Google triche… pour échapper aux sanctions de l’Union européenne

21 novembre 2018 à 19h22
4
commission européenne.jpg

Sanctionné en 2017 pour abus de position dominante, d'une amende de 2,4 milliards d'euros, le géant Google a trouvé le moyen de tromper l'UE pour racheter ses péchés. Mais Bruxelles a fini par s'en apercevoir.

Revenons un peu en arrière... Fin juin 2017, la firme de Moutain View était condamnée par l'UE à s'acquitter d'une amende de 2,4 milliards d'euros pour avoir abusé de sa position dominante s'agissant de la recherche en ligne. La Commission européenne reprochait à Google de mettre en avant son propre service de comparateur de prix, Google Shopping, au profit des comparateurs concurrents, relégués bien plus loin dans les pages du moteur de recherche. Et alors qu'on pensait que le géant de Mountain View avait « rétabli » le bon fonctionnement de son service, Bruxelles s'est aperçue que la société américaine continue, semble-t-il, de tricher.

Margrethe Vestager, toujours aux aguets

Cette semaine, Margrethe Vestager, Commissaire européenne à la Concurrence, a fait quelques révélations à l'AFP. Lors d'un entretien, la Danoise a révélé que ses équipes ont remarqué une pratique pour le moins suspecte de Google, qui avait au préalable été dévoilée par Sky News, la chaîne TV britannique.

« Bien sûr, nous l'avons constaté parce que nous faisons le suivi, mais aussi parce que des gens viennent nous noir », a-t-elle précisé. La Commission pensait que Google était en train de mettre en place des solutions pour racheter ses fautes et surtout se mettre en conformité avec la sanction prononcée.

De « faux » sites rivaux

Mais selon les sources qui se sont exprimées sur Sky News, Google aurait incité des agences de publicité à créer de « faux » sites rivaux, tous comparateurs de prix, pour les afficher dans les résultats de recherche. « Nous faisons un suivi auprès de Google et nous leur avons signifié que la comparaison d'achats, ce n'est pas de la publicité en tant que telle », a renchéri Margrethe Vestager. Pour le moment, Google n'a pas répondu aux déclarations de la Commissaire.

Depuis, Google a reçu une nouvelle amende de 4,34 milliards de dollars, en juillet 2018, toujours pour abus de position dominante, mais cette fois via son système d'exploitation Android.
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
4
0
TheFelin
don’t be evil… Tous pareil, pas un pour racheter l’autre… Enfin si quand ils peuvent les écrabouiller en bourse ou ailleurs!
Nmut
Il n’y a pas de raison que les grands groupes n’utilisent pas toute leur puissance pour avoir plus de fric, c’est ce que font 90% (ou plus?) des gens, seulement à une échelle infiniment plus petite…
bmustang
T’as pas compris ce que dit l’article visiblement ou l’astuce de google ? On parle de tricherie, alors que la commission européenne a infligé une amende lourde et demandé à google de se mettre en conformité.
Precrime
Je suis du même avis que toi, ce qui me dérange en soi c’est le droit de regard de la politique envers ces entreprises. On cherche à être leader et montrer tout le savoir faire quand çà nous arrange, mais lorsque çà dépasse nos frontières, on cherche à taxer un peu plus. Tiens ne serait-ce pas le même argument que nous utilisons en France pour légitimer les radars ?
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Le logiciel antivirus Avast vient de lancer une version pour iPhone
Google : la bêta de l'app'
Instagram : une faille liée au RGPD aurait causé la fuite de mots de passe
Robert Rodriguez (Sin City, Machete) sort un court-métrage VR de 20 minutes
⚡ La Xiaomi Mi Box S 4K HDR Android TV à 49,84€ au lieu de 71,20€
⚡ Le Galaxy S9 à 475€ pour le Black Friday
Plus besoin de mots de passe pour accéder à son compte Microsoft
La NASA va ouvrir une enquête sur l’usage de drogues chez Space X et Boeing
🔥 Cyber Monday: notre sélection des meilleures offres chez Cdiscount, Canon, Amazon, Fnac
Xiaomi, porté par le haut de gamme et l'international, s’envole au troisième trimestre
Haut de page