RGPD : Google (enfin) ciblé par une enquête européenne

24 mai 2019 à 12h58
3
RGPD

L'organisme irlandais en charge de la protection des données a annoncé avoir ouvert une enquête visant Google. Celle-ci devra déterminer si l'entreprise américaine respecte bien les obligations imposées par le RGPD.

La Data Protection Commission (DPC) est une organisation irlandaise plus ou moins équivalente à la CNIL française. Son rôle est de faire respecter les lois de l'Union européenne en matière de protection des données, dont le RGPD (Règlement général sur la protection des données).

Brave à l'origine de plusieurs plaintes

L'institution a déclaré avoir reçu plusieurs plaintes visant Google, notamment de la part de Brave, société qui édite un navigateur axé sur la protection de la vie privée. Le géant américain serait accusé de récolter de multiples données personnelles sur les internautes et de les diffuser aux entreprises clientes de ses services de publicité ciblée.

En réponse, la DPC a ouvert une enquête sur Google et la façon dont la filiale d'Alphabet adresse les problématiques liées à la vie privée des utilisateurs. Le siège social européen du groupe américain étant situé à Dublin, c'est bien à l'organisme irlandais de statuer.

Les sanctions pourraient s'accumuler pour Google

Les investigations ont pour but de vérifier la conformité des méthodes employées avec le RGPD. D'après le communiqué de la DPC, cela passe par l'examen « des principes de transparence et de minimisation des données, ainsi que des pratiques de Google relatives à la conservation des données ».

En cas d'infraction au règlement, l'entreprise américaine s'expose à de lourdes sanctions, qui peuvent aller jusqu'à 4 % de son chiffre d'affaires. Quelques mois après l'amende de 50 millions d'euros infligée par la CNIL, l'addition pourrait finir par sembler salée à Google.

Serait-ce le début d'un changement de mentalité chez les entreprises de la tech ? Quoi qu'il en soit, Google n'est pas le seul géant à être ciblé par la DPC : ces derniers mois, le régulateur a ouvert 51 enquêtes, visant notamment Twitter, LinkedIn, Apple ou Facebook.

Source : Android Police
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
0
BetaGamma
L’organisme Irlandais… autant dire tout de suite qu’il ne va rien trouver de reprehensible chez Google !
Saulofein
Et alors, peut-être qu’il n’y a effectivement rien… Laisse l’enquête progresser.<br /> J’espère en revanche que s’il n’y a rien, les délateurs seront a leur tour poursuivit!
Rumpelstiltskin
J’ai du changer de moteur de recherche<br /> Avec leur accord sur les données à cocher à chaque fois , je fais “non non non” à chaque démarrage sa reviens toujours ! Et évidemment tout est cochée sur oui
Voir tous les messages sur le forum

Derniers actualités

Attention à cette fausse app MSI Afterburner, elle peut vous voler vos données
Sites de téléchargement : c'est terminé pour les films et séries piratés par le groupe EVO
Vous en rêviez ? Le PalmPilot revient en émulateur sur Internet Archive
Twitter : en interne, la restauration de 62 000 comptes bloqués est appelée le
Nouveau scandale chez Uber, accusé d'espionner ses chauffeurs
Portal avec du ray tracing, ça arrive très vite !
Rachat de Salto : Molotov dément les rumeurs
L'après Black Friday, c'est un écran PC gaming ViewSonic 2K 144 Hz en promo
Fissures et démontage : le chantier du réacteur de fusion ITER va prendre beaucoup de retard
Après le Black Friday, la Xbox Series S n'a toujours pas remonté de prix !
Haut de page