Microsoft a dévoilé les tarifs de son service Windows 365

03 août 2021 à 11h15
9
Windows 365 © Microsoft
© Windows

C'était l'un des points clefs attendus avec le lancement de Windows 365 le 2 août 2021, les tarifs pratiqués par la firme de Redmond ont été dévoilés. Microsoft introduit trois offres : Basic, Standard et Premium. Adaptées aux besoins des petites et moyennes structures, via Business, comme des firmes de plus de 300 salariés, via Entreprise.

Avec un premier prix de 18,20 euros/mois pour un utilisateur, voilà le tarif le moins onéreux pratiqué par Microsoft. Ce dernier sera également fluctuant en fonction de la machine employée, que ce soit le nombre de processeurs , la mémoire RAM ou encore la capacité de stockage.

Un tarif progressif pour Windows 365

Que ce soit l'offre Business, pour les structures de moins de 300 employés, ou l'offre Entreprise, pour celles en possédant davantage, Microsoft a dévoilé le 2 août dernier sa nouvelle solution Windows 365, permettant d'accéder au système d'exploitation de la firme de Redmond par le biais d'un simple navigateur web .

Et les tarifs officiels, qui manquaient alors, sont enfin connus. Le principal point d'attention concerne leur caractère évolutif en fonction des caractéristiques souhaitées. La formule la moins chère permet la simulation d'une machine disposant d'un processeur virtuel de 2 Go de RAM et de 64 Go de stockage. Il faudra débourser pour ces performances 18,20 euros/mois et par utilisateur avec Windows Hybrid Benefit, pour l'emploi d'une version Windows 10 Professionnel, ou 21,90 euros/mois et par utilisateur pour toute autre version de Windows.

La formule la plus coûteuse monte à 147,50 euros/mois. Dans ce cas-là, vous disposez de huit processeurs, 32 Go de mémoire RAM et 512 Go de stockage. Comptez 4 euros de moins avec Windows Hybrid Benefit. Dans tous les cas, ces offres prévoient un renouvellement automatique au bout d'un an.

Trois offres standards Business et Entreprise

Microsoft a également planché sur trois offres plus proches des attentes les plus communes. La première, Basic, propose contre 28,20 euros/mois la simulation de deux processeurs virtuels
, 4 Go RAM
et 128 Go stockage. Elle permet un accès au PC Cloud et à la gestion de l’expérience sur Windows365.microsoft.com
, l'accès aux versions bureau d'Office , d’Outlook , de OneDrive
et de Microsoft Teams (conversations et appels audio uniquement) pour la version Business. Dans la version Entreprise, l'utilisateur a accès à Microsoft Endpoint Manager, la gestion des PC et appareils mobiles.

Les versions Standard à 37,30 euros/mois (deux processeurs virtuels
, 8 Go RAM
, 128 Go de stockage) et Premium à 60,10 euros
/mois
(quatre processeurs virtuels
, 16 Go RAM
et 128 Go de stockage) offrent une prise en charge complète de Teams. Par ailleurs, la version Premium inclut également la prise en charge de Microsoft Visual Studio, de Power BI et de Dynamics 365.

Un essai gratuit de deux mois est par ailleurs proposé afin de tester les différentes offres proposées par Microsoft pour Windows 365. Suffisant pour convaincre les utilisateurs d'opter pour ce service ?

Quels est le meilleur service Cloud ? Clubic en a comparé 6 de manière indépendante et objective pour vous informer au mieux.
Lire la suite

Source : The Verge

Modifié le 03/08/2021 à 11h23
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
9
7
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Nextorage, filiale de Sony, lance ses SSD NVMe pour PS5
Razer annonce son nouveau clavier haut de gamme Huntsman V2
Cherry lance deux nouveaux claviers gaming : un low-profile et un tenkeyless
Razer lance des
Steam Deck : les kits de développement commencent à arriver chez les développeurs
Razer offre une V2 à sa manette Wolverine
Xbox Cloud Gaming et le Remote Play débarquent dans l'app Xbox pour Windows 10
Nintendo Switch : 4 ans après sa sortie, les appareils Bluetooth enfin supportés
Ubisoft annonce le retour de Driver... en série live-action
Steam Deck : seuls 72 % du top 50 des jeux Steam tournent sous Linux, la faute aux anti-triche
Haut de page