OneWeb : le gouvernement anglais et l'opérateur Bharti investissent 1 milliard pour la reprise.

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
06 juillet 2020 à 10h34
4
Oneweb.jpg © Oneweb satellites
Vue d'artiste d'un satellite OneWeb en orbite. Seront-ils bientôt plus que 74 ? © OneWeb

L'opérateur de la constellation de satellites OneWeb pour l'accès internet était en faillite depuis mars. C'est un drôle de consortium, entre le gouvernement anglais et l'opérateur indien Bharti Global, qui a finalement remporté le dossier.

Mais il faudra peut-être plus qu'un investissement de 500 millions chacun pour un déploiement complet.

OneWeb, c'est reparti

Le secret est resté bien gardé jusqu'à ce 3 juillet 2020, que ce soit du côté de OneWeb ou de ses repreneurs. Depuis le 27 mars, l'entreprise était sous la protection du « chapitre 11 » de la loi américaine qui gère les faillites avant un démantèlement, une reprise partielle ou totale. Que ce soit pour les bandes de fréquences allouées à ses satellites, ses 74 unités déjà en orbite ou ses accords autour du monde, le dossier allait probablement aiguiser quelques appétits, mais nécessitait une grosse capacité d'investissement (et le contexte de crise actuel n'apporte pas beaucoup de garanties).

C'est finalement le gouvernement britannique et l'opérateur de téléphonie indien Bharti Global qui vont aider OneWeb à se remettre sur pied. Chacun des deux acteurs investit 500 millions de dollars.

Une alliance étonnante

La manœuvre ne surprend pas outre mesure pour Bharti Global. Le groupe indien, troisième opérateur mondial en termes de clients, dispose d'une base de plus de 425 millions de clients pour ses services mobiles. En sachant que l'entreprise veut augmenter son emprise sur l'Asie du Sud-Est, mais aussi sur le marché africain, il n'est donc pas étonnant que Bharti participe à ce rachat.

C'est toutefois plus surprenant de la part du gouvernement anglais, qui souhaite, avec cette somme « assurer l'indépendance du Royaume Uni dans l'espace ». Le secrétaire d'état Alok Sharma a déclaré à cette occasion « cet accès à une flotte globale de satellite a le potentiel de connecter des millions de personnes à internet dans le monde, bon nombre d'entre eux pour la première fois, et cet accord nous donne l'opportunité de développer nos capacités de production ici au Royaume-Uni ».

Plusieurs fuites dans la presse, les jours précédant l'annonce, évoquaient aussi la possibilité (peu simple, et très chère) pour les anglais de rajouter à OneWeb des capacités de positionnement autonomes, ou pour complémenter le GPS.

Une mesure qui serait vue comme un pied de nez à la constellation européenne Galileo, à laquelle le Royaume Uni a beaucoup participé… Et dont certaines fonctionnalités lui sera exclues suite au Brexit.

OneWeb satellites © OneWeb
Bonne nouvelle pour Airbus, qui détient à 50% l'usine de production des satellites OneWeb en Floride ? Les sous-traitants ont durement subi le coc. Crédits OneWeb Satellites

Il faudra reprendre vite…

Le dossier ne sera pas finalisé avant le dernier trimestre de 2020, même si le communiqué de OneWeb stipule que l'entreprise cherche à reprendre au plus vite les activités de production et de lancement, abandonnées depuis fin mars.

Tout laisse donc penser que, dans un premier temps au moins, le plan de déploiement de la constellation de connectivité sera celui qui était initialement imaginé.

Reste à espérer que cette somme d'argent sera suffisante pour relancer l'intérêt du service, et que les conséquences de la faillite n'impactent pas trop la reprise des activités (les regards se portent notamment sur Arianespace, à qui OneWeb avait commandé 21 lancements de Soyouz et le vol inaugural d'Ariane 6).

Source : Space News

Modifié le 06/07/2020 à 10h34
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
4
4
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Le smartphone à écran enroulable de LG arrivera début 2021
Tencent crée son propre studio de jeux vidéo, dirigé par un ancien de Rockstar Games
Chrome sur Android passe en 64 bits et « améliore » ses performances
Intel aurait dans les cartons un Core i9-10850K avec 10 coeurs et 20 threads
Pas de jaloux, DiRT 5 tournera à 120 fps sur Xbox Series X et sur PS5
OnePlus Nord : mais pourquoi ce nom ?
5G : en France, Huawei ne fera pas l'objet d'un bannissement total, mais sera désavantagée
Deezer poursuit son internationalisation et accueille un investisseur mexicain
Facebook se tourne vers l'imagerie holographique pour des lunettes VR vraiment minces
Haut de page