Un an après... les batteries résidentielles de Tesla commencent à décoller (#rediff)

Céline Deluzarche
17 août 2016 à 17h07
0
Après avoir entretenu le mystère pendant plusieurs semaines, c'est bien une batterie domestique qu'a dévoilé ce 30 avril 2015 Elon Musk lors d'une conférence de presse. Au design léché, cette batterie dénommée "Powerwall" stocke l'énergie produite par les panneaux solaires durant la journée pour la restituer le soir, lorsque les besoins sont les plus importants.

Et Elon Musk, l'emblématique patron du groupe, de promettre à terme une indépendance énergétique pour chacun et une révolution du marché de l'électricité. Derrière cette volonté affichée se cache plus prosaïquement un moyen pour Tesla de pousser les foyers à s'équiper en voiture électrique...Tesla. En effet, il est possible de puiser dans la batterie dans la voiture pour alimenter la maison en cas de besoin: la batterie d'une Model S (70 ou 90 KWh) équivaut en effet à 12 Powerwall !

0258000008423338-photo-tesla-destination-charging.jpg


A peine une semaine après l'annonce de ce lancement, Tesla avançait le chiffre de 38 000 précommandes, émanant pour la plupart d'entreprises. Impossible d'avoir un chiffre aujourd'hui, Tesla se refusant à communiquer sur la seule division Energy. Tout juste peut-on lire que la division "Services", à laquelle est rattaché Tesla Energy, a vu son chiffre d'affaires bondir de 47% entre le 4e trimestre 2014 et le 4e trimestre 2015. "En Allemagne et en Australie, les ventes de Powerwall dépassent même celles des voitures Tesla", se félicite le groupe. Autre source de satisfaction : le marché génère des marges intéressantes qui contribuent à éponger les 889 millions de dettes générées par le constructeur en 2015.

L'avantage économique pas vraiment au rendez-vous pour le consommateur

Les premières batteries Powerwall ont été livrées aux Etats-Unis en septembre 2015, puis en Australie début janvier 2016 et sont aujourd'hui distribuées dans cinq pays au total (Allemagne, Belgique, Royaume-Uni, Etats-Unis et Australie). Dernier pays a rejoint ce cercle fermé le 15 avril : l'Afrique du Sud, cher à Elon Musk (c'est son pays natal). Ces marchés sont jugés prioritaires car l'électricité y est chère et ils sont consommateurs d'énergie fossile. Ce qui n'est pas le cas en France, où le Powerwall est pourtant en précommande, sans que Tesla puisse garantir une quelconque date de livraison.

0258000008423340-photo-tesla-destination-charging.jpg


Et si le groupe ne se précipite pas, c'est que le consommateur français risque de ne pas bien voir l'intérêt d'un investissement aussi conséquent. Aux Etats-Unis, le Powerball est vendu 3 000 dollars, ce à quoi il faut ajouter le prix de l'installation, et si le foyer n'est pas encore équipé, celui des panneaux solaires. Même après 10 ans - la durée de garantie -, le système n'est pas rentable en France par rapport au tarif réglementé, a calculé le site Techniques de l'ingénieur.

D'autant plus que la première motivation des foyers français pour s'équiper en panneaux solaires, c'est le tarif de rachat particulièrement intéressant d'EDF, qui paye chaque kWh injecté sur le réseau 24,63 centimes. Tesla reconnait lui-même que la motivation des premiers acheteurs n'est pas financière. "Ce sont des gens qui achètent tout ce qui est nouveau et qui sont très riches", ironise Severin Borenstein, un économiste de l'université Berkeley.

La batterie domestique servira à "remplir" les capacités de l'usine géante Tesla

Signe que Tesla est encore en train de se chercher : l'annonce le 30 mars de l'arrêt de commercialisation de sa batterie de 10 kWh pour se concentrer sur celle de capacité réduite (7 kWh). Officiellement, cette dernière serait plus adaptée à un usage quotidien, mais la presse évoque des problèmes techniques et une rentabilité pas au rendez-vous. Une version "améliorée" de la Powerwall a d'ailleurs d'ores et déjà été annoncée pour l'été.


Tesla espère bien faire baisser ses tarifs grâce aux économies d'échelle. C'est d'ailleurs le but affiché de sa nouvelle usine géante "Gigafactory" dans le Nevada, où a été transféré fin 2015 la fabrication des Powerwall. Celle-ci aura au final une capacité de production supérieure à la demande des seules batteries de voitures, et Tesla espère donc combler le reste avec le débouché résidentiel.

Le marché des batteries domestiques très convoité

Le constructeur américain a intérêt à s'activer, car la concurrence arrive. Schneider Electric et Mercedes-Benz ont récemment annoncé la commercialisation de batteries domestiques pour les prochains mois. Le premier, qui avance un kWh à 500 dollars, vise non seulement les foyers des pays développés mais aussi les pays émergents dont le réseau électrique est souvent défaillant. Le second a commencé à livrer ses premières batteries le 27 avril dernier en Allemagne.

L'industrie du stockage de l'électricité, valorisé à peine 200 millions de dollars en 2012, pourrait atteindre les 19 milliards de dollars en 2017 selon le cabinet spécialisé IHS CERA.

Samsung conserve-t-il la tête des ventes de smartphones ? Le cloud à la française est-il un désastre ? Des questions posées par la rédaction de Clubic Pro dans notre nouvelle série « Un an après ». Rendez-vous la semaine prochaine pour un nouveau numéro.
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0
0
Partager l'article :

Les actualités récentes les plus commentées

Barbara Pompili, ministre de la transition écologique, qualifie le réacteur EPR de
AMD : fleuron de la future cuvée Zen 3, le Ryzen 9 4950X pourrait monter à 4,8 GHz
Donald Trump sanctionné par Twitter et Facebook, pour une vidéo qualifiée de
La capitalisation boursière d'Apple dépasse celle de toutes les entreprises du CAC40 réunies
Projet ATTOL : Airbus fait rouler, décoller et atterrir un avion commercial de façon autonome
La version chinoise de la Tesla Model 3 remporte le prix de la qualité de fabrication
La Chine menace les Etats-Unis en cas de vente forcée de TikTok
Elon Musk envisage la construction d'un Cybertruck plus petit pour l'Europe
TikTok et maintenant WeChat : les USA veulent
Clean Network, le projet des États-Unis pour préparer leur avenir technologique sans les Chinois
scroll top