Tristan Nitot quitte Qwant, après deux ans de collaboration : "Le cœur n'y était plus"

05 mars 2020 à 08h48
8
tristan-nitot-qwant.png

Le fondateur de l'association Mozilla Europe quitte le moteur de recherche français, qu'il avait rejoint en juin 2018, après avoir contribué au gain de notoriété de ce dernier.

Une (nouvelle) page se tourne chez Qwant. Au mois de janvier, on avait assisté à la mise en retrait d'Éric Leandri, historique patron du moteur de recherche mais toujours présent comme actionnaire. Jean-Claude Ghinozzi, en charge des activités commerciales et marketing de Qwant depuis l'été 2017, avait pris le flambeau de l'historique Leandri au poste de PDG. Tristan Nitot, qui avait récupéré son poste de Vice-président Advocacy au début du mois de janvier, a finalement annoncé son départ ce mercredi 4 mars.


« Le cœur n'y était plus »

En moins de deux ans, Tristan Nitot, passé par AOL/Netscape puis père de Mozilla Europe, a connu deux postes différents chez Qwant. Arrivé comme VP Advocacy, l'ancien de Cozy était devenu le numéro deux du moteur de recherche respectueux de la vie privée, en étant nommé de façon intérimaire Directeur général le 19 septembre 2019. Avec « une réserve d'idées à appliquer pour faire passer Qwant à l'étage supérieur », l'ambition était belle. Mais l'année s'est terminée avec un chiffre d'affaires inférieur à 10 millions d'euros pour Qwant, ce qui poussa peut-être Tristan Nitot à reprendre, en janvier 2020, ses anciennes fonctions de VP Advocacy, qui lui convenaient mieux.

Mais voilà que moins de deux mois plus tard, l'heure du départ est annoncée. « Comme prévu, j'ai retrouvé mon poste de VP Advocacy début janvier 2020, mais le cœur n'y était plus », écrit le Francilien dans un post LinkedIn. « La direction, les actionnaires et moi avons donc décidé ces dernières semaines que je partirai. Nous y voici donc ».


Poursuivre dans la voie du numérique éthique

Ne citant que le nouveau PDG Jean-Claude Ghinozzi dans son message de départ, à qui il adresse d'ailleurs ses « vœux », Tristan Nitot retient de son passage « la réussite des audits de l'État qui permettront le déploiement de Qwant dans les administrations, et une réorganisation de l'entreprise visant à mieux se focaliser sur l'essentiel ». Le désormais ex-VP Advocacy aura également noué « de nombreuses amitiés » chez le moteur de recherche européen.

Tristan Nitot profite de la liberté de parole offerte par le réseau social pour en dire plus sur son futur, qui se dessinera lors des prochaines semaines et mois. « Je compte miser sur mes fondamentaux, faire ce que je sais faire, à savoir aider à monter un projet numérique éthique au service de tous, et à le promouvoir ». Outre les fondamentaux, l'ancien Président de Mozilla Europe voudrait bien poursuivre l'écriture d'une fiction futuriste liée à la crise climatique, entamée il y a plusieurs années.

D'un point de vue plus professionnel, Tristan Nitot ne semble plus vouloir poursuivre dans des start-up privilégiant les levées de fonds, et resterait tenté, si l'on suit ses paroles, par le monde associatif, la possibilité de monter son propre projet, ou bien une nouvelle aventure au sein d'une entreprise, financièrement indépendante cette fois.

Source : LinkedIn
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
8
7
manu0086
« Le cœur n’y était plus »<br /> Cela sera l’épitaphe de Qwant…
dududuche
Oui, il a du se prendre encore un bon parachute doré pour sa sortie. Bon débarras.
Furax
Pourquoi « bon débarras »? Il a fait tant de mal que ça à Qwant?
euskafreez
Qwant est un moteur de recherche adepte de la censure et sous influence étatique pour certains sujets. Ce n’est que justice que ce moteur périclite, il le mérite!<br /> Heureusement DuckDuckGo répond par la positive aux fausses promesses à l’origine de Qwant.
Duc
En plus sponsorisé par Bing et Microtrosoft.
dududuche
Oui, Crimosoft, Bing, Duckduckgo Google, un peu du pareil au même tout ça. Quant à moi un peu énervé en effet d’avoir beaucoup donné au système sans effectivement avoir reçu de remerciements.
dududuche
Autrefois il y avait Altavista, Lycos, Yahoo, Hotbot, Metacrawler,… Pourquoi ont-ils tous disparu ? Pourquoi Google ? Pourquoi créer un moteur « paneuropéen » ou « français » qui s’appellerait Qwant ? Pourquoi ne pas l’appeler « furtif » ou « chercheur », ou maximus (un nom latin par exemple),… Il faut savoir aussi que ce n’est pas parce qu’un moteur a une page qui s’affiche Qwant ou Google ou Bing ou autre, et que l’affichage des liens de résultats se présente d’une certaine façon, que l’architecture logicielle derrière n’est pas la même. On peut très bien surfer sur Google par exemple alors qu’en fait on est sur le logiciel de Qwant.
orionb1
Qwant ne le méritait pas. Un des premiers blogueurs que j’ai commencé à suivre il y a tant d’années. Son départ de Mozilla m’avait attristé. Son départ de Qwant me rassure.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Procurez-vous l'enceinte JBL Charge 3 à prix réduit grâce au code promo MARS20
Les annonces d'Apple TV+ au SXSW annulées à cause du Covid-19
Coronavirus : l'E3 2020 maintenu malgré l'état d'urgence décrété à Los Angeles
Forfait mobile : le retour de la série Free 60 Go sans engagement !
Fiat 500e électrique : plus de 300 kilomètres d'autonomie… pour une version limitée
Apple retire discrètement le serveur web Zoom caché via une mise à jour sur Mac
Black Friday Amazon : Microsoft Surface Pro 7 à 799€ au lieu de 1069€
Comment régler les couleurs de son écran PC ?
4 techniques simples pour nettoyer son PC
Alimentation de 850 W pour le multi-GPU chez Corsair
Haut de page