Loi drones : deux poids, deux mesures

Alexandre Broutart
19 avril 2016 à 19h04
0

Le gouvernement veut légiférer sur l'utilisation des drones civils. Selon le poids du drone, deux « seuils » pourraient astreindre les télé-pilotes à des formations, et les engins à des matricules.


« Mesdames, Messieurs, le 19 février 2016, un Airbus A320 d'Air France a évité de justesse une collision avec un drone volant à haute altitude, alors qu'il était en phase d'approche de l'aéroport de Paris Charles de Gaulle. » La proposition de loi « relative au renforcement de la sécurité de l'usage des drones civils » débute sur ces mots, avant de compléter l'illustration : « Au cours des années 2014 et 2015, une vingtaine de sites abritant des activités nucléaires (notamment le cas de la base militaire de l'Ile-Longue, qui abrite les quatre sous-marins nucléaires) , ont été survolés illégalement par des drones. » En comptant la collision, bien réelle cette fois, survenue dimanche au Royaume-Uni, on peut dire que la volonté législative ne manque pas d'à-propos.


Né d'une étroite collaboration avec l'aviation civile, le projet de loi entend créer de nouvelles obligations pour les constructeurs de drones autant que pour les télépilotes : selon un premier seuil de poids du drone - qui n'a pas encore été fixé -, les utilisateurs pourraient se voir imposés une formation « aux règles élémentaires de la circulation aérienne ainsi qu'aux caractéristiques spécifiques et aux règles d'emploi (du drone) », ainsi qu'un devoir d'enregistrement de leur véhicule. A partir d'un second seuil pour les drones plus lourds, des signalements électroniques et lumineux seraient aussi rendus obligatoires.

Cette dernière idée avait déjà fait l'objet d'une résolution européenne, dans l'attente que les Etats mettent en place les dispositions nécessaires, notamment techniques. Le parlement européen estimait alors que « devait être garanties la traçabilité, la responsabilisation et la bonne application des règles de responsabilité civile ». Via l'identification des drones par signalisation électronique (probablement des puces), c'est l'identité de l'utilisateur qui est ciblée, et pourrait ainsi être retrouvée en cas de délit.




Pour les sanctions justement, la loi à l'étude prévoit pour les survols illicites (en lieu public) la même peine que pour toute personne qui exposerait directement autrui à un risque immédiat de mort ou de blessures, selon les conditions fixées à l'article 223-1 du code pénal, soit un an d'emprisonnement et 15 000 euros d'amende pour la peine maximale .

Ces nouvelles dispositions résultent de nombreuses alertes, comme celle de l'association internationale du transport aérien (IATA) qui a récemment appelé à la mise en place d'une réglementation et de moyens adaptés, afin d'éviter des collisions susceptibles d'avoir de graves conséquences. Pour Sciences et Avenir, « il faut se rendre à l'évidence : ce n'est qu'une question de temps avant qu'une de ces machines volantes ne provoque un incident grave avec un avion de ligne.  »

Marcher sur des oeufs



Faire porter sur les drones une réglementation plus sévère, c'est aussi prendre un risque économique majeur. Loin de le nier, le texte de loi souligne qu'il s'agit de mieux encadrer juridiquement, « sans pour autant freiner le développement d'un secteur économique aujourd'hui dynamique, dans lequel plusieurs entreprises françaises sont leaders, tant dans le domaine des équipements que dans celui des services. ».


Un dragonlink en UHF d'une portée de 30 km

Même avis pour le Parlement européen, qui affirme que la valeur ajoutée augmente avec la distance entre l'appareil et le télépilote (vols « hors vue ») : « Les usages, extrêmement variés, peuvent encore se développer à l'avenir, et inclure notamment les inspections de sécurité et le contrôle des infrastructures (voies de chemin de fer, barrages et centrales de production d'électricité), l'évaluation des catastrophes naturelles, les travaux agricoles de précision (agriculture raisonnée) ainsi que la production médiatique, la thermographie aérienne ou encore la livraison de colis dans des régions isolées. » Le Parlement note aussi que d'autres applications peuvent être développées dans un avenir proche, comme remplacer l'homme dans des environnements dangereux.


Précurseur, l'Etat français autorise déjà le vol « hors vue » (sorti du champ visuel direct du pilote, via un retour vidéo), qui, selon le texte de loi, aurait favorisé un développement rapide du marché. Sujet donc à des enjeux économiques majeurs, le préambule législatif promet un atterrissage remarqué dans l'arène parlementaire, le 15 mai prochain.

A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Normandie : la plus grande route solaire du monde est un échec
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Matrix 4 officiellement annoncé, avec Keanu Reeves et Carrie-Ann Moss
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
Des scientifiques réinventent l'air conditionné grâce au froid de l'espace
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
Minecraft s'offre un boost graphique... réservé aux possesseurs de cartes NVIDIA RTX

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top