Surveillance du salarié : les plaintes se multiplient, les méthodes aussi

0
En 2015, la Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés (CNIL) a enregistré 7 908 plaintes concernant l'utilisation des données personnelles, soit 2000 de plus qu'en 2014 (36 % de hausse). Au-delà du chiffre global qui recouvre des cas très divers, une donnée : 16 % d'augmentation des plaintes concernent ce qu'Isabelle Falque-Pierrotin, présidente de la CNIL, a appelé ce matin : « la surveillance des salariés ».

Le document officiel du rapport d'activité 2015 de la CNIL fait le récit des « nouvelles tendances » : géolocalisation des salariés, « non plus via leur véhicule mais via des bracelets connectés ou leur smartphone ». Il est aussi fait état des plaintes relatives aux nouvelles techniques de vidéosurveillance, « via une application sur smartphones ou une webcam, comme pour surveiller la présence en télétravail ».

La moitié des plaintes (500 environ) concernent des dispositifs vidéo filmant les salariés sur leur lieu de travail, « souvent de manière disproportionnée », mais il est aussi fait état de l'accès à la messagerie par les employeurs ou la prise de contrôle à distance des postes de travail : « Madame T. signale à la CNIL un transfert automatique de tous les courriels reçus sur son adresse professionnelle vers l'adresse de sa supérieure hiérarchique, et ce sans information préalable. La CNIL est intervenue auprès de l'employeur, en lui rappelant que de tels envois systématiques étaient excessifs au regard du droit à la vie privée du salarié sur le lieu de travail. L'organisme a cessé ces transferts automatiques, non prévus par la charte informatique, et dont les salariés n'étaient pas informés. »




Candidats malheureux

Il s'agit aussi des plaintes de ceux qui ne sont pas encore salariés et peinent justement à le devenir, à cause de la fouille systématique des réseaux sociaux par les RH (700 plaintes depuis juin 2014). Soupçonnant que certains contenus ont pu jouer en leur défaveur au moment d'une candidature, ils adressent une demande de déréférencement (pour que le contenu ne soit plus visible dans la page des résultats) soit auprès du site en question, soit directement auprès du moteur de recherche. Si ceux-là refusent ou ne donnent aucune suite à la demande, une plainte peut être déposée à la CNIL qui étudiera sa légitimité.

A lire également
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

Des apps pas chères ou gratuites : notre sélection du jour
Transformez votre smartphone en Bat-signal grâce à l'impression 3D
Cette porte de garage connectée comporte des lasers d'aide au stationnement
Windows 10 : le shell Unix Bash disponible pour les testeurs
Netflix : une hausse de prix à prévoir pour les abonnés de la première heure
Sur Android, Google pourrait faire usage de Swift, le langage d'Apple
4G : Bouygues et Free premiers sur le 700 MHz
Du logiciel Win32 à l'app universelle : Microsoft publie en preview son outil de conversion
À 16,3 €, le mobile en France bat son record
Les voitures autonomes de Google dans le désert de l'Arizona
Haut de page