Trottinette électrique : quelle est la meilleure en 2019 ? (Comparatif)

24 avril 2019 à 17h55
0
Le top du top
Le choix de la rédac
Le rapport qualité/ prix
+ La puissance du moteur
+ La compacité
+ L'excellent maintien du grip sur le deck
+ La tenue de route
+ Le large écran de contrôle
+ Le rapport qualité/prix
+ La robustesse du châssis
+ Le rapport qualité/prix
+ Le frein à disque à l'arrière

Comment choisir votre trottinette électrique ?

  • La sécurité :

    Comme pour tous les moyens de locomotion, il est primordial de ne pas négliger l'aspect sécurité de ces engins. Si, sur vos trajets, vous êtes amené à croiser beaucoup de monde, beaucoup d'intersections ou encore de forte descente, préférez un modèle disposant d'un frein mécanique. Qu'il soit à disque ou à tambour, il sera plus efficace que le frein électro magnétique et le frein à pied qui provoque par ailleurs une usure prématurée du pneu et du garde-boue.

    Ne négligez pas non plus la présence d'une sonnette. Certains constructeurs proposent des klaxons “électroniques” mais nos tests tendent à démontrer qu'ils sont assez peu efficaces. Rien de tel qu'une sonnette de vélo pour vous faire entendre (et comprendre) des autres utilisateurs de la chaussée. N'oubliez pas aussi la qualité des éclairages. Des lampes trop petites à l'avant ou l'arrière sont à proscrire. On vous recommande même d'en ajouter, mais nous allons y revenir. Enfin, dans le cas de roues gonflables, vérifiez régulièrement la pression afin de garantir une adhérence optimum et réduire le risque de crevaison.
  • La portabilité :

    Si la compacité fait partie de vos critères d'achat prioritaire, il faudra sans doute faire des concessions... ou accepter de payer le prix. La Monster de E-Twow qui combine puissance, autonomie et portabilité (grâce à des matériaux robustes et légers) en est la preuve par son tarif élevé. D'autres constructeurs s'en sortent bien, mais il vous revient de ne pas négliger certains détails. Un poids léger peut-être synonyme d'une structure peu robuste. Un mauvais choix de matériaux (bon marché) pourrait alors se traduire par un deck qui fléchit sous vos pieds ou encore un guidon et une tête de fourche qui absorbent mal des chocs de la route. Soyez aussi vigilants sur le mode de pliage. S'il est trop complexe et que vous devez régulièrement plier et ouvrir votre trottinette, l'opération pourra vite devenir une corvée.
  • La batterie :

    Évidemment l'autonomie de votre destrier est grandement liée à la capacité de sa batterie. Elle est exprimée en ampère/heure (Ah) ou milli ampère/heure. Plus la capacité est importante et plus l'autonomie est grande. Pour autant, les indications de certains constructeurs quant à l'autonomie de leur produit sont carrément fantaisistes. Là où beaucoup annonce 25 km, il ne sera pas rare d'en faire moins de vingt à moins de peser une cinquantaine de kilo et de ne faire que du plat - et on exagère à peine. N'hésitez donc pas à prévoir le plus de marge possible en fonction de vos besoins, d'autant qu'une mauvaise météo (le froid) peut sérieusement réduire l'autonomie de ces engins électriques. La puissance de la batterie (24, 36 ou 48 Volts) est également un bon indicateur des capacités en termes de performance de la trottinette. Plus la puissance est importante et moins vous sentirez de baisse de régime au fur et à mesure que la batterie se vide.
  • ]La puissance :

    Voilà un critère que les utilisateurs les plus grands devront prendre en compte. Un moteur 250 watts fera l'affaire sur le plat pour vous mener à 25 km/h, mais le moindre relief corsera sérieusement l'affaire. Et croyez-nous sur parole, se retrouver à la traîne à quelques kilomètres par heure prêt à se faire tailler un short par chacune des voitures qui double, c'est une sensation qu'on ne recommande à personne. En revanche, ce qu'on peut vous recommander, c'est d'adopter à minima un moteur 500 watts et une batterie de grande capacité et puissante (36 volts) pour apporter un peu de couple et ainsi limiter autant que possible ce genre de galères aussi frustrantes que dangereuses.
  • Les accessoires :

