StopCovid, tracking, contact tracing : les définitions et usages potentiels du traçage numérique [VIDÉO]

Alexandre Boero
Par Alexandre Boero, Journaliste-reporter, chargé de l'actu.
Publié le 14 avril 2020 à 10h46


Clubic vous propose un nouveau numéro de 90'' ou presque pour vous aider à tout comprendre de l'idée que se fait le gouvernement du traçage des données mobiles.

La France subit de plein fouet la crise du COVID-19 et réfléchit aux solutions qui permettraient, dans le futur, de contenir la propagation du ou d'un virus. Voilà pourquoi le gouvernement travaille au développement d'une application, StopCovid, qui utiliserait le traçage des données mobiles pour reconstruire l'historique des contacts d'une personne contaminée. Un lancement prochain est à prévoir, comme l'a confirmé Emmanuel Macron dans une allocution le lundi 13 avril. En 90 secondes ou presque, nous allons définir les cas d'usage du traçage des données mobiles, puis nous détaillerons ce que le gouvernement a en tête avec StopCovid, avec la participation, dans cette vidéo, du député et ex-secrétaire d'État chargé du Numérique Mounir Mahjoubi. Générique.


1. Le traçage des données mobiles : trois usages potentiels

coronavirus-application-mobile.jpg
© Pixabay

Quand on parle de traçage des données mobiles, le premier usage peut être la cartographie des déplacements mobiles. Il s'agit alors de prendre des données agglomérées, qui sont anonymisées, à de grosses échelles donc. C'est par exemple la constatation que 11 à 12 % des résidents parisiens ont quitté la capitale après le confinement. Ces données-là « sont très utiles pour mobiliser les moyens de l'État où il faut et adapter les services sanitaires et sécuritaires », explique le député du 19e arrondissement de Paris.

Le deuxième usage, c'est le contact tracing, dont on entend parler depuis plusieurs jours dans les médias, et dont on reparle un peu plus loin dans cette chronique, qui permettrait d'identifier les sujets « contacts » et serait utilisé, comme nous le dit Mounir Mahjoubi « en stade 1 et en stade 2 de l'épidémie, pour retracer qui j'ai pu contaminer les 15 jours avant mon diagnostic ».

Le troisième usage, du coup, c'est le tracking, ou le bracelet électronique virtuel. Ce dernier, plus restrictif, permet de contrôler le confinement individuel. « Ici, on veut s'assurer, avec les données mobiles, qu'une personne n'a pas quitté son domicile, et pouvoir détecter si elle est sortie de chez elle ».


2. Comment fonctionnerait l'application StopCovid ?

StopCovid, c'est l'application mobile qu'envisage d'utiliser le gouvernement, qui ne sera d'ailleurs pas disponible avant quelques mois, autant le dire tout de suite. L'idée, c'est de prévenir les personnes qui ont été en contact avec un malade testé positif, pour qu'ensuite elles se fassent elles-mêmes tester, et ainsi faciliter la prise en charge rapide de ces malades potentiels.

Il suffit que deux personnes se croisent pendant une certaine durée, à une distance rapprochée, et le mobile de l'un enregistre les références de l'autre dans son historique. Si un cas positif COVID-19 se déclare, celles et ceux qui auront été en contact avec la personne malade seront prévenus automatiquement.


3. StopCovid, un Big Brother à la française ?

Pas du tout, rassurez-vous. C'est une solution intermédiaire qui permet de suffisamment protéger les données et libertés individuelles, tout en aidant à sauver des vies. Sans oublier que le RGPD et son arsenal et la CNIL veillent au grain. C'est du contract tracing donc.

En quelques mots, c'est une application qui fonctionne en Bluetooth, basée sur le volontariat, qui ne centralise aucune donnée, qui est sécurisée et qui ne demande aucune information personnelle, comme le détaille Mounir Mahjoubi. « L'application ne demande aucune information personnelle mais utilisera un ID, un chiffre d'identification qu'elle générera elle-même, ce qui fait que lorsqu'elle va dialoguer avec une autre application, elle ne saura jamais qui est qui » en précisant qu'elle a vocation à n'être que temporaire.

Alexandre Boero
Par Alexandre Boero
Journaliste-reporter, chargé de l'actu

Journaliste, chargé de l'actualité de Clubic. En soutien direct du rédacteur en chef, je suis aussi le reporter et le vidéaste de la bande. Journaliste de formation, j'ai fait mes gammes à l'EJCAM, école reconnue par la profession, où j'ai bouclé mon Master avec une mention « Bien » et un mémoire sur les médias en poche.

Vous êtes un utilisateur de Google Actualités ou de WhatsApp ?
Suivez-nous pour ne rien rater de l'actu tech !
Commentaires (0)
Rejoignez la communauté Clubic
Rejoignez la communauté des passionnés de nouvelles technologies. Venez partager votre passion et débattre de l’actualité avec nos membres qui s’entraident et partagent leur expertise quotidiennement.
Commentaires (10)
lapin-tfc

Merci, c’est factuel et cela devrait couper court à toute idée de future « dictature »

BetaGamma

Totalement inutile et dangereux . Ce sera sans moi

BetaGamma

Certainement pas… et déjà Google et Apple, des poètes s’intéressent à ça …la nsa est sans cour derrière

lapin-tfc

sans doute… un haut niveau de preuves cette affirmation :slight_smile:

Mrpolnar
lapin-tfc

J’ai fais ctrl+f sur la page sur le mot « covid » et je ne trouve rien, que faut-il en conclure ?

Mrpolnar

Que la NSA a amélioré sa sécurité en 12 ans et qu’aucun analyste ne peux plus révéler ses programmes de surveillance et révéler que le covid 19 est une création de la CIA.

lapin-tfc

Et quel est le rapport avec l’application Covid, dis autrement la NSA a besoin de l’application Covid ?

lapin-tfc

OK !!! tu veux nous dire que c’est la CIA qui a créé le Covid 19, le virus ?

paulposition

Merci de ne pas lancer un Troll; Restez dans le sujet!