Huawei : le Canada autorise officiellement l'extradition de Meng Wanzhou vers les États-Unis

le 04 mars 2019 à 14h28
0
meng wanzhou Huawei.jpg

Détenue au Canada depuis le 1er décembre 2018, la directrice financière du géant chinois Huawei va officiellement être extradée vers les USA.

La fin de la première saison du feuilleton Meng Wanzhou est proche. Vendredi 1er mars, le ministère canadien de la Justice a décidé de répondre favorablement à la demande d'extradition de la directrice financière de Huawei vers les États-Unis, réclamée depuis son arrestation à Vancouver le 1er décembre 2018. Libérée sous caution dix jours plus tard, elle était sous le régime de la liberté surveillée (sur le sol canadien seulement).

Une date définitive d'extradition sera fixée le 6 mars


Les fonctionnaires du département de la justice du Canada ont donc émis une autorisation officielle d'extradition de Meng Wanzhou. La dirigeante, fille du fondateur de Huawei Ren Zhengfei, attend désormais la décision de la Cour suprême de la Colombie-Britannique qui doit fixer de manière définitive la date de son extradition cette semaine, le 6 mars 2019. À cette occasion, « des preuves seront déposées et deviendront partie intégrante du dossier public », annonce la justice canadienne.

Plusieurs conditions ont été réunies pour justifier cette extradition. Le ministère de la Justice du Canada a ainsi pu s'assurer que le comportement allégué de l'intéressée pourrait entraîner une peine d'emprisonnement d'un an ou plus s'il avait eu lieu au Canada.

Le Canada s'est assuré du respect du principe de la « double incrimination »


Le pays nord-américain a fait valoir ce qu'il appelle le principe de la « double incrimination ». Ce dernier prévoit que les faits qui alimentent une demande d'extradition doivent être aussi bien considérés comme criminels tant par la justice américaine que par la justice canadienne. Ce qui est donc le cas.

Les États-Unis reprochent à Meng Wanzhou d'avoir caché de prétendus liens entre Huawei et une société, Skycom, qui tentait de contourner les sanctions américaines et européennes prononcées contre l'Iran, induisant ainsi en erreur les institutions bancaires. Elle risque jusqu'à 30 ans de prison. Si la Chine avait dans un premier temps appelé à sa libération immédiate sans condition, Huawei pourrait totalement se désolidariser de sa directrice financière en cas de culpabilité avérée.

Modifié le 04/03/2019 à 16h13
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Play Store : une app qui cliquait automatiquement sur la pub a été découverte
Tesla : la prochaine génération de batterie sera taillée pour tenir 1,6 million de km
Pour payer son deal avec Qualcomm, Apple hausserait de 9 dollars le prix de ses iPhone
Beesexual, la nouvelle campagne de Pornhub pour aider à sauver les abeilles
Le redémarrage du Large Hadron Collider (LHC) pourrait nous donner des clés sur la matière noire
Twitter : Jack Dorsey a rencontré son plus grand « fan »... Donald Trump
Après le vélo électrique, Xiaomi présente un cyclomoteur électrique de 120 km d'autonomie
Tesla dévoile une voiture sans volant, qui serait commercialisée dès 2021
Les trottinettes Lime piratées en Australie pour dire des phrases salaces
Revue de presse - Le Samsung Galaxy Fold plie... sous le poids des critiques
Comparatif 2019 : Quelle est la meilleure trottinette électrique pour votre usage ?
GTX 1650 : côté multimédia, la puce entrée de gamme de NVIDIA hérite de la génération Volta
Razer ajoute une dalle OLED 4K à son Blade 15 et revoit le design du Blade Pro 17
Oppo lance le Reno 10x zoom : un smartphone haut de gamme avec Snapdragon 855 pour 799€
Contre toute attente, Samsung travaillerait sur deux smartphones pliables supplémentaires
scroll top