La NASA met l'impression 3D au service de la conquête spatiale

26 novembre 2014 à 13h15
0
La NASA vient d'annoncer que le premier objet imprimé en 3D dans l'espace a été réalisé à bord de la Station spatiale internationale. Un petit pas pour l'homme, mais un bond pour la conquête spatiale ?

« Fabriqué dans l'espace » : telle est l'inscription que l'on trouve sur une plaque en plastique réalisée à l'aide d'une imprimante 3D fournie par la NASA, au sein de la Station spatiale internationale. La plaque en question a d'ailleurs servi à réparer l'imprimante elle-même : « Ça démontre que l'imprimante peut s'auto-réparer » commente la NASA dans un communiqué de presse.

L'expérience, une première en son genre, a été pilotée par Niki Werkheiser, qui a monté le projet dans un centre de la NASA situé à Huntsville, en Alabama. « Cette première impression est la première étape vers la mise en place d'un atelier de fabrication ailleurs que sur Terre » explique-t-il. « La Station spatiale internationale est le seul laboratoire où nous pouvons tester pleinement cette technologie dans l'espace. »

Sur l'ISS, les tests sont pilotés par l'astronaute de la NASA Barry Wilmore, qui a installé et calibré l'imprimante 3D. Cette dernière utilise le procédé très courant de la fabrication additive : des filaments de plastique sont chauffés, et appliqués couche par couche pour concevoir l'objet désiré.

03E8000007777369-photo-impression-3d-dans-l-espace-nasa.jpg

L'impression 3D au service de l'exploration spatiale

La démarche de la NASA est loin d'être anodine : en renforçant les performances et les usages de l'impression 3D dans l'espace, l'agence espère rendre ses astronautes plus autonomes, et moins dépendants de la Terre pour ce qui est des pièces de rechange de leurs appareils. L'objectif : pousser plus loin les explorations, en minimisant les risques de ne pas pouvoir réparer le matériel en cas de problème. Une démarche qui passe par la multiplication des tests, mais également la formation des astronautes à ce type d'appareils.

En somme, l'usage d'une imprimante 3D dans l'espace « ouvre la voie à de futures expéditions spatiales à long terme », résume Niki Werkheiser. Mais la route est encore longue pour en arriver là, car outre la réalisation de pièces de rechanges, l'imprimante en elle-même doit être capable d'assurer sa propre autonomie. « Si l'imprimante devient critique pour les explorateurs, elle doit être elle-même capable de dupliquer ses propres pièces, afin de rester fonctionnelle sur de longs trajets, notamment vers Mars ou une astéroïde. En fin de compte, il faudrait qu'une imprimante soit en mesure d'imprimer une autre imprimante » résume le chef de projet.

Dans l'immédiat, les expériences menées par la NASA visent à étudier l'impact de l'absence de gravité sur l'impression 3D. Des tests seront effectués dans l'espace et sur Terre durant toute l'année à venir.



Imprimante 3D : découvrez des offres à bas prix sur notre comparateur de prix !
Modifié le 01/06/2018 à 15h36
0 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture neuves : l’entourloupe de la fausse baisse des émissions de CO2
Voitures électriques : au Q3 2019, les ventes mondiales ont chuté de 10 %
Fini le réseau cuivré, Orange veut passer au 100 % fibre à partir de 2023
Recyclage, consommation et énergie, la technologie est-elle un problème... ou une solution ?
Taxe GAFA : les USA prêts à taxer les produits français jusqu'à... 100 %
D'après Porsche, sa Taycan électrique lui attirerait les clients de Tesla
L'Escobar Fold 1 : un smartphone pliable à 349 dollars par le frère de Pablo Escobar
Radars tronçons : le ministère de l'Intérieur mis en demeure par la CNIL
La Banque de France va tester une monnaie numérique nationale en 2020
L’atterrisseur Vikram a été retrouvé détruit sur la surface lunaire

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top