FuchsiaOS passe dans sa dernière phase de test en interne

Pierre Crochart
Spécialiste smartphone & gaming
02 mars 2020 à 16h02
0
Fuchsia OS
© Google

Un terme sibyllin dans une ligne de code, et l'Internet s'enflamme. Du moins en ce qui concerne les développeurs les plus enthousiastes et curieux de découvrir ce que trame Google avec son mystérieux FuchsiaOS.

9to5Google a remarqué l'apparition répétée du terme cryptique « dogfood » (nourriture pour chien) dans le code le plus récent de FuchsiaOS. Une private joke qui, selon le site spécialisé, signe ni plus ni moins que le début des dernières phases de tests internes pour le nouvel OS de Google.


FuchsiaOS bientôt présenté au public ?

À l'approche du Google I/O 2020 — du 12 au 14 mai prochain — ce changement soudain sur le code de FuchsiaOS peut paraître opportun. Mais s'imaginer que Google fera de grandes annonces concernant son mystérieux OS lors de son raout annuel nécessite plus d'espoir que l'on peut en mobiliser dans ce seul article.

La modification apparue aujourd'hui dans le GitHub du projet signe surtout la preuve que les développeurs de Google avancent à grands pas. Considérations canines mises à part, la version « dogfood » peut ici être considérée comme une itération pré-Alpha. C'est-à-dire préliminaire à une extension des tests en dehors des pâturages de Mountain View.

Google FuchsiaOS code
Les lignes de code en question. © Google Source

Mais le calendrier paraît trop serré pour que Google fasse plus qu'une simple mention à FuchsiaOS lors de sa conférence I/O en mai prochain. Comme le rappelle 9to5Google, les versions « fishfood » et « teamfood » qui ont précédé cette « dogfood » ont respectivement duré quatre et six mois. Il paraît logique que l'étape précédant un accès du public au logiciel prenne au moins autant de temps.


De quoi FuchsiaOS est-il le nom ?

En développement depuis — au moins — 2016, FuchsiaOS est encore auréolé de mystère. À la différence d'Android et de ChromeOS, celui-ci ne sera pas bâti sur un noyau Linux mais sur un micro-noyau appelé Zircon, grâce auquel Google peut se départir d'un certain héritage et faire comme bon lui semble.

À l'origine imaginé comme un système destiné à alimenter les objets connectés, FuchsiaOS a rapidement fait preuve de sa polyvalence. Aussi il semble être en mesure de s'adapter également aux ordinateurs portables, aux téléviseurs connectés et aux smartphones. De quoi envisager une mise au rebut progressive d'Android pour Google ? Ne mettons pas la charrue avant les bœufs.

FuchsiaOS Google
FuchsiaOS devrait pouvoir s'adapter à tout type d'appareil. © Google

Toujours d'après le code le plus récent de FuchsiaOS, il semblerait que la fameuse version « dogfood » dont on parle aujourd'hui serait taillée pour... une enceinte connectée. En effet la ligne « arm64.digfood-release.astro.fuchsia.com » ferait référence à Astro, le nom de code du premier prototype d'appareil dédié à FuchsiaOS : le Google Nest Hub, devenu par la suite le Google Home Hub.

Ce qui ne fait que confirmer nos interrogations : on ne sait toujours pas bien à quoi joue Google avec son OS en gestation.

Via : 9to5Google
Modifié le 02/03/2020 à 16h11
5
6
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

NVIDIA en discussion avancée pour le rachat d'ARM pour au moins 32 milliards
Vignette Crit'air : vers un durcissement des conditions d'obtention
Renault annonce une perte record de près de 7,3 milliards d'euros
Elon Musk veut fournir des logiciels, des batteries et des moteurs à d'autres constructeurs
L'électricité produite en Europe au premier semestre provenait majoritairement d'énergies renouvelables
La première station de recharge à hydrogène ferroviaire annoncée en Allemagne
Rocambole : l'application est enfin de retour sur le Google Play Store !
Windows : le bug de recherche dans l'Explorateur bientôt réglé... Huit mois après
L'évasion Carlos Ghosn financée en Bitcoins
Quand Elon Musk affirme que les pyramides ont été érigées par des aliens, l'Égypte l'invite sur place
scroll top