Réforme de l'audiovisuel : retour du cinéma, investissement des plateformes... les réunions ont démarré

03 septembre 2019 à 21h29
0
TV-televiseur-television.png
L'audiovisuel français a besoin d'un coup de neuf (© Crédits photo : Pixabay)

Les professionnels de l'audiovisuel ont enfin pris connaissance des détails de la réforme à venir. Et pour leur plus grand bonheur : des assouplissements sont au menu.

Après le temps de l'évocation, puis cela des pistes, voici celui du concret pour la réforme de l'audiovisuel. Ce lundi 2 septembre, le ministre de la Culture, Franck Riester, recevait les dirigeants des différentes chaînes, associations de producteurs et professionnels de la communication. Au programme : la réforme audiovisuelle avec une refonte partielle et avantageuse de la réglementation des médias et une gouvernance remise au goût du jour.

La publicité segmentée devrait bien voir le jour

Le premier des assouplissements proposés par le gouvernement tient au financement des acteurs de l'audiovisuel. La publicité dite « segmentée » ou « adressée », c'est selon, va ainsi être autorisée. Celle-ci disposera, d'abord, d'une période d'observation d'un an, et pourrait ensuite être généralisée. Elle permettra aux chaînes de s'adresser à une cible ou à des téléspectateurs particuliers, en leur diffusant un message personnalisé, comme l'indiquent nos confrères des Echos.


Pour ne pas perturber l'équilibre entre les médias (on pense notamment à la radio et, surtout, au cinéma et à la presse), les chaînes n'auront pas le droit de joindre à la publicité les adresses des magasins.

Vive le cinéma à la télévision !

Le cinéma devrait être présent en force à la télévision ces prochaines années. Les chaînes pourront diffuser de la publicité pour le cinéma. Pour être précis, notons que la publicité destinée à faire la promotion de la distribution d'un film reste, elle, interdite à la télévision. Notons également que les films européens et d'art et d'essai bénéficieront toujours de quotas.

Jusqu'à maintenant, les télévisions disposent de restrictions concernant la diffusion de soirées dédiées au cinéma. Le samedi soir par exemple, c'est interdit. Désormais, cette restriction est levée. Une façon de s'armer face à la concurrence féroce de Netflix.

télévision-télécommande-TV.png
© Crédits photo : Pixabay

Les grandes plateformes vont devoir contribuer

Les plateformes de streaming qui ont une activité en France vont aussi devoir passer à la caisse, « pour préserver l'exception culturelle française. » Des services comme Netflix ou Disney+ devront investir dans les œuvres européennes et françaises, peu importe le genre (fiction, cinéma ou documentaire).

Le montant des investissements devrait être aligné sur celui des chaînes en clair (environ 16 % de leur chiffre d'affaires annuel en France).

Les grandes plateformes vont devoir contribuer

La fusion Hadopi-CSA a aussi été discutée, tout comme le renforcement des liens entre le CSA et l'Arcep s'agissant de la régulation des opérateurs télécoms.

La partie « piratage » de la réforme a été confirmée, avec une attention toute particulière sur les contenus sportifs.

Le ministre de la Culture n'a en revanche pas encore confirmé la réunion des acteurs de l'audiovisuel public en holding, même si cela reste la tendance.

Source : Les Echos
15
14
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Pour le patron de Take Two (GTA, BioShock), Stadia est une déception
Microsoft bloque la mise à jour de Windows 10 (mai 2020) sur de nombreux appareils
La Maison-Blanche s'en prend aux pays qui taxent les géants numériques américains
« Il est temps de briser Amazon » : quand Elon Musk se paie Jeff Bezos
Microsoft licencie des dizaines de journalistes, remplacés par des robots
Citroën prépare une nouvelle berline hybride haut de gamme pour 2021
L'Allemagne impose une borne de recharge pour véhicules électriques dans chaque station-service
Le plus gros avion électrique de la planète a réussi son premier vol
Gaia-X : le projet européen de cloud computing visant à concurrencer la Silicon Valley se précise
La Poste déploie l'Identité Numérique, un service pour se connecter à 700 services avec un identifiant unique
scroll top