Menaces, invectives et interdiction de vol : le dossier impossible des satellites OneWeb

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
04 mars 2022 à 09h10
5
OneWeb tir 3 © Roscosmos
Décollage d'une « grappe » de satellites OneWeb depuis Baïkonour. Crédits : OneWeb

Alors que la fusée Soyouz qui contenait un nouveau lot de satellites était juste arrivée sur son site de lancement à Baïkonour, les tensions sont montées d'un cran hier sur fond de sanctions et tensions. Menaces du directeur de Roscosmos, demandes impossibles à tenir, l'opérateur a tranché aujourd'hui et se retire du site.

Que va-t-il se passer pour ces 36 satellites en particulier ?

Chantage au lancement

Sanctions d'un côté, contre-sanctions de l'autre. Depuis le début de l'invasion de l'Ukraine, le secteur spatial est le témoin d'échanges houleux et de propos tranchants, dans un domaine habituellement policé, où la coopération est la norme. Au matin du 2 mars, les équipes russes de Baïkonour ouvraient le hangar du MIK pour laisser sortir Soyouz, sur son attelage tracté sur rail, pour l'emmener sur son site de lancement 31/6. Et ce n'est qu'une fois le lanceur à la verticale que le directeur de Roscosmos (D. Rogozine) a pris la parole, menaçant sur Twitter d'annuler la campagne de lancement si OneWeb refusait de se plier à de nouvelles conditions.

Les demandes étaient dignes de cette prise d'otages de satellites : garantie de la part de OneWeb qu'aucun satellite de la constellation ne serait utilisé à des fins de défense et vente de la part du capital de l'entreprise détenue par le Royaume-Uni (environ 40 %), que la Russie considère comme « hostile ». Deux conditions que l'opérateur ne pouvait pas tenir… D'une part parce qu'en tant que fournisseur de connectivité internet, il ne peut garantir que ses clients ne s'en serviront pas à des fins de défense, et de l'autre parce que le Secrétaire anglais aux entreprises a déclaré dans l'après-midi : « Il n'y a pas de négociation pour OneWeb, nous ne vendrons pas nos parts ».

OneWeb satellites © OneWeb
Deux exemplaires de satellites OneWeb. Il y en a 36 sous la coiffe de Soyouz. Crédits : OneWeb Satellites

Un climat calme et respectueux (non)

Parce que le débat n'était pas encore assez apaisé, D. Rogozine a publié dans l'après-midi une vidéo des équipes de Baïkonour recouvrant les drapeaux présents sur la coiffe. Ce qui est avant tout symbolique, mais frappera sans doute les employés de part et d'autre qui ont œuvré à cette campagne de lancement : ils font en général la fierté des partenaires internationaux qui font partie de l'aventure. OneWeb, par exemple, est une compagnie en partie anglaise, en partie indienne, mais aussi française…

Les satellites sont fabriqués aux États-Unis avec une entreprise conjointe, dont Airbus est le partenaire majoritaire, et les composants viennent du monde entier (y compris, pour les propulseurs en orbite, de Russie). Une internationalité intéressante pour une constellation de satellites mondiale, mais qui dans le cas actuel pourrait poser problème.

À ce point-là, autant l'envoyer en orbite… non ?

D'abord, que va-t-il se passer ce 5 mars ? Le décollage prévu ne semble plus à l'ordre du jour, et OneWeb a publié un communiqué laconique ce matin expliquant que l'entreprise suspendait tous ses tirs depuis Baïkonour. La partie russe cèdera-t-elle du lest au dernier moment ? Les satellites passeront-ils par pertes et profits ?

La réponse est complexe. L'opérateur ne voudra sans doute pas les laisser sur place (et à la merci d'une « étude poussée »), mais les récupérer sera coûteux, d'autant que leur chargement de carburant est déjà en place et que tout est prêt pour le décollage. Sans oublier les restrictions d'accès de et vers la Russie (Baïkonour est au Kazakhstan, mais la zone est une enclave russe).

Sur ce point, on peut imaginer l'agitation en réunion depuis hier entre OneWeb, Arianespace qui s'occupe de la commercialisation du vol, les assureurs et Roscosmos. En espérant que quelqu'un décroche : hier, un responsable de l'entreprise disait avoir découvert les conditions sur Twitter.

