Des salariés pistés avec leur porte-badge RFID

Thomas Pontiroli
14 avril 2016 à 13h46
0

Les 3 000 salariés du groupe pharmaceutique Sanofi travaillant à Gentilly sont suivis à la trace par une puce RFID. Les données seraient anonymes. Les syndicats veulent des preuves.


« Arrêt en salle de pause, déambulation dans les couloirs, passage au quatrième étage, pause pipi... », depuis le 6 avril, les 3 000 salariés du campus Sanofi de Gentilly (dans le Val-de-Marne) sont suivis à la trace par une puce RFID installée dans leur porte-badge, rapporte Liaisons Sociales. Un contrôle anonyme d'après l'entreprise mais qui, aux yeux du syndicat FO, comporte un risque d'identification et accentuerait la pression sur le personnel.


Dans ce campus où personne n'a de bureau attitré, l'instauration de ce traçage n'a pas vocation à « suivre les flux, a expliqué une porte-parole de Sanofi, mais de gérer de façon simplifiée l'occupation de l'espace, comme la disponibilité des salles de réunion, des bulles, les heures d'affluence aux restaurants d'entreprise ». Mais pour Pascal Lopez, un délégué FO interrogé par 20 Minutes, « même avec le porte-badge anonymisé, il est facile de faire un lien entre cette puce et celle du badge, qui sont activées ensemble quand on passe les contrôles ».

Qu'en pense la Cnil ?



Ce nouveau dispositif, combiné à l'installation de caméras de surveillances panoramiques y compris dans les espaces de détente, détériorent un climat déjà jugé « délétère » par les syndicats, alors que le groupe est engagé dans un plan de 600 départs volontaires, et que « des salariés sont licenciés pour défaut de performance ».


08413210-photo-puce-rfid-sanofi.jpg
0000010E08413230-photo-sanofi-gentilly.jpg
Le porte-badge Sanofi et sa puce RFID (source : Le Parisien) et le campus Sanofi de Gentilly (crédit : Bouygues Immobilier).


Hasard du calendrier, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) remettait, deux jours après l'arrivée des puces RFID chez Sanofi, son rapport d'activité 2015. Rapport d'activité dans lequel elle pointe justement du doigt une hausse annuelle de 16 % de la « surveillance des salariés », opérée grâce à de « nouvelles tendances », comme la géolocalisation avec un bracelet connecté, ou la surveillance vidéo via un smartphone.


Dans le cas d'une géolocalisation, aucune autorisation de la Cnil n'est nécessaire si les informations restent anonymes - quid de leur recoupement ? Mais si le personnel est identifiable, alors un accord de la Commission est nécessaire, et les salariés doivent être informés des finalités de la collecte. En ce qui concerne Sanofi, une « preuve d'autorisation de la Cnil » a été demandée par le syndicat FO, mais elle demeurerait lettre morte.


À lire :
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en conduisant, même en main libre
Sur Reddit, les développeurs d'Apex Legends dérapent et insultent leur communauté
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Windows Defender obtient 3 fois le score maximum aux tests AV-Test
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
WoW Classic : Blizzard dit s’attendre à des files d’attente monstrueuses à l’ouverture
Une étude montre que les cyclistes
Selon Google, 1,5% des mots de passe seraient compromis
Starman et sa Tesla Roadster viennent d'achever leur première orbite autour du Soleil
Ecosia : le moteur de recherche plante désormais un arbre toutes les 0,8 s

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top