🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech 🔴 Soldes d'été : jusqu'à - 50% sur le high-tech

Tout savoir sur Starlink, la constellation qui veut mettre la fibre en orbite

Eric Bottlaender
Spécialiste espace
11 mars 2020 à 11h13
27
Starlink
Une constellation globale

C'est une promesse, autant qu'un pari de SpaceX : construire une constellation de satellites capable de connecter le monde. A la clé ? Une manne financière capable de supporter de gigantesques projets de colonisation de Mars. Mais après 5 ans de travaux, il reste beaucoup de questions.

Pour comprendre Starlink, il faut revenir un peu en arrière... Jusqu'en 2014.


Ce lundi 11 novembre, SpaceX va envoyer de nouveaux satellites Starlink en orbite. Le spécialiste espace Arthur Carpentier (@SpaceOddityFR) couvrira l'événement en direct en vidéo sur Clubic pour vous dévoiler les coulisses du décollage ! Rendez-vous lundi à partir de 15h30, et sur le Twitter @Clubic avec l'éclairage d'Eric Bottlaender (@Bottlaeric). Attention : lancement soumis à modification ou annulation indépendante de notre volonté.


Recherche : machine à sous

A cette époque, SpaceX commence à engranger beaucoup de contrats, mais malgré le soutien de la NASA pour plusieurs projets, les développements coûtent cher. La réutilisation des lanceurs n'est pas encore une réussite, et l'entreprise piétine sur certains projets futurs, comme Falcon Heavy, le moteur Raptor ou même le projet de long terme de véhicule pour se rendre sur Mars et coloniser la planète rouge. En d'autres termes, Elon Musk sait que pour continuer de bouleverser le spatial, il faudra de nouvelles sources de revenus. Et pourquoi pas des satellites ? Après tout, les clients de SpaceX génèrent pour certains plusieurs centaines de millions de dollars chaque année grâce à leurs unités en orbite géostationnaire, dédiés à la télécommunication... Le milliardaire en discute avec une bonne connaissance, Greg Wyler qui a déjà lancé 12 satellites dédiés à la connectivité internet avec son entreprise, O3b (littéralement « Other 3 billions » en référence aux 3 milliards de terriens qui n'ont pas alors accès à l'internet). Serait-il possible d'en faire encore plus ? De créer une véritable constellation de satellites pour connecter le monde ?

Deux opérateurs sont sur un bateau...

Les deux patrons pensent que oui, mais n'arrivent pas à tomber d'accord. Alors en coulisses, chacun passe la fin d'année à attirer les investisseurs, à préparer des demandes pour les fréquences de ses éventuels satellites, à faire le tour des constructeurs. Le 14 janvier 2015, Greg Wyler ouvre le bal et dévoile le projet OneWeb avec l'appui de Virgin et Qualcomm. 700 satellites en orbite basse pour connecter le monde entier, à commencer par les zones les plus reculées. Mais deux jours plus tard, coup de tonnerre. Même si quelques rumeurs avaient fuité, Elon Musk réplique avec son propre projet. En conférence pour inaugurer un nouveau site de SpaceX à Seattle, il révèle que le bâtiment va accueillir une nouvelle branche de l'entreprise, dédiée à la conception et la production de satellites, révélant « vouloir bousculer ce domaine comme nous avons bousculé les lanceurs ». Mais surtout, il dévoile son propre projet de connectivité internet, avec plus de 4 000 satellites en orbite basse. Et d'évoquer, sur scène, la mise en place d'une vraie chaîne d'assemblage de satellites en série, les procédures administratives déjà en place et un plan marketing. Le coup d'envoi de Starlink, qui ne s'appellera Starlink que deux ans plus tard, est donné.

Starlink coiffe 1
Des satellites par dizaines...

Echanges d'amabilités

Après les annonces tonitruantes de janvier 2015, les trois années suivantes sont le théâtre d'une véritable « guerre des tranchées » des méga-constellations, dans laquelle tout est permis. OneWeb tente d'abord de torpiller son adversaire au tribunal, sans succès. Puis SpaceX tente de bloquer ses concurrents en déposant des myriades de demandes d'attribution de fréquences et d'orbites aux autorités compétentes. Le chiffre passe de 4 400 satellites à pratiquement 12 000, répartis entre 340 km (bande de fréquence V), 550 km et 1200 km d'altitude (bandes de fréquences Ku et Ka). A SpaceX qui prévoit d'utiliser sa propre usine, et se voit contraint d'embaucher des dizaines de spécialistes des antennes, de propulsion, de connectivité réseau et autres composants, OneWeb réplique par un accord avec Airbus Defense and Space, qui va concevoir et produire les satellites depuis un nouveau site en Floride. Les deux géants abattent lentement leurs cartes les unes après les autres : après les premières dates que Gwynne Shotwell (directrice opérationnelle de SpaceX) annonce pour des lancements sur la fusée Falcon 9, OneWeb signe pour 21 décollages de Soyouz avec Arianespace.

