive ont décelé des vulnérabilités dans les logiciels de plusieurs robots destinés au grand public de trois poids-lourds du secteur : le japonais Softbank, UBTech et Universal.

En quelques manipulations dont ils montrent les résultats dans des vidéos postées sur Youtube, les chercheurs d'IOActive parviennent d'abord à transformer les célèbres robots Pepper et NAO de Softbank en espions au coeur de votre domicile. Ces derniers sont convertis en dispositifs de surveillance transmettant sons et images captés autour d'eux à un destinataire pas forcément bien intentionné.



Robot tueur : aucun correctif de sécurité



Plus inquiétant, la transformation du mignon robot Alpha 2 du Chinois UBtech en petit monstre hargneux. La vidéo ci-dessus montre la machine, pourtant destinée aux enfants, pris d'un rire malsain en train de frapper avec une certaine force une tomate à l'aide d'un tournevis ! Chucky, sors de ce corps...

Par le passé, IOActive s'était illustrée en parvenant à pirater un Segway rendu contrôlable depuis un simple smartphone, mais aussi une voiture. Dès le mois de janvier 2017, IOActive avait signalé aux fabricants de ces différents modèles de robots pas moins d'une cinquantaine de failles de sécurité dans le software de leurs produits. Huit mois plus tard, IOActive déplore que, dans la plupart des cas, aucun correctif n'a été apporté. La démonstration tendrait selon IOActive à prouver que les robots militaires ne constitueront pas dans l'avenir la seule menace potentielle : celle-ci peut tout aussi bien venir de machine apparemment inoffensive au premier abord, dans nos maisons ou nos usines.

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Le Sri Lanka bloque les principaux réseaux sociaux après la vague d'attentats
GTX 1650 : sortie le 24 avril à partir de 150€
Galaxy Fold : Samsung retarde officiellement la sortie de l'appareil, voici pourquoi
Les moules de l’iPhone XI confirment la présence d’un trio d’APN disposé en triangle
Bose annonce la compatibilité de trois de ses enceintes avec AirPlay 2
Pour le patron de Toyota, aucun constructeur ne rentabilise ses véhicules électriques
Quand le machine learning permet de donner un sérieux coup de jeune à de vieux jeux vidéo
Après le meurtre d'une étudiante, Uber et Lyft renforcent leurs mesures de sécurité
Projet BlackHoles@Home : prêtez la puissance de calcul de votre ordinateur à la science
Dans son rapport 2018, l'ANSSI fait état d'une cybermenace plus forte que jamais en France
Un fossile de bébé Tyrannosaure en vente sur eBay, pour 2,95 millions de dollars
Test AKG Y500 : tout le son AKG dans un casque supra-aural élégant
Pourquoi YouTube a-t-il tant de mal à modérer ses contenus ? La CEO répond à la question
Grâce à ses IA, Microsoft veut aider à lutter contre le changement climatique
Tencent envisagerait de produire son propre smartphone gaming
scroll top