Directive droit d'auteur : le Sénat parle d'une "tactique délétère et dangereuse de la part de Google"

27 septembre 2019 à 11h02
9
sénat-france.png
© senat.fr

Alors que Google se refuse à payer une licence pour reprendre les contenus des éditeurs dans le cadre de la Directive Copyright, le Sénat contre-attaque en mettant la pression sur le géant américain.

Le temps presse pour Google, pour les éditeurs de presse et pour le Sénat. Jeudi, les sages ont sévèrement dénoncé la décision de Google de refuser de se conformer à la législation en vigueur sur les droits voisins des agences de presse et des éditeurs de presse. La firme de Moutain View indique ne pas avoir l'intention de payer une licence « pour la reprise d'un extrait d'un contenu », question de « principe » selon le vice-président de Google chargé des médias, Richard Gingras. Pour rappel, la loi a été approuvée au niveau européen et a bien été transposée dans le droit français.

Les sénateurs font état de représailles à venir

La France, premier pays européen à avoir transposé la directive, se heurte à la position de Google, qui boude contre cette réforme historique. L'auteur et rapporteur de la proposition de loi, David Assouline, déplore une attitude « qui relève d'une tactique délétère et dangereuse de la part de Google qui, plus que tout autre, devrait prendre conscience de l'importance de préserver la culture et la qualité de l'information dans les pays où il officie. »


Pour l'élu socialiste, les géants du numérique ont tout intérêt à prendre conscience rapidement qu'il est primordial de créer des relations « harmonieuses et respectueuses » avec les éditeurs. « Toute autre attitude de leur part, en plus d'appauvrir leur offre, sera jugée sévèrement par les peuples et les gouvernements de l'Union européenne, qui sauront s'en souvenir à très court terme », prévient-il.

Le Sénat alerte la Commission européenne sur « l'impossibilité de travailler en confiance » avec les géants du numérique

Le sénateur centriste des Yvelines, Michel Laugier, va même plus loin en déplaçant la discussion sur le terrain économique. Alors que la presse vit des années difficiles et peine à se réinventer, la Directive Copyright pourrait « permettre à la presse de retrouver un équilibre financier nécessaire à son développement. »

La présidente de la commission de la culture, de la communication et de l'éducation, Catherine Morin-Desailly (Sénatrice centriste de la Seine-Maritime), pose le problème de la trop grande place prise par les géants du numérique dans l'accès à la culture. Elle invite ainsi la Commission européenne à noter et à relever « l'impossibilité de travailler en confiance avec des sociétés qui vendent en secret nos données personnelles pour des objectifs douteux, mais refusent de payer pour l'accès à l'information. »

Google invite les éditeurs de presse à choisir la manière dont leurs contenus doivent apparaître sur Google Actualités. Ces derniers peuvent utiliser des balises Meta spécifiques aux extraits et aux vignettes et les activer au niveau de chaque page, s'ils veulent que les extraits affichés soient plus « conviviaux. »
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
9
8
Aristote76
De toute manière personne les écoutent que ce soit en audio ou sur les réseaux
nikon561
donc respecter la loi. a la lettre. c’est çà la tactique “délétère et dangereuse”?
m_enfin
Google n’est pas un service public ni une administration française. Si Google veut changer l’interface de ses services en ligne, ça ne regarde que lui…
tmtisfree
Jeudi, les sages ont sévèrement dénoncé la décision de Google de refuser de se conformer à la législation en vigueur sur les droits voisins des agences de presse et des éditeurs de presse.<br /> Cette phrase est incorrecte : Google s’est bien conformé à la loi. Ce que Google refuse, c’est de payer la p(a)resse subventionnée pour des extraits d’infox/fakenews/intox/etc. dont personne n’a démontré qu’ils avaient une quelconque valeur.<br /> Ce n’est pas faute d’avoir prévenu ces pingouins que leur loi était inutile puisque Google avait déjà montré comment il allait procéder en Allemagne et ailleurs.
RaoulTropCool
Ils veulent les faire payer pour faire de la pub gratuite… que Google ne référence plus dans ses actus les éditeurs que ça gène et comme par magie ça ne gênera plus personne.
orionb1
ces personnes ont décidé que c’était à Google de payer pour le soutien à la presse mais pourquoi serait-ce logique ?
AlexLex14
Google fait mine de ne pas s’en rendre compte, avec son giga-monopole, mais il ne faut pas oublier que ce sont les contenus qui font sa gloire.<br /> Admettons que du jour au lendemain, tous les éditeurs (médias petits ou grands, Wikipedia etc…) décident de ne plus être référencés sur Google. Le moteur Google sera d’un coup bien moins intéressant et valorisé.<br /> L’un ne va pas sans l’autre (d’après moi).
Maga83
Tous ces beaux messieurs l’ont déjà dans l’os… Google a modifié son truc… il n’y a plus que les titres, ne référence plus les articles payants… encore une loi pour rien.
orionb1
mais quel intérêt auraient-ils à faire cela ?
pepe_nana
selon vous…
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Le Huawei Mate 30 Pro donne une nouvelle référence au benchmark photo DxOMark
Zen 3
OnePlus TV : une belle 55 pouces 4K QLED mue par Android
🔥 French Days : Casque Bluetooth Sony WH-1000XM3 à 242€ au lieu de 379€
Apple retire discrètement le serveur web Zoom caché via une mise à jour sur Mac
Comment régler les couleurs de son écran PC ?
4 techniques simples pour nettoyer son PC
Alimentation de 850 W pour le multi-GPU chez Corsair
USB Type-C : tout savoir sur la nouvelle norme USB
Haut de page