    Fashion victim ou non, le port du casque est de mise. Il existe aujourd'hui de beaux modèles qui assurent votre sécurité sans nuire à votre look. Et puis, le port du casque, c'est aussi la possibilité d'ajouter des éclairages déportés pour bien vous faire remarquer. Les systèmes intégrés aux trottinettes sont souvent trop bas pour bien se faire voir des automobilistes, alors qu'à hauteur d'homme, tout va beaucoup mieux. Les plus grands rouleurs des quartiers denses pourront ajouter un rétroviseur à leur destrier (il existe des modèles assez discret). Le nec plus ultra se retrouve dans les sacs à dos intégrant même une signalétique lumineuse faisant office de clignotant. Car oui, contrairement au vélo, il n'est pas simple de lâcher le guidon d'une main (d'autant que celle de droite sert généralement à accélérer), sans perdre l'équilibre, pour indiquer qu'on va tourner.

Nous souhaitons remercier les différentes boutiques qui nous ont gracieusement prêté les trottinettes pour nos tests : smoltandco.com / smart-r.fr / shop.e-road.fr / weebot.com / gyroroue-shop.fr

Les trottinettes électriques ont le vent en poupe dans plusieurs régions de France. Et pour cause, leur agilité, leur autonomie et leur puissance croissante permettent de se déplacer aisément et plus librement qu'avec les transports en commun, par exemple. Toutefois, pour être satisfait de l'expérience au quotidien, encore faut-il bien choisir son modèle.

Dans cette sélection, nous n'aborderons pas en détail la partie législation concernant l'usage des nouveaux véhicules électriques individuels (NVEI). Une loi visant à réglementer plus en détail ces engins - qui inclut les trottinettes au même titre que les gyropodes, gyroroues et autres skateboards électriques - est actuellement à l'étude par le gouvernement. Pour autant, concernant les trottinettes électriques, la circulation sur les trottoirs n'est plus autorisée. Dès lors, il faut circuler sur la route et, lorsque c'est possible, sur les pistes cyclables.

En attente d'un cadre précis quant à la limitation technique de ces engins, dont la vitesse pourrait être bridée pour une utilisation sur route ouverte, nous ne pouvons que vous inciter à les utiliser avec un comportement civique.Dès lors, le choix d'un modèle plus puissant, plus robuste ou, au contraire, le plus léger possible, doit être fait pour répondre au mieux à vos besoins tout en respectant les règles de bon sens qui éviteront de vous mettre en danger ou nuire à la sécurité d'autrui.

Ceci étant dit, la rédaction de Clubic vous livre sa sélection de produits - nous publierons d'ailleurs des tests complets de tous ces produits - et vous donne les principaux tuyaux pour bien choisir votre modèle.

1. Xiaomi M365 : un bon rapport qualité/prix


Xiaomi Mi Electric Scooter M365



Les plus
+ La robustesse du châssis
+ Le rapport qualité/prix
+ Le frein à disque à l'arrière
Les moins
- Encombrante lorsqu'elle est pliée
- L'absence d'écran
- L'usure prématurée de certaines parties

La Xiaomi Mi Electric Scooter, ou M365 de son petit nom, est assurément un modèle incontournable. Cette trottinette chinoise s'est fait une place au soleil dès sa disponibilité dans les Mi Store, mais aussi les enseignes les plus variées et les plus importantes dans la vente en ligne (Fnac, Norauto, Amazon, Cdiscount, Darty, etc). Un succès qui tient, comme pour les autres produits de la marque, à un rapport qualité/prix redoutable... mais aussi au buzz plus général que provoque cette marque. Passons en revue cette trottinette à 400 euros.