Un pas en avant, deux en arrière

En plus de ce duel, la période 2015-2018 n'est pas facile à négocier. Pour SpaceX, il faut gérer les échecs de ses lanceurs en 2015 et 2016, un pas de tir détruit à reconstruire, sans oublier une baisse des commandes des grands opérateurs de satellites de télécommunication. C'est le paradoxe de l'entreprise d'Elon Musk, il lui faut des fonds (au moins 10 milliards de dollars annoncés) pour créer sa constellation géante... Alors même que cette dernière a rajouté une couche à la crise de confiance que traversent les géants du secteur qui lui achètent des lanceurs ! Les opérateurs « traditionnels » prennent du temps pour observer la réaction du marché avant d'investir sur d'autres satellites en position géostationnaire (chaque unité peut coûter entre 100 et 750 millions de dollars). D'autant que ces super-constellations qui se multiplient pourraient perturber leurs services en « coupant » les faisceaux de leurs satellites. Réclamations, plaintes, litiges, difficultés techniques, le contexte n'est pas au beau fixe pour SpaceX... Ni pour OneWeb qui peine à trouver des fonds et doit supporter des retards. Pour ne rien arranger, d'autres constellations ont attiré l'œil des investisseurs (comme Telesat, et plus récemment Kuiper, les milliers de satellites d'Amazon).

Starlink Tintin
Les eux premiers satellites Starlink

Tintin et Tintin

Le 22 février 2018, deux satellites Starlink sont envoyés en orbite à l'occasion d'un décollage de Falcon 9. Des unités de test, nommées Tintin A et B, pour lesquels SpaceX n'a partagé que quelques rares images, et qui ne préfigurent pas du design final. Selon l'entreprise, les essais initiaux se passent bien, mais les deux satellites posent beaucoup de questions : ils n'atteindront jamais l'altitude de 1 125 km à laquelle ils étaient censés grimper à l'origine, et selon la communauté radio-amateure (qui a observé de près les prototypes), ils n'ont pas émis grand-chose. Quelques mois plus tard, autre nouvelle surprenante, après un passage du PDG à Seattle, une partie des responsables de Starlink sont tout simplement... renvoyés. Un second lot de satellites expérimentaux est attendu, mais ne se matérialise pas en 2018. Du pain béni pour les adversaires : le 27 février 2019, OneWeb envoie 6 exemplaires de pré-série sur l'orbite opérationnelle de sa constellation.

Satellite, option krypton

Cependant, la production de série chez OneWeb n'a pas encore commencé. Quelle surprise alors lorsque SpaceX annonce, puis envoie 60 satellites en orbite au cours d'un seul lancement le 24 mai 2019 ! Fidèles à leurs habitudes, les équipes de SpaceX ont créé une architecture surprenante. Un satellite Starlink pèse environ 225 kg, est équipé d'antennes plates, et d'un seul panneau solaire dépliable. Il communique (pour cette première génération) en bande Ka et Ku, et sa propulsion est assurée par de petits moteurs ioniques au krypton, une première. En effet, de nombreux satellites (dont ceux de Oneweb) utilisent une technologie similaire, mais avec du Xénon... Qui coûte 10 fois plus cher. Représentant 13,7 tonnes de charge utile, un record sous la coiffe de Falcon 9, les satellites Starlink sont empilés sans dispositif d'éjection, et reposent « simplement » les uns sur les autres. Un choix économique, mais étonnant : lors de l'arrivée en orbite, toute la grappe de satellites s'éloigne doucement en laissant ses 60 unités s'éloigner les unes des autres à basse vitesse. Les unités sont ensuite activées une par une et entament leurs manœuvres.

