Un recours à Marseille déposé contre le dispositif de vidéosurveillance automatisée

27 janvier 2020 à 19h15
0
vidéosurveillance-caméra.jpg
© Pixabay

La Ligue des droits de l'Homme et La Quatradure du Net ont déposé une requête devant le tribunal administratif de Marseille visant à faire suspendre le dispositif.

Deux associations, La Quadrature du Net et la Ligue des droits de l'Homme, ont annoncé avoir déposé, il y a quelques jours, un recours en référé devant le tribunal administratif de Marseille, avec l'objectif de faire suspendre dans les plus brefs délais le dispositif de « vidéoprotection intelligente » mis en place dans la cité phocéenne depuis la fin de l'année 2019.

Une vidéosurveillance aux nombreuses propriétés

Le dispositif, dont les détails ont été révélés par la Ville de Marseille dans un article publié par nos confrères de Télérama le 11 décembre dernier, vantait l'installation d'un logiciel de surveillance déployé sur une cinquantaine de caméras déjà installées. Conséquence d'un appel d'offres lancé en 2015 par la municipalité, elle avait été remporté par le groupe SNEF, une société marseillaise spécialisée dans les solutions de vidéosurveillance.

Les associations qui demandent le retrait du dispositif pointent du doigt les utilisations prévues par cette vidéoprotection intelligente. Celle-ci devrait permettre notamment un traitement automatique des données permettant de détecter des incidents, des anomalies ou des faits remarquables. On note aussi la possibilité de détecter des anomalies non identifiables par un opérateur humain rattaché au Centre de supervision urbain, outre la gestion de l'espace public et l'analyse des piétons, des véhicules et des comportements. Mais ce n'est pas tout.


Les caméras équipées du dispositif fourni par la SNEF peuvent détecter des graffitis, des objets abandonnés et détecter tout vol, disparition ou destruction de mobilier urbain.

La ville à la limite de la légalité ?

Un traitement des données biométriques est également prévu, notamment pour aider à résoudre certaines affaires judiciaires. Le dispositif peut ainsi utiliser des filtres pour recherche un individu automatiquement en fonction de sa description, de son avatar et de sa photo. Les équipements déployés à Marseille sont en outre équipés de capteurs sonores, ce que la CNIL avait déjà dénoncé du côté de Saint-Etienne.

Lorsque le journaliste de Télérama a eu vent de l'installation du dispositif sur la ville de Marseille, la CNIL n'avait pas été mise au courant. Ce qui place la municipalité dans l'illégalité, n'ayant pas suffisamment respecté les libertés fondamentales défendues ici par La Quadrature du Net et la Ligue des droits de l'Homme. L'utilisation des données biométriques (donc personnelles) est aussi illégale en ce que la Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen, confortée par la Constitution, confie la surveillance de la voie publique à « la force publique ». En l'occurrence, Marseille ne respecte pas cette disposition puisque la mairie a délégué à une société privée une mission de surveillance généralisée de la voie publique.


La mise en place d'une vidéosurveillance automatisée est aujourd'hui sérieusement contestée. La CNIL a déjà rappelé à l'ordre la région PACA il y a quelques mois pour l'utilisation de dispositifs de reconnaissance faciale dans des lycées de Nice et Marseille.

Il n'existe pour l'instant pas de cadre juridique réel autour de la vidéosurveillance automatisée, alors que ce dispositif satisfait les partisans de la sécurité d'un côté, et inquiète les défenseurs de la vie privée et des libertés de l'autre.

Source : La Quadrature du Net
Modifié le 28/01/2020 à 08h55
22
15
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

La justice allemande demande à Tesla de mettre en pause la construction de sa Gigafactory
Renault accuse une perte nette de 141 millions d'euros en 2019
Une taxe sur chaque connexion aux réseaux sociaux, pour remplacer la redevance TV ?
Volkswagen et E.ON dévoilent un projet de stations de charge rapide pour véhicules électriques
Des températures supérieures à 20 °C enregistrées pour la première fois en Antarctique
Citroën devrait dévoiler une voiture électrique particulièrement abordable le 27 février
L'iPhone 11 Pro émet deux fois plus de radiations que la limite recommandée
Airbus : les USA augmentent nettement les taxes douanières sur les avions européens
Le Batman interprété par Robert Pattinson se dévoile en vidéo

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top