Huawei Mate X : on a pris en main le smartphone pliant

le 02 mars 2019 à 10:20
 0
20190301_112522.jpg

Huawei avait profité du MWC de Barcelone pour lever le voile sur son smartphone pliant : le Mate X. Ce concurrent de Samsung et de son « Fold » devrait être commercialisé dans le courant de l'année 2019, probablement pas avant cet été. Seul problème : pendant le salon du mobile, le fameux Mate X était sous cloche. Impossible de le toucher et encore moins de le plier... autant dire rageant. Mais heureusement, la frustration a pris fin hier matin. La division française de Huawei, sous houlette de Bruce Li, l'un des vice-présidents du constructeur, avait convié la presse française à une rencontre plus intime avec l'un des smartphones les plus attendus de l'année. Voici donc nos premières impressions.


Mise en garde


Avant toute chose, il convient de souligner que le produit que nous avons brièvement eu entre les mains n'est pas tout à fait le Mate X qui sera commercialisé dans quelques mois. Il s'agit plus précisément d'un modèle de présérie qui devrait encore subir des modifications substantielles. Des caractéristiques aussi importantes que le poids du smartphone seront modifiées lors des derniers mois de développement. C'est la raison pour laquelle Huawei n'a pas souhaité nous communiquer certaines des spécificités techniques du produit. Dans la même optique le « look and feel » sera lui aussi amené à évoluer. Certaines des imperfections que nous avons pu ressentir et dont nous allons vous faire part seront à n'en point douter gommées dans la version finale du Mate X. En conséquence, cette première prise en main ne saurait avoir valeur de premier test.

Néanmoins c'est l'occasion parfaite de manipuler une nouvelle forme de smartphone, celle qui est censée révolutionner le marché dans les mois à venir.

20190301_113913.jpg

Quelques pixels de douceur dans un monde de brutes


Le premier contact avec le Mate X est forcément particulier. La fragilité apparente du produit nous contraint à « prendre des gants » et à surjouer la délicatesse. Forcément un écran OLED pliable ça perturbe, même des paluches habituées à jongler avec des smartphones haut de gamme. On effleure le produit, on le fait pivoter en douceur jusqu'au premier pliage, et là... magie ; un léger appui permet d'accompagner le mouvement initié par la charnière centrale et son mécanisme au nom barbare : « falcon wing hinge mecanism ». Un clic d'un autre âge (ce détail sera sans doute changé dans la version finale) nous informe que le Mate X est replié. Pour revenir au mode tablette, rien de plus simple : il suffit d'appuyer sur le bouton central et de laisser la magie opérer. Là aussi, la main accompagne naturellement le dépliage mais n'influe en rien sur la vitesse. Il faut moins de trois secondes pour que le smartphone se plie ou se déplie, ce qui est tout à fait acceptable.

Notre délicatesse exagérée laisse bientôt place à davantage d'assurance et ce ne sont pas les ingénieurs chinois présents pour l'occasion qui s'en plaindront. Eux manipulent le Mate X de manière très classique et nous incitent à en faire de même. Une seule contrainte : ne pas déplier l'écran sans avoir appuyé sur le bouton au préalable au risque de le faire voler en éclats.

20190301_112530.jpg

Mate X : des dimensions XXL


L'autre surprise vient de la relative finesse du Mate X. On pourrait s'attendre à ce que dans sa forme pliée, le smartphone de Huawei paraisse bien épais. Et pour cause : ne sont-ce pas deux écrans qui se superposent ? Il n'en est rien. Avec ses 11 mm d'épaisseur, il est à peine plus grassouillet que les smartphones haut de gamme actuels, qui affichent autour de 8 mm d'épaisseur.
Plié, le Mate X présente donc deux écrans, un sur chaque face. Le plus grand affiche une diagonale de 6,6'' (19,5:9 en 2480 x 1148 pixels). Le second de 6,38'' (25:9 en 2480 x 892) doit abandonner son flanc gauche à une charnière sur laquelle se trouvent une partie des composants et le bouton de déverrouillage.

Déplié, il prend une forme assez proche d'une Kindle Oasis, la liseuse d'Amazon, avec un grip latéral et affiche surtout une finesse déroutante de seulement 5,4 mm. En main, le Mate X est très agréable, à peine plus lourd qu'un smartphone classique. On s'imagine tout à fait en train d'enchainer les épisodes d'Umbrella Academy sur Netflix ou de jouer à Command and Conquer Rivals. L'expérience est malgré tout perturbée par quelques boursouflures au bas et au centre de l'écran, là où il est censé se plier, mais chez Huawei on assure que ce défaut n'aura plus lieu d'être dans la version commerciale.

20190301_112602.jpg

Deux écrans ? Pour quoi faire ?


Au bout de quelques instants d'utilisation se pose l'inévitable question : quel usage pour ces deux écrans ? Pour le moment, les réponses de Huawei sont assez approximatives. Et pour cause, ce sont les utilisateurs et les développeurs d'applications qui définiront, avec le temps, les nouveaux usages du smartphone pliant. En attendant, les démonstrations du constructeur chinois sont assez sommaires : du multitâche sur chaque écran, un grand confort de lecture en vidéo, et un mode selfie assez intéressant qui permet à la personne photographiée de se voir dans le second écran. En dehors de ces quelques prouesses, l'utilisation est assez proche d'un smartphone classique ou d'une tablette. La faute sans doute à un OS qui n'a pas encore intégré la spécificité du double écran.