60... 59, 58, 57

Depuis le 24 mai, la constellation Starlink est donc en essais. Le design des satellites n'est « pas figé », affirme Elon Musk, puisque ces premières unités ne disposent pas de toute la panoplie espérée à terme, comme par exemple des liens de communication entre les différents satellites pour établir un « maillage » du réseau en orbite. Sur les 60, seule une cinquantaine d'unités sont sur leur orbite à 550 km d'altitude et actives, mais les premiers mois ont été riches en enseignements avant la mise en place d'autres unités de la constellation. Le 21 octobre, Elon Musk s'étonnait en public d'avoir réussi à envoyer un premier tweet via Starlink... Mais d'autres clients potentiels le testent également : l'US Air Force, à travers le programme DEUCSI (Defense Experimentation Using the Commercial Space Internet) a utilisé Starlink dans un de ses avions, et aurait été très impressionné du débit obtenu. SpaceX a déjà décroché un « petit » contrat de 23 millions de dollars pour laisser la défense tester quelques communications avec le dispositif.

Starlink Artiste 1
Vue d'artiste d'un satellite Starlink

Starlink, Starlink everywhere

Le prochain décollage avec un « lot » de 60 satellites Starlink devrait intervenir ce lundi 11 novembre vers 16h, et a été retardé depuis le mois d'octobre sans que l'entreprise donne une raison spécifique (toutefois cela peut être lié au lanceur). Un second décollage au service de la constellation pourrait selon les affirmations de Gwynne Shotwell, intervenir avant la fin de l'année. Un avant-goût pour 2020 et ses potentiels... 24 décollages de Falcon 9 au service de Starlink. L'objectif est clair, mettre en orbite un maximum de satellites pour obtenir une couverture globale initiale et commencer à commercialiser ses services avant les autres concurrents. L'année prochaine sera donc déterminante, et montrera (ou non) si Starlink peut se montrer convaincant... Tout en étant encore restreint à un public ciblé : la constellation globale et les services d'opérateur internet pour le grand public devront attendre.

Un maillage serré

Bien sûr, Starlink génère aussi beaucoup d'inquiétudes. Pour les potentiels débris en orbite basse d'abord : les deux orbites « de travail » à 340 et 550 km d'altitude ne posent pas beaucoup de problèmes en cas de panne d'une ou plusieurs unités, un satellite à la dérive de cette taille et masse étant freiné au point de brûler dans l'atmosphère en moins d'une année, mais les possibles 3 000 unités en orbite à plus de 1 100 km d'altitude n'auront pas cette chance (un satellite à 1 000 km d'altitude met environ 1 000 ans à freiner suffisamment pour se consumer dans l'atmosphère sans propulsion). Il y a de plus le problème de potentiels impacts en orbite avec des débris (ou d'autres satellites) à cause d'orbites saturées, qui inquiète beaucoup dans un contexte où les constructeurs, SpaceX en tête, veulent envoyer dans les quatre à cinq ans, quatre à cinq fois plus de satellites que tous ceux envoyés en orbite ces 60 dernières années. Surtout que Starlink aurait déposé au début de l'automne des demandes pour... 30 000 satellites supplémentaires.


Des traits sur les clichés

Les astronomes sur Terre, amateurs comme professionnels, ont aussi élevé la voix pour ne pas devenir de futures « victimes collatérales » de Starlink. Le premier train de satellites avait défrayé la chronique, visible même sans télescope dans un ciel de nuit, plusieurs heures après le crépuscule. De quoi perturber des observations et mesures astronomiques ? A court terme, c'est plutôt une curiosité, mais les amateurs éclairés comme les professionnels craignent qu'avec des centaines, puis des milliers de satellites éclairés par le Soleil, le problème soit permanent. Pour éviter d'avoir à sacrifier l'astronomie terrestre avec son projet de connectivité, Elon Musk a promis début juin que ses équipes travailleraient à réduire fortement la visibilité des satellites de sa constellation.

On remet ça ?