Un châssis robuste, mais une grosse faiblesse


Et pour cause, avec les produits Xiaomi, on a en généralement pour son argent. Ce qui est aussi le cas avec cette M365 qui profite d'abord d'un joli design. Epurée, plutôt séduisante dans ses deux coloris (blanc ou noir), avec un minimum de soudures apparentes, pas trop petite, ni trop grande non plus... bref, cette trottinette à visiblement trouvée grâce aux yeux de nombreux utilisateurs. Le châssis s'avère relativement robuste, mais il est à noter que les propriétaires font régulièrement les frais de crevaisons récurrentes du pneu arrière. C'est d'ailleurs pour cette raison que certains revendeurs de la M365 proposent une version sur laquelle la roue arrière à chambre à air est remplacée par un modèle en gomme dure.

Quoi qu'il en soit, même sous notre gabarit plutôt conséquent, le deck ne montre pas de signe de faiblesse. Le poids maximal supporté serait d'ailleurs de 100 kg - et il est très étrange de constater que la recommandation inscrite sur le pneu limite l'usage aux utilisateurs de moins de 75 kg. Quoi qu'il en soit, avec un poids de 100 kg (qui n'est pas le nôtre), ce serait alors le moteur 250 watts s'avouerait vaincu. Car si l'engin glisse un peu au-delà des 25 km sur une route avec peu de relief, il n'est pas des plus téméraires en montée. C'est d'ailleurs pour cette raison que le constructeur a récemment annoncé le Mi Electric Scooter Pro. Disponible dans le courant du mois de mai, celle-ci sera vendue 499 euros (contre 399 euros pour la version actuelle) et intègrera cette fois-ci un moteur 300 watts, une puissance devenue assez standard et une batterie promettant 45 km d'autonomie. Sur le papier, c'est 15 km de mieux que notre version d'essai qui a le mérite, là encore en fonction de la route et du poids de l'utilisateur, de tenir ses promesses d'assez près puisque nous lui avons mesuré une autonomie d'environ 25 km.

Un équipement en demi-teinte


Et l'arrivée de la version Pro sera aussi l'occasion pour Xiaomi de corriger un défaut manifeste de cette M365 : l'absence de compteur kilométrique. Certes, pour quelques euros de plus, un support smartphone et une bonne application feront l'affaire. Mais étant donné que lors du pliage de la trottinette, le guidon se fixe sur le garde-boue de la roue arrière, le support s'expose aux chocs. En revanche, la M365 a pour elle d'être équipée d'un frein à disque qui en rend son utilisation rassurante. N'allant pas très vite en pointe, on s'arrête sans difficulté devant les situations critiques - et on limitera sans doute la casse en cas d'extrême urgence. À ce niveau de tarif, le frein mécanique reste assez rare, au profit d'un système électronique moins efficace.

Pourquoi ne pas attendre ?


Vous l'aurez sans doute compris, si votre budget le permet, et que vous n'êtes pas pressé, nous vous recommandons plutôt d'attendre l'arrivée de la version Pro de cette Xiaomi. Rien n'indique que la version actuelle sera ensuite bradée, mais ce n'est pas exclu et ce serait alors l'occasion de faire de bonne affaire. Mais les bonnes affaires justement, elle se trouve aussi du côté de la concurrence, à commencer par la e-Road Lytrot V3 présentée plus bas.

Retour au menu

2. Smolt And Co Z1000, la parfaite baroudeuse


Smolt And Co Z1000



Les plus
+ La qualité de fabrication
+ La puissance et le couple disponible
+ La sensation de sécurité
+ La prise USB pour charger son smartphone
Les moins
- Son prix un peu élevé
- Son poids
- Le pliage un peu complexe

La Z1000 de la société toulousaine Smolt And Co, est peut-être à l'opposé de l'idée que certains peuvent se faire d'une trottinette électrique et pourtant c'est clairement l'un de nos modèles préférés de ce dossier. Loin d'être un modèle passe-partout, il faut plutôt la considérer comme une alternative au vélo, voire même à petit scooter électrique.