Même si on sait que Google a participé au développement du Mate X, force est de constater qu'Android n'est pas adapté au format pliant. Là aussi, le temps et l'implication des développeurs devraient changer la donne.

20190301_112743.jpg

Ça ronronne sous le capot


Enfin, il ne faudrait pas résumer le Mate X à un « simple » smartphone pliable. Si l'intérêt réside bien évidemment dans l'écran, Huawei a également mis les bouchées doubles sous le capot. Le fleuron du constructeur embarque un processeur Kirin 980 et un modem 5G maison, le Balong 5000. Il est aussi doté d'une batterie de 4500 mAh et de la technologie SuperCharge en 55W. Concrètement, Huawei affirme qu'il sera possible de recharger 85% de la batterie du Mate X en 30 mn.

20190301_112634.jpg

Mate X : un gros potentiel de séduction ?


Au final, que penser de ces quelques instants en compagnie du Mate X ? Tout d'abord qu'il ne s'agit pas d'un gadget ou d'une quelconque performance technique mais bien d'un smartphone réel et abouti. C'est aussi l'acte de naissance d'un format auquel il faudra peut-être s'habituer. Le double écran pliant est séduisant, sa réalisation bluffante mais les usages restent à inventer. L'idée du smartphone pliable est toujours aussi séduisante même après cette prise en main et c'est peut-être là une première victoire pour Huawei. Pour le reste, il faudra compter sur la créativité des développeurs, l'imagination des premiers utilisateurs et convaincre le plus grand nombre qu'il en coûte 2299€ pour plier un smartphone en deux.
Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Le système permet de faire lien entre différentes affaires criminelles afin d’obtenir une liste de suspects potentiels. Les défenseurs des libertés civiles s’inquiètent d’une utilisation discriminatoire de cet outil.
Abordables, performants, régulièrement mis à jour : les smartphones Xiaomi ont de beaux atouts à faire valoir. Ils ont aussi l’énorme avantage d’être facilement modifiables via le root et des ROM modifiées. Ces dernières manipulations deviennent d’ailleurs d’une simplicité enfantine grâce à l’outil XiaoMiTool v2 récemment lancé sur XDA.
Le chef de produit moniteurs de la marque sud-coréenne, Christophe Partridge, détaille pour Clubic les grandes caractéristiques des trois nouveaux écrans Samsung.
24/03 | Écran PC
La rumeur indiquant que Huawei travaille sur deux nouvelles montres connectées semble se vérifier un peu plus aujourd'hui.
Il a étonné autant qu’effrayé les badauds qui s’y sont confrontés : l’énorme Energizer Power Max P18K Pop se cherche un financement pour exister au-delà de sa preuve de concept.
24/03 | Smartphone
Windows Defender ATP devient Microsoft Defender ATP, et se paie en conséquence une sortie sur macOS pour aider les entreprises à renforcer leur sécurité informatique.
24/03 | Mac OS
Annoncée en janvier dernier, la refonte visuelle de Steam est en bonne voie, comme en témoignent les premiers visuels publiés par Valve à l’occasion de la GDC.
24/03 | Steam
Le fabricant chinois Niu lance en France le U-Pro, son scooter électrique connecté et poids plume taillé pour les citadins.
Le 25 mars prochain, la marque à la pomme dévoilera au monde entier son service de presse intitulé Apple News. Il permettra aux abonnés d'accéder instantanément et en illimité à un large catalogue de magazines et autres journaux des quatre coins du globe. Si l'initiative semble prometteuse, elle fait déjà grincer des dents les patrons de plusieurs grands groupes.
24/03 | Apple
Annoncée par Corsair en janvier à l’occasion du CES 2019 avec deux autres souris, les Harpoon et Ironclaw RGB, la M65 RGB Elite n’est ni plus ni moins qu’une Vengeance M60 revisitée au goût du jour profitant d’un capteur optique de nouvelle génération, d’une petite cure d’amaigrissement ainsi que d’un très léger relooking (mais surtout du RGB).
24/03 | Souris
Le navigateur Chrome va permettre dans les prochaines semaines d’accéder à des documents présents sur son espace de stockage personnel directement depuis le champ de recherche.
24/03 | Google drive
27 entreprises devraient être redevables de la taxe française des géants du numérique chère à Bruno Le Maire.
24/03 | GAFAM
Imaginé par l'autorité sanitaire américaine, le jeu vidéo One Leaves vise à exposer les dangers du tabac aux (jeunes) joueurs, et à les faire arrêter de fumer.
23/03 | Jeux vidéo
Avec bientôt cinq saisons au compteur, la série Peaky Blinders est devenu un véritable phénomène, et c'est donc sans surprise qu'on apprend qu'elle aura droit à son adaptation en jeu vidéo prochainement. S'il va falloir attendre encore un peu avant d'en apprendre plus sur le contenu du titre, nous savons déjà quels studios auront la lourde tâche de porter la licence sur consoles et PC.
La multiplication des plates-formes de téléchargement de jeux sur PC pose un certain nombre de problèmes. Parmi les plus épineux, la nécessité d’installer le lanceur spécifique à chaque plate-forme récolte la majorité des suffrages.
23/03 | Steam
scroll top