40 000 intérimaires voient leurs données personnelles exposées en ligne

Par
Le 18 janvier 2019
 0
logo_mister_tem.png

Les profils de plusieurs dizaines de milliers d'utilisateurs de l'agence d'intérim en ligne Mistertemp' ont été librement accessibles suite à unee erreur humaine.

Mistertemp' est une agence d'intérim en ligne qui se targue de pratiquer un coût 20 % inférieur à celui d'une agence physique et revendique quelques 210 000 intérimaires inscrits, pour un total de 3 000 clients et 6 000 contrats signés chaque mois. Alors forcément, un couac majeur sur la sécurité des données hébergées par cette agence ne passe pas inaperçu. C'est le chercheur ukrainien Bob Diachenko qui avait alerté la plate-forme sur cette brèche, via le blog Hacken Proof, relayé par Le Monde, en contactant Mistertemp' dès sa découverte, le 21 décembre 2018.

Un serveur mal configuré à l'origine de la brèche

Selon Diachenko, la base de données exposée comportait plus de 2,8 millions d'entrées, alors que le site de l'agence indique « au cours des 12 derniers mois, nous avons mis en poste plus de 7 500 personnes et réalisé plus de 80 000 contrats ». Parmi les informations qui ont été accessibles, on retrouve des données sur l'identité des inscrits comme des noms, dates et adresses de naissance, mais aussi des adresses électroniques et physiques, des numéros de téléphone et même des numéros de Sécurité sociale.

Tout est parti d'un serveur, hébergeant ces informations, qui fut mal configuré. Celui-ci est devenu accessible à celles et ceux qui disposaient de son adresse, et ce sans aucun mot de passe. Alexandre Pham, le directeur d'Alphyr (maison mère de Mistertemp'), indique qu'une erreur humaine suite à un test est à l'origine de la brèche. Celui-ci tempère en précisant que seuls 40 000 profils ont été touchés par la faille de sécurité, sur les 400 000 dont l'entreprise disposerait.

Nul ne sait combien de temps les données ont été exposées

Si l'alerte a été lancée le 21 décembre 2018, on ignore combien de temps la faille est réellement restée ouverte. Hacken Proof indique n'avoir reçu qu'une réponse automatisée de congés de fin d'année. Ce n'est qu'en passant par le journaliste spécialisé Damien Bancal, le 9 janvier, que Mistertemp' a bien été alerté. La société a alors immédiatement mis hors ligne la base de données.

Pour le moment, il est impossible de savoir si les données ont été ponctionnées par de malveillants individus. Mais Bob Diachenko note tout de même avoir repéré une note (un fichier readme) sur le serveur, qui est une sorte de « marque » généralement déposée par des acteurs friands de données personnelles accessibles sur des bases de données insuffisamment protégées.

Alexandre Pham a informé la Commission nationale de l'informatique et des libertés (CNIL) de cette faille, comme la loi l'exige, et indique qu'aucune donnée bancaire ni aucun document d'identité n'ont été librement exposés, puisque ces derniers seraient enregistrés sur une autre base de données. MisterTemp' promet d'avertir ses utilisateurs.

Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Les dernières actualités Données personnelles

scroll top