Search : Google a connu une grosse baisse de sa part de marché en France, voici pourquoi

10 septembre 2019 à 07h32
17
Google Search
© PK Studio / Shutterstock.com

L'été fut moins radieux qu'à l'accoutumée pour le géant Google. Ces deux derniers mois, la firme américaine a connu une sévère baisse de sa part de marché en France.

Que s'est-il passé pour Google cet été en France ? Pourquoi le géant américain, sans concurrence ou presque sur le territoire comme dans la plupart des autres pays du monde, a vu sa part de marché brusquement diminuer au cours des deux derniers mois dans l'Hexagone ? La réponse tient en fait à une disposition réglementaire. Et le mois de septembre sonne déjà comme un retour à la normale.

Sur smartphone, Google a souffert cet été

« L'été s'ra chaud » chantait Éric Charden, sur les conseils de Didier Barbelivien. Et ce fut le cas du côté de Google. Alors que le moteur de recherche est sollicité pour 93 à 96 % des requêtes en France, avec un concurrent, Bing, qui plafonne autour des 3 % de parts de marché, on pouvait se dire que Google n'avait rien à craindre. Sauf que l'été est passé par là.


Entre juin et juillet 2019, Google est brusquement tombé de 94,2 % à 86,04 % de parts de marché en France, sur l'ensemble des recherches, ordinateur, smartphone et tablette confondus. Sur mobile uniquement, la chute est encore plus impressionnante : -15 %, selon les mesures de StatCounter. Il s'agissait alors d'une chute historique pour Google.

Et cela a continué, puisqu'entre juillet et août, Google a vu ses parts de marché chuter de 86,04 à 84,74 %. Sur mobile, la part de Google est descendue à 80,75 %. Le début d'une crise ? Pas vraiment.

StatCounter-search_engine-FR-monthly-201905-201909.png
(© Crédits photo : StatCounter)

Bingo estival pour Bing

En mars 2019, Google avait annoncé devoir procéder à quelques ajustements pour répondre aux exigences de la Commission européenne, qui a condamné la firme à plusieurs reprises pour abus de position dominante dans le passé.

Ainsi, depuis le mois de juin, des utilisateurs d'Android ont constaté l'apparition d'un pop-up au moment de lancer le Play Store de Google. Celui-ci leur propose de définir leur moteur de recherche, en choisissant parmi Google et ses concurrents, et de choisir un navigateur par défaut. Ainsi, et même si Google conserve un avantage en intégrant ses propres applications et services, en natif, sur les smartphones, la firme de Moutain View laisse ce choix à ses utilisateurs.


Et vous en connaissez désormais les conséquences. Le flottement a duré deux mois et a surtout profité à Bing, le moteur de recherche de Microsoft, qui a connu une poussée de près de 12 % de parts de marché au mois d'août. Néanmoins, Google a récupéré son écrasant leadership avec la rentrée en enregistrant une part de marché supérieure à 93,5 % depuis le début du mois. Bing, de son côté, flirte toujours avec la barre des 3 %, selon StatCounter. Le plus fort reste le plus fort.

Source : Cachem
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
17
16
obyoneone
perso c’est duckduck pour la famille et mes élèves
yalefeu
Ecosia.org pour ma part
Vanilla
Dictateur !!!<br /> tu peux pas les laisser choisir lol ??
DvDSuper
Perso c’est… Google. Le plus rapide, et le plus pertinent. Comme je n’ai rien à cacher, mais pas de temps à perdre, je reste sur le plus efficace (et de loin).
Nissart
avec un challenger comme Bing ils peuvent dormir sur leurs deux oreilles
Elrix
C’est beau la lobotomie
TofVW
Pourquoi ça?
bmustang
essaye seulement de faire mieux que 3% et tu pourras après parler de challenger
bmustang
plus efficace (et de loin) à te pomper ton trafic et le reste, je n’en doute pas !
leulapin
Arf, ce n’est pas toi qui décide de si tu as quelque chose à cacher ou pas… c’est d’autres qui décideront de te nuire sur leurs propres critères et ta vie privée est ta seule défense face à ça. Que tu le veuilles ou non et quelque soit ta certitude d’être quelqu’un de bien…
enrico69
On sait que l’on regrette tous l’époque Lycos (“Va-chercher Lycos”) de la fin des années 90 ahah.<br /> Ou encore de devoir utiliser un logiciel comme Copernic qui allait taper dans les<br /> moteurs de recherche (c’était la classe).
Mikawelll
Lol
Cmoi
Je suis allé voir ce que proposait actuellement Copernic, et son slogan est maintenant : “Chercher est une perte de temps. Copernic est conçu pour trouver” avec un chien pour illustrer
sandalfo
Oui Copernic et Altavista… mieux que Lycos à l’époque
sandalfo
Avec même le moteur de recherche du Dark Web à l’époque, Astalavista.box.sk<br /> On pouvait y trouver des numéros de carte bleue, des serials, des cracks, etc.
MichelMerlin
« Oui Copernic et Altavista… mieux que Lycos à l’époque »<br /> et encore avant ces 3 là il y avait Yahoo lui-même qui, considérant la recherche comme un petit accessoire facultatif à sa fonction principale de “portail” (d’ailleurs très bien faite et qui lui avait valu sa grandeur), la confiait à un tout petit sous-traitant de nom inconnu, un certain… Google. Après qq temps, Google a commencé à prendre une importance significative (disons 5%) du trafic de Yahoo, ce dernier, vexé, s’en est débarrassé, causant le vrai décollage de Google et son propre déclin.<br /> Versailles, Tue 17 Sep 2019 20:50:20 +0200
joenovice
Perso c’est<br /> www.startpage.com<br /> Startpage.com - The world's most private search engine<br /> Startpage.com delivers online tools that help you to stay in control of your personal information and protect your online privacy.<br />
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

La publicité ciblée va débarquer sur la télévision (pour ceux qui la regardent encore)
Siri discrètement reprogrammée pour
Salon de Francfort - Volkswagen ID.3, la très attendue compacte électrique de VW, est là !
282 km/h : record de vitesse mondial pour un véhicule autonome
Tesla imagine des essuie-glaces électromagnétiques
Edward Snowden en interview :
Véligo, le service de location de vélo électrique, débarque en Île-de-France
LeKiosk, première bibliothèque médiatique digitale, poursuit sa croissance folle en France
Le P.-D.G. de Nissan va démissionner suite au scandale autour de sa rémunération
Un logiciel se propose de cacher les photos non désirées de pénis sur Twitter
Haut de page