Comme d'habitude, SpaceX avance en bulldozer et tente de museler toute concurrence dans une savante dose de promesses et une débauche de rapidité, de moyens, d'innovations. Impossible pour l'instant d'en ébaucher une conclusion, si ce n'est que Starlink, comme d'autres projets de SpaceX, ne tolère pas l'inaction. Concurrents, détracteurs et futurs clients, tous savent à présent à quelle vitesse l'entreprise compte mettre son réseau en action. La suite dès lundi :
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
27
13
Felaz
Cant wait
nirgal76
Autant de satellites, j’appelle ça de la pollution de l’espace, sans compter celle de tous les lanceurs pour envoyer tout ça dans l’espace, et par quelqu’un qui se targue de vouloir faire reculer la pollution sur terre avec ses véhicules électriques. Et comment oser en envoyer autant quand on nous parle déjà d’espace encombré. Je ne comprends pas que ce projet soit autorisé avec les nuisances qu’il apporte. Mais bon, quand on a envoyé une voiture dans l’espace, je pense qu’on est plus à une connerie près.
Niverolle
Pour l’astrophotographie planétaire ou des petits objets du ciel profond, ce n’est pas forcement un gros problème puisque, de toute façon, on prend des centaines d’images, on vire les plus mauvaises pour n’empiler que les meilleurs, de sorte à limiter les effets délétères de la turbulence atmosphérique et, éventuellement (mais la probabilité est faible), une traîné d’avion ou un flash de satellites. Par contre, avec toute cette pollution visuelle, ce sera plus compliqué en astrophotographie grand champ, ou tout simplement pour se faire plaisir en contemplant le ciel étoilé avec un paire de jumelle…
Fulmlmetal
Bel article, digne de la qualité d’Eric Botllaender, et qui résume assez bien la situation.<br /> Il manque cependant une partie sur la réussite du projet et du cout, meme si ça reste évidemment hypothétique.<br /> Moi ce qui me dérange dans ce programme c’est le coté financier.<br /> Ne nous mentons pas les constellations vont surtout s’adresser à des populations à l’écart des zones couvertes par le haut débit. Ceux qui ont déja la fibre ou l’ADSL+2 ne verront aucun avantage à changer. Dans les pays riches cela se limitera aux zones rurales isolés ou en montagne, bref une faible population. Dans les pays pauvre ne nous leurrons pas, ceux qui ont déja du mal à trouver de quoi se loger et manger n’auront pas le luxe de se payer un ordinateur et une liaison THD. Admettons que l’abonnement soit bas, à 50$ par exemple, et bien 50$ au Soudan c’est pas 50$ aux USA. Le niveau de vie est différent.<br /> Bref, je ne suis, pas certains que Starlink arrive à capter suffisamment de clients pour rentabiliser le programme, d’autant qu’ils ne seront pas seuls puisqu’il y aura Kuiper (amazon, qui couplera ce service avec ses ventes et son service video) et OneWeb … et peut etre d’autres à venir.<br /> Or, ce programme va couter cher, très cher. Construire 40.000 sat c’est une fortune, tout en sachant qu’un sat doit etre renouveler tous les 10 à 15 ans pour un si petit sat.<br /> Entretenir cette constellations nécessitera donc des lancements perpétuels, il sera donc difficile de rentabiliser le projet. Et la cadence pour cela sera énorme, il faudra plus de 500 à 700 lancements de F9/FH pour tenir le rythme, soit un lancement tous les 5 à 10 jours environ sur 10 ans nuniquement dédié à Starlink. Autant dire qu’il n’y aura plus de place pour les lancements gouvernementaux (COTS, Dragon Crew, USAF) et pour les lancements commerciaux.<br /> en fait tout ce programme va reposer sur la réussite du Starship, qui pour le moment n’est qu’à l’étape de pré-prototype. La réussite du Starship est encore une totale inconnue pour un programme si ambitieux, gigantesque et très innovant. Bref c’est un paris très risqué d’avoir lancé Starlink bien avant Starship. Il aurait été plus logique de le faire après.<br /> Bon s’ajoute évidemment le problème de surcharge de l’orbite, des risques de collision, des gênes pour les astronomes, etc.<br /> AMHA, la constellation de 40.000 sat se limitera à quelques milliers, 5 ou 6 milles. Je pense qu’il leur sera difficile de faire plus, car le programme sera très difficile à financer, à rentabiliser, à gérer, et à maintenir, et si cela le devient ce ne sera que sur du long terme, très long terme.<br /> voila,c’était mon avis, comme d’hab je sais que les rageux habituels fanboys de Musk vont se déchainer, mais je donne juste mon opinion.<br /> Bravo Eric pour cet article interessant et qui résume bien, meme si j’aurai aimé une analyse sur le devenir du programme.