Soyouz décollage moteurs © Roscosmos/TsENKI
Tant que les moteurs ne sont pas allumés, on peut toujours revenir en arrière.. Crédits : Roscosmos

Une année qui s'annonce compliquée pour OneWeb

Les cinq autres vols prévus pour déployer les 220 satellites restants de la constellation orbitale sont évidemment en question. Ont-ils déjà été payés ? Quelles sont les conditions des contrats ? Et surtout, quelles solutions sont envisageables pour emmener les satellites en orbite ? Contrairement à une idée répandue, il n'y a pas tant d'alternatives à Soyouz dans le paysage mondial des lanceurs actuellement. Les fusées chinoises sont hors compétition (ce sont les fameuses restrictions ITAR américaines), les fusées européennes sont déjà sous une tension énorme à cause de l'invasion de l'Ukraine et de la transition vers Ariane 6, SpaceX est concurrent (sous une certaine forme) de OneWeb…

Reste l'Inde, dont les cadences sont encore minimales suite à l'impact de la crise sanitaire ? N'oublions pas que le matériel spatial, s'il a parfois l'air versatile, n'est pas une malle que l'on peut déposer à sa guise sous n'importe quelle coiffe et à n'importe quelle condition. Il faudra trouver une solution compatible avec les satellites OneWeb pour passer la crise. Et politiquement pérenne.

Source : Spacenews

Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
5
4
PaowZ
et vente de la part du capital de l’entreprise détenue par le Royaume-Uni (environ 40 %)<br /> …mais heu… cette exigence, c’est parce que la Russie est en embuscade pour racheter les parts, du coup ?<br /> En tout cas, oui, ça ressemble à une prise d’otage bien préparée et il est probable qu’il y ait du vol d’informations et de connaissances, si OneWeb ne récupère par le contenu des coiffes…
ebottlaender
Difficile de répondre à la question ! Cela semblait de toutes façons une exigence que OneWeb ne pourrait remplir en aucun cas. Une façon de dire « c’est pas nous qui annulons la campagne, c’est parce que vous n’y mettez pas du votre ».
gothax
Moi je lis que c’est plutôt le fait de mettre en orbite des objets qui vont l’espionner. C’est comme se tirer une balle dans le pied.<br /> @Éric j’ai une question : à quelle echelle estimes-tu l’aide tactique et stratégique qu’apportent les USA et ses alliés à l ukraine avec leur satellites ? Est ce que des sociétés privées épaulent ou savent épauler dans ce domaine? Ou c’est simplement les traditionnels « satellites espions » ?<br /> En fait j’ai aucune idée du nombre de satellites qui tournent au dessus de nos tête.
ebottlaender
Alors déjà ces satellites OneWeb sont des satellites de communications. Ils n’auraient pu espionner la Russie parce que ce sont grosso modo des transmetteurs.<br /> Il est difficile de répondre précisément à la question sans faire un roman. Les USA aident l’Ukraine avec des images satellites oui, mais les contours exacts de ce que ça couvre n’ont ps été donnés. Sans doute des images radar, de l’optique et des analyses d’images pour quantifier précisément les forces en présence. Et ça s’appuie sur les sociétés privées américaines comme Maxar surtout, Blacksky ou Planet… Les USA ont eux mêmes leurs satellites de la défense avec des résolutions inédites, mais on ne sait pas si les informations peuvent être exportées comme ça. On se souviendra de la gaffe de Trump qui avait tweeté une image d’un pas de tir iranien pris par un satellite espion…<br /> Tous les satellites au-dessus de nos têtes de sont pas des satellites optiques. Des « vrais » satellites espions, il y en a une petite trentaine, grand maximum. Les autres sont commerciaux.<br /> Clubic.com – 17 Jan 21<br /> Que peut faire un « satellite espion » ?<br /> Bercés par notre culture cinématographique,<br /> les satellites utilisés au service des armées<br /> du monde entier sont souvent fantasmés.<br /> A quoi servent-ils ? Et leurs capacités ? Elles ne sont pas<br /> publiques, mais elles non plus ne peuvent égaler...<br />
cid1
Je pense que l’arrêt des tirs de nos satellites est une réponse aux sanctions que l’on a prise pour la Russie, Poutine l’a dit "il n’y auras plus de tirs depuis Baïkonour " C’est extrêmement chiant car il y a des centaines de millions d’euros(si pas des milliards) en satellites et en capsules porteuses de ces satellites.
Voir tous les messages sur le forum

Lectures liées

Découvrez Proton, la toute nouvelle identité visuelle de ProtonMail
Opera VPN Pro est désormais disponible sur Windows et macOS
Zoom sur Fronton, le botnet russe qui multiplie les fake news sur les réseaux
YouTube retire 70 000 vidéos de désinformation pour contrecarrer la propagande russe sur la guerre en Ukraine
Face au malware XorDdos, Microsoft recommande son navigateur Edge aux utilisateurs de Linux
Ce bug dans PayPal permet à un hacker de manipuler les transactions
Attention, ce malware se cache dans un ficher Word vérolé, lui-même caché dans un PDF
Les Anonymous déclarent la cyberguerre à Killnet, un groupe de hackers pro-russes
Offrez-vous le meilleur VPN pour gagner en cybersécurité à prix cassé
Méfiez-vous de cette arnaque : un faux site DHL peut récupérer vos identifiants bancaires
Haut de page