Elle en a dans le ventre


Véritable baroudeuse, elle intègre un moteur 1000 watts qui, couplé à une batterie 48 volts 13 Ah, lui permet d'aborder sereinement tous les trajets du quotidien. L'autonomie sera fonction du relief des routes pratiquées et du poids de l'utilisateur, mais dans la moyenne son endurance devrait s'étendre de 20 km sous son mode le plus rapide (40 km/h) à près de 40 km sous son mode intermédiaire (30 km/h). Et la bonne nouvelle, c'est que son moteur est suffisamment puissant pour ne pas se sentir frustré ou en danger lorsque la route grimpe quelque peu.

A toutes épreuves


À cette sensation de puissance à son guidon s'ajoute un sentiment de sécurité. Ses doubles suspensions à l'avant et l'arrière amortissent les défauts de l'asphalte le plus abîmé. Ses larges et hautes roues de 10 pouces lui confèrent une tenue de route remarquable. Précisons que les roues sont à chambre à air et donc sujettes aux crevaisons, mais la gomme paraît si robuste qu'il faudrait vraiment rouler sur un clou (par exemple) pour qu'il se passe quelque chose.

D'ailleurs, au guidon de la Z1000, rien ne semble pouvoir gâcher la balade. La conception de l'engin est réussie, solide et les deux freins à disque sont redoutables pour parer aux situations d'urgence. Les éclairages ainsi que la sonnette sont deux éléments favorables à la sécurité de l'utilisateur et Smolt and Co a là aussi fait du beau boulot. Petit coup de cœur aussi pour la présence d'une prise USB qui permet de recharger son smartphone - nous lui avons d'ailleurs installé un support dédié pour utiliser notre mobile comme GPS.

Mais pas simple à emporter


Toutes ces qualités ont en revanche des conséquences. D'abord sur le caractère nomade de cette trottinette. Son poids de 21 kg n'en fait pas un allier facile à vivre. Même si elle peut se replier, la procédure est un peu fastidieuse - ce qui s'explique par la robustesse de la structure - et, surtout, la Z1000 est bien trop lourde pour être portée régulièrement en vue de gravir des marches, par exemple. Autant d'équipement de qualité ont aussi un impact sur son prix qui est de tout de même 1200 euros. Elle n'est pas donnée donc et pour autant au regard de son équipement, sa qualité de fabrication, ses performances et la sensation de sécurité qu'elle procure, cette trottinette développée par une société française (mais fabriquée en Chine), fait clairement partie de nos modèles que nous préférons... et qui devraient vraiment durer dans le temps.

À noter qu'au moment où nous écrivons ces lignes, la société nous a indiqué travailler sur une V2 de la Z1000, qui sera vendue à 1400 euros à partir de la mi-mai. Un écart de prix qui s'expliquera par une meilleure étanchéité du produit puisque cette seconde version sera certifiée IP55 et ne craindra donc nullement la pluie.

Retour au menu

3. E-Twow Monster 10.5 Ah, pour les grandes balades ville


E-Twow Monster 10.5Ah



Les plus
+ La puissance du moteur
+ La compacité
+ L'excellent maintien du grip sur le deck
Les moins
- L'absence de frein mécanique
">
- Le bruit trop timide du klaxon

Difficile de cacher son plaisir et, d'une certaine manière, une pointe de satisfaction lorsqu'on évolue en ville au guidon de la Monster de E-Twow. Et pour cause, l'allure est telle au guidon de cet enfin à la taille de guêpe que les passants et autres usagers de la route ne peuvent que nous suivre du regard... le plus souvent, un bref instant.

