Drones de loisir : réglementation clarifée et assouplie au 1er janvier

28 décembre 2015 à 12h20
0
Deux décrets viennent clarifier la réglementation associée à l'utilisation de drones de loisir en France. Elle entrera en vigueur au 1er janvier prochain.

L'utilisation de drones était jusqu'ici encadrée par deux textes de 2012 qui laissaient planer certaines zones de flou préjudiciables à la bonne pratique de ce loisir en plein essor. La situation sera plus claire au 1er janvier 2016, avec l'entrée en vigueur de deux décrets signés le 17 décembre dernier et publiés au Journal Officiel du 24 décembre.

La nouvelle réglementation opère une distinction entre les usages de loisirs (compétition comprise) et les vols réalisés à des fins particulières, qu'il s'agisse d'expérimentations ou de prises de vue professionnelles.

Pour le premier cas, celui qui englobe l'aéromodélisme des particuliers, les textes (conception et utilisation) précisent les conditions dans lesquelles le vol est autorisé sans formalité particulière.

Globalement, les contraintes restent inchangées pour le vol à vue, quand l'appareil reste dans le champ de vision de l'utilisateur : hors zones réglementées, l'espace aérien est libre jusqu'à une altitude de 150 mètres mais il est interdit d'évoluer « au-dessus de l'espace public en agglomération ». Un particulier n'a donc pas le droit de voler en ville, mais il peut le faire à la campagne. En théorie, il peut aussi le faire dans son jardin, mais doit impérativement conserver une « distance minimale de sécurité », non précisée, vis à vis des personnes et biens au sol.

« Le survol des agglomérations ou des rassemblements de personnes n'est possible que dans le cadre d'une autorisation préfectorale », précise ici la DGAC. Le vol de nuit et le pilotage depuis un véhicule en mouvement sont en revanche interdits. Le pilote est par ailleurs censé pouvoir détecter « visuellement et auditivement tout rapprochement d'aéronef ».

0258000007808537-photo-drone-allin.jpg

Les deux décrets précisent par ailleurs dans quel contexte le vol d'un drone hors vue (sorti du champ visuel direct du pilote, l'appareil est autonome ou piloté au moyen d'un retour vidéo, mais le pilote conserve la possibilité de reprendre le contrôle) est autorisé sans formalité préalable. Ici, la nouvelle loi stipule une distance maximale de 200 mètres, une altitude maximale de 50 mètres, ainsi qu'un drone ne dépassant pas 2 Kg. Elle impose qu'une seconde personne ait l'appareil en vue directe, pour informer le pilote des dangers éventuels.

Du côté de la prise de vue, la réglementation autorise les photos et vidéos réalisées depuis un drone en vol, dès lors que les images ne servent pas des desseins commerciaux. La pratique reste sans surprise assujettie aux règles en vigueur en matière de respect de la vie privée.

« Ces textes se révèlent moins contraignants que ce qui avait été à un moment envisagé, en particulier pour les hauteurs maximales de vol pour les aéromodèles », se réjouit la Fédération Française d'AéroModélisme. La DGAC débutera à partir du 6 janvier prochain une campagne de communication et de sensibilisation visant à favoriser la compréhension de ces règles par le grand public.

Sur le sujet, voir aussi :

Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture neuves : l’entourloupe de la fausse baisse des émissions de CO2
Voitures électriques : au Q3 2019, les ventes mondiales ont chuté de 10 %
Fini le réseau cuivré, Orange veut passer au 100 % fibre à partir de 2023
Recyclage, consommation et énergie, la technologie est-elle un problème... ou une solution ?
Taxe GAFA : les USA prêts à taxer les produits français jusqu'à... 100 %
D'après Porsche, sa Taycan électrique lui attirerait les clients de Tesla
L'Escobar Fold 1 : un smartphone pliable à 349 dollars par le frère de Pablo Escobar
Radars tronçons : le ministère de l'Intérieur mis en demeure par la CNIL
La Banque de France va tester une monnaie numérique nationale en 2020
L’atterrisseur Vikram a été retrouvé détruit sur la surface lunaire

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top