MardukAsthar
J’imagine qu’on a tous les deux regardé l’ITW chez Astronogeek hier
Elrix
C’est pas une question d’être rageux, c’est tout simplement parce que tu ne prends en compte que les éléments qui t’intéressent en mettant de côté les 90% qui vont dans le sens contraire.<br /> Tu parles de coûts, effectivement ça coûte cher, mais tu ‹  › appliques pas ça à la concurrence qui part avec un handicap énorme : le coût des lancements.<br /> Même si Blie Origin avance enfin avec New Glenn, d’ici là la probabilité que Starship soit en fonction est assez élevée et il y a fort à parier qu’ils utiliseront leurs tests pour balancer à moindre coût d’énorme batch de Starlink.<br /> Ensuite, et quoi que tu en penses, Spacex sait réduire fortement les coûts.<br /> Ils attirent en permanence les meilleurs, savent prendre des risques et maximiser l’apprentissage de leurs erreurs, sans oublier leur intégration verticale qui leur permet d’être ultra réactifs en cas de besoin.
ebottlaender
Alors déjà merci ! Effectivement, l’objectif était avant tout de rappeler le programme, et de se demander « comment en est-on arrivé jusqu’ici » (tu auras remarqué qu’il y a beaucoup de choses à en en dire déjà).<br /> L’analyse sur le devenir du programme est difficile, surtout qu’elle contiendra forcément une part de spéculation. J’ai longtemps cru personnellement que Starlink ne se ferait pas, mais comme je le dis à la fin de l’article, leur tactique du « bulldozer » marche très bien pour eux aujourd’hui. Les coûts évoqués, de l’ordre de 10 milliards minimum (gros, gros minimum), sont très élevés pour SpaceX, mais on sait aussi que l’entreprise est experte pour lever des fonds. Reste donc la rentabilité, et ça, ça va dépendre des contrats qu’ils vont arriver à signer. Le gouvernement US à lui tout seul pourrait être un gros client pour ses bases, ses avions, ses bateaux, etc. Les compagnies aériennes paient aussi très cher aujourd’hui pour le « wifi dans l’avion », et il y a des marchés qui attendent de s’ouvrir aux régions polaires (c’est par exemple le premier axe commercial de OneWeb). Pour ce qui est de l’accès aux régions reculées, plusieurs experts ont aussi pointé le fait qu’il s’agissait souvent de populations pauvres, il faut donc voir si effectivement une constellation peut y changer quoi que ce soit.<br /> L’avenir, c’est compliqué &gt;_&lt; Perso je leur donnerais une bonne chance de réussite, mais je m’inquiète du risque de débris et j’aimerais bien des engagements fermes (une charte, une loi, un « truc » pour mitiger les risques en orbite et pour l’astronomie.
Fulmlmetal
J’ai parfois l’impression qu’avec la récente annonce d’atteindre 40.000 sat, Musk cherche avant tout à monopoliser la lumière sur eux, les médias, et ça marche. Le but pourrait etre de tuer toute initiative concurrente avant qu’elle ne commence. Parce que franchement 40.000 sat, et meme la moitié me parait très complexe à gérer financièrement comme techniquement. D’autant que franchement 10.000 suffirait largement pour une couverture haut débit, meme avec de nombreux clients. D’ailleurs les concurrents semblent estimer que moins de 5000 sat suffit largement, c’est pour cela que je trouve démesuré ces 40.000. On dirait que c’est plus pour en mettre plein la vue, parce que placer 40.000 c’est un travail énorme mais renouveler ce parc l’est tout autant … sans parler du cout.
GRITI
Comme d’habitude, merci pour cet article instructif que j’ai pris plaisir à lire!!!
Exxoon
Pourquoi ne polluer que la Terre quand on peut polluer l’espace, la Lune, Mars, etc.<br /> Dans quelques temps, la Terre aussi aura ses anneaux. Sauf qu’eux ne seront pas naturels…<br /> La « taritude » de l’espèce humaine est vraiment infinie…
Niverolle
Non, mais je viens de le faire, merci, ça m’a donné une idée (la question de la malvoyance m’interpelle aussi, et il se trouve que j’ai une cobaye sous la main).
Niverolle