Si compacte et pourtant si rapide


L'atout principal de cette Monster réside dans son rapport poids/puissance. Car si elle intègre, comme la Z1000, un moteur 1000 watts (36 volts), elle est ici moitié moins lourde. Affichant environ 11 kg sur la balance c'est autant de kilos que son moteur n'a pas à supporter pour nous tracter rapidement à la vitesse maximale d'environ 45 km/h - et un peu plus même si la route descend légèrement. La Monster est donc dynamique, mais aussi très agile et idéale pour se faufiler le long des trottoirs (mais sur la route). Complètement à l'aise sur le bon revêtement d'une piste cyclable, ses amortisseurs avant et arrière absorbent aussi un peu les défauts d'une route plus esquintée. Il faut être en revanche plus prudent sur le pavé où la roue avant (gomme dure) a tendance à rebondir et où le deck (plateau pour les pieds) et lui aussi soumis à de difficiles contraintes. Heureusement, son accélérateur qui se présente sous la forme d'une gâchette qu'on actionne avec le pouce droit, permet de tenir un rythme plus cool. Précisons par ailleurs au passage que le grip du plateau de la Monster est excellent et que le deck suffisamment long et large pour y poser confortablement les pieds.

Quelques couacs


Premier défaut de cette Monster, son éclairage à l'arrière est un peu trop petit à notre goût, mais c'est aussi le cas pour de nombreuses trottinettes concurrentes. Ajoutons que, compte tenu de la puissance disponible, on regrette que le constructeur n'ait pas intégré en série de frein mécanique. Aussi efficace soit le frein électro magnétique de la Monster, il est beaucoup moins mordant qu'un frein à disque, par exemple. S'il est possible d'anticiper ses freinages dans la plupart des cas, dans les situations d'urgence, lorsqu'un véhicule se rabat, qu'un piéton ou encore qu'un cycliste nous coupe la route, il n'est pas rare de se faire peur. Nous aurions aussi apprécié que le klaxon soit plus puissant. La version électronique ici intégrée ne permet pas de bien se faire entendre des autres usagers de la route.

Des critiques d'autant plus valables que cette trottinette est vendue, rappelons-le, 1099 euros dans cette version 10.5 Ah.

Un kit frein proposé en option


Pour résoudre ce souci de freinage, le constructeur propose en option (100 euros) un kit permettant de remplacer la roue arrière par un autre modèle disposant d'un frein à tambour. Si vous n'êtes pas un tant soit peu bricoleur, E-twow propose une autre option, à 150 euros, incluant la pose dans l'une des boutiques partenaires.

Reste que malgré ces critiques, la Monster de E-Twow est une arme redoutable, rapide, agile, légère... en somme idéale pour rejoindre quotidiennement son travail, y compris en tant qu'outils de connexion entre ses différents modes de transports en commun.

Retour au menu

4 . Halo City One Mile, la plus rassurante de toutes


Halo City One Mile



Les plus
+ La position assise
+ Le format finalement assez compact
+ La qualité de fabrication
+ L'application mobile
Les moins
- Le bruit stressant des clignotants
">
- Le manque de puissance en certaines situations

Asseyez-vous et profitez de la balade. Voilà comment il faut concevoir vos déplacements au guidon de la Halo City, développée par la société française OneMile. À la frontière entre une trottinette et un mini scooter électrique appelé aussi « e-scooter », la Halo City est la seule de notre dossier à disposer d'un siège. Le but ? Adresser des utilisateurs qui ne sont pas spécialement à l'aise au guidon des trottinettes et qui cherchent un produit beaucoup plus « cool » dans sa conduite.

Une conduite très sereine


La position reposante, assise derrière le guidon de la Halo City invite son propriétaire à adopter une conduite plus détendue. De la même manière qu'avec une trottinette, le moteur électrique de 250 watts (36 volts) peut atteindre les 25 km/h avec plus ou moins de difficulté en fonction du gabarit de la personne installée sur la selle. Si dans l'ensemble tout se passe plutôt bien dans les déplacements, le fait d'être assis inspire encore plus confiance et donne encore plus envie d'aller un peu plus vite. Ou en tout cas, d'avoir un peu plus de couple. Car du dynamisme, c'est ici ce qui nous manque (surtout dès que la route monte un peu) tant on se sent à l'aise. D'autant qu'au guidon, le sentiment de sécurité est renforcé par les grandes roues et les freins à disque qui mordent très bien.

Une conception bien pensée


La confiance ressentie est aussi liée à la qualité du châssis conçu par OneMile. La structure en seul bloc, sans aucune soudure, ne semble souffrir d'aucune faiblesse. Rien ne se tord