LG Chem compte investir 49 millions d'euros dans les nanotubes de carbone

28 avril 2020 à 12h26
0
Batterie voiture electrique
Batterie de voiture électrique

LG Chem a annoncé dans un communiqué un nouvel investissement de 65 milliards de wons sud-coréens (environ 49 millions d'euros) dans son usine de Yeosu, en Corée du Sud, d'ici le début de l'année 2021. La somme sera utilisée pour accélérer la production de nanotubes de carbone (NTC), une forme de carbone présentant des propriétés intéressantes pour l'électrique.

LG Chem entend ainsi multiplier la production de ses NTC par plus de trois. Celle-ci doit augmenter de 1 200 tonnes, pour atteindre une production annuelle de 1 700 tonnes.

La voiture électrique, mais pas seulement

Selon le communiqué de la société, les NTC présentent des conductivités électrique et thermique semblables à celles du cuivre ou du diamant, des propriétés qui les destinent à être utilisés dans la conception de différents appareils, et notamment les batteries des véhicules électriques.

L'entreprise tend ainsi à s'engager sur ce marché, précisant qu'elle ne vise pas seulement le segment des voitures électriques : LG Chem souhaite aussi atteindre d'autres secteurs concernés par les nanotubes de carbone. Ces dernières années, le marché de ces NTC s'est considérablement développé, les concepteurs les utilisant notamment dans le développement de batteries lithium-ion (que l'on retrouve aussi dans les smartphones) afin d'en améliorer la conductivité.

La marque souligne ainsi qu'« en utilisant des NTC comme additifs conducteurs d'anode, il est possible d'obtenir une conductivité améliorée d'environ 10 % [ ... ] et de réduire la quantité d'utilisation de matériaux conducteurs d'environ 30 %, un espace qui pourra être complété avec des matériaux d'anode nécessaires pour améliorer la capacité et la durée de vie des batteries lithium-ion ».


Tour du monde

La marque s'attend ainsi à ce que le marché NTC soit multiplié par trois dans les années à venir, anticipant une demande de 13 000 tonnes en 2024, contre 4 000 tonnes actuellement. À terme, LG Chem veut améliorer la compétitivité de ses produits en basant ses batteries sur des mélanges lithium-ion comprenant des nanotubes de carbone. Mais elle prévoit également d'augmenter ses ventes de matériaux auprès des équipementiers chinois, européens et nord-américains, ajoutant prévoir « des plans d'extensions supplémentaires en 2022 ».

Ces extensions ont déjà commencé. Au-delà de ces 49 millions d'euros destinés aux NTC, la société est en train d'investir massivement dans la production de batteries pour véhicules électriques. Elle a signé un partenariat avec General Motors en décembre dernier. Selon les médias sud-coréens, l'enseigne vient de contracter un prêt de 550 millions d'euros destiné à financer une future usine implantée en Pologne. Le mois dernier, elle avait déjà contracté un premier prêt de 480 millions d'euros auprès de la banque européenne d'investissement (BEI) pour le financement de ce même projet. Et quelques semaines plus tôt, elle a acquis une usine de production de télévisions en Turquie, avec l'objectif de la convertir et d'y produire des batteries.

Source : Green Car Congress, Communiqué de presse et Inside EVs.
Modifié le 28/04/2020 à 12h26
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
0
0

Actualités du moment

La licence de jeux vidéo Brothers in Arms va revenir... En série télé
Une distribution Fedora bientôt disponible en natif sur des ThinkPad de Lenovo
Greenly lance son application Android afin que chacun mesure l'impact carbone de ses dépenses
Festival de Cannes, de Venise et de Berlin : cette année c'est sur YouTube
COVID-19 : Airbnb crée un protocole de nettoyage et impose 24 heures entre deux locations
Un écran gamer Acer 23,8
Le prix du SSD interne Crucial 2To en chute libre sur Amazon
StopCovid : l'ANSSI valide l'application, le choix du Bluetooth et le chiffrement des pseudonymes
Les bandes annonces Netflix sont désormais lisibles dans WhatsApp sur Android
Haut de page