@Elrix Bah, c’est bien gentil de t’inquiéter pour Ariane, mais Elon Musk est loin d’avoir tué le marché comme il l’avait fanfaronné en 2006 avec son le fameux « dans 5 ans vous êtes morts ».<br /> C’est bien simple, avec tous les contrats encore signés cette année, les carnets sont pleins pour plusieurs années. Pas de soucis n’ont plus du coté d’ULA. Et même la vielle Proton semble sur le retour…<br /> Il faut dire que ce n’est pas en offrant un périgée à 180 km ou un DV à 2200 m/s, le tout pour une masse sèche de seulement 3,5T, que l’on peut espérer briller sur le marché GTO. On parle quand même de satellites qui peuvent rapporter plus de 10 millions par mois !!! Donc si l’espérance de vie du satellite est augmenté de plusieurs années, même l’offre d’ULA est intéressante. Et c’est encore plus vrai pour l’USAF qui ne veut surtout pas que ses satellites puissent être des cibles faciles pour les ASAT adverses.
Elrix
Encore heureux qu’il reste des marchés pour Ariane.<br /> Mais si Ariane n’avance pas plus vite, entre Spacex/Starship et Bleu Origin/New Glenn, cela risque de devenir plus compliqué.<br /> D’autant plus compliqué que les européens se foutent un peu de la préférence communautaire contrairement aux US.
Niverolle
C’est une certitude, le marché sera plus concurrentiel que jamais. Mais tu sembles ne parier que sur les lanceurs réutilisables. Arriver a réutiliser un lanceur est une chose, rendre l’opération rentable en est une autre. Car aussi spectaculaire que ce soit, cela n’a rien de magique puisque l’on gagne d’un côté (si tant est que la maintenance ne soit pas ruineuse) pour perdre de l’autre (charge utile amputée et trajectoire contrainte). Donc, tant que l’on n’aura pas confirmation de cette fameuse rentabilité, je penses que c’est enterrer un peu vite les nouveaux lanceurs sacrifiés encore plus optimisés (et de surcroît modulaires) qui vont sortir dans les années à venir.<br /> Et en attendant, ce sera intéressant de suivre le match qui se joue actuellement à Washington pour les futurs contrats de l’armée, puisque Space X et Blue Origin se battent maintenant sur le plan judiciaire et politique. On verra bien ce qu’il en sortira (sans rentrer dans les détails, disons qu’il y a de bons arguments dans les deux camps), mais quoiqu’il en soit tout ce tintouin a déjà permis de savoir que l’USAF a jugé la qualité de service insuffisante sur la moitié des orbites dont elle aurait besoin.
ebottlaender
Je vous laisse débattre mais je tiens à dire que cette citation « bonjour je suis Elon Musk et dans 5 ans vous êtes tous morts » est controversée, ayant été rapportée par une source orale (je sais qui, mais je ne le dirais pas), et bizarrement uniquement en France, alors qu’elle aurait été prononcée à un événement international.
Niverolle
Je me suis toujours demandé si c’était une citation apocryphe. Mais comme Elon Musk n’est pas à une casserole près (je pense au sauveteur spéléo qu’il avait traité de « pédo », à la rumeur du « sniper » qu’il avait savamment laissé courir, ou encore à l’affaire du RD-180), j’avoue ne pas avoir beaucoup cherché pour en savoir plus… En tout cas, merci de nous avoir partagé ton doute.
Niverolle
Bon comme j’ai moins de scrupule que toi et que de toute façon c’est un secret de polichinelle : https://books.google.fr/books?id=cqo0DwAAQBAJ&amp;pg=PT31&amp;lpg=PT31&amp;dq=« In+five+years,+you+will+be+dead »&amp;source=bl&amp;ots=9BGwwmnEAo&amp;sig=ACfU3U2nvfc3sum0k0xVMT-HMir7RolPwQ&amp;hl=en&amp;sa=X&amp;ved=2ahUKEwiilLbtx-TlAhVvA2MBHdK3BN0Q6AEwAHoECAgQAQ#v=onepage&amp;q=« In%20five%20years%2C%20you%20will%20be%20dead »&amp;f=false
ebottlaender
Ca c’est l’article (la citation est même apparue plus tôt sur Challenges), pas la source
Niverolle
Ah ben v’la aut’chose, si maintenant le Monde ne cite plus ses sources !!! (&lt;- à lire sur un ton faussement offusqué, disons qu’à la Jean Gabin ce serait parfait )
eurl_woujoud_developpement
des fusées réutilisables qui ne s’abandonnement pas en orbite, des satellites programmés pour une auto destruction à 100% en fin de vie ou en cas d’anomales, nous sommes loin des satellites poubelles et des fusées poubelles des agence gouvernementales, espace X les met au diapason
Elrix
Niverolle:<br /> Arriver a réutiliser un lanceur est une chose, rendre l’opération rentable en est une autre. Car aussi spectaculaire que ce soit, cela n’a rien de magique puisque l’on gagne d’un côté (si tant est que la maintenance ne soit pas ruineuse) pour perdre de l’autre (charge utile amputée et trajectoire contrainte)<br /> Le poids n’est pas un problème, ils n’ont pratiquement jamais besoin du maximum et sont limité par la taille de la coiffe.<br /> La rentabilité personne ne la connaît à part les investisseurs.<br /> Plus le temps avance, plus Spacex montre leur maîtrise dans le domaine (rappel : la dernière fusée a volé puis atterri pour la quatrième fois, avec une réutilisation de la coiffe) et ceux qui critiquent ou doutent le plus de Spacex sont souvent ceux qui en connaissent le moins sur leur organisation et leur manière de travailler qui va totalement à l’opposé de ce qui se faisait dans ce domaine (les prototypes de Starship construit en plein air en étant le summum)<br /> Ils savent aller très vite, se moquent d’avoir dépensé de l’argent pour rien s’ils trouvent de meilleures solutions, sont très bon pour apprendre de leurs erreurs…<br /> Donc pour en revenir à la rentabilité, c’est certains qu’ils savent y faire.<br /> Par exemple, l’interview de ce mec de la NASA qui a travaillé en collaboration avec Spacex montre pourquoi ils sont aussi efficaces.<br />
Niverolle
Énumérer des espérances ne suffira pas à me convaincre. J’attends des comparaisons basées sur des faits.<br /> Qu’un lanceur réutilisable effectue une GTO propre (je prends cet exemple car c’est trivial de comparer la qualité de service des différents acteurs) et je me poserais la question de la rentabilité (et de la pollution) sous un nouvel angle.<br /> Et en attendant que les Merlins volent suffisamment, je vais rester prudemment sur la leçon amère qu’a connu la NASA avec les moteurs SSME de la navette. A savoir que les premiers vols ont donné de faux espoirs, et que ce n’est qu’après une dizaine de réutilisation que la NASA a dû se rendre a l’évidence que la maintenance serait ruineuse…
nirgal76
Le voilà promus le plus gros pollueur de l’espace. Les clichés parlent d’eux mêmes. C’est une catastrophe (et il n’y en a que très peu, quand ils seront tous là haut, finit l’astrographie)<br /> 20minutes.fr<br /> Les satellites de SpaceX gênent bien le travail des astronomes<br /> Elon Musk avait pourtant promis il y a quelques mois que sa flotte de satellites aurait « un impact d’à peu près 0 % sur les progrès de l’astronomie »<br />
Nicolas_Croizier
Espérons / Prions pour ne pas devenir électrosensible.<br /> Déjà certaines personnes ne supportent ni le WiFi ni le courant porteur Linky.<br /> En nous rajoutant la 5G et des satellites par milliers, on va finir par se faire griller les neurones aux micro-ondes !
nirgal76
Le cpl du linky n’est que du linky vers l’extérieur déjà, et à ce moment là, le réseau 220V dans la maison rayonne aussi et ça ne les gène pas. Ca relève plus de la psychatrie
PsykotropyK
Il y a encore du temps avant d’avoir des anneaux hein. Il ne faut pas confondre un risque de télescopage avec un débris qui fait des milliers de fois le tour de la Terre sur une orbite anormale, et une réelle surcharge du ciel.<br /> Même en prenant les milliers de satellites déjà lancé, plus ceux à venir, on est loin d’atteindre une quelconque surcharge du ciel. Le problème n’étant « que » les objets ayant des trajectoires anormales<br /> Pour avoir des anneaux, ils faudrait plusieurs milliards de débris avec un axe de rotation identique.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

Sans surprise, la Chine a déjà créé un groupe de travail sur la 6G
GTA V atteint les 115 millions de ventes et Red Dead Redemption II culmine à 26,5 millions
WhatsApp lance son système de shopping dédié aux petit commerçants
Team Vitality ouvre V.Hive, un lieu entièrement dédié à l'e-sport, au cœur de Paris
Forfait mobile : décryptons l'offre Sosh 20Go à 11,99€ par mois
Apple retire discrètement le serveur web Zoom caché via une mise à jour sur Mac
Comment régler les couleurs de son écran PC ?
4 techniques simples pour nettoyer son PC
Alimentation de 850 W pour le multi-GPU chez Corsair
USB Type-C : tout savoir sur la nouvelle norme USB
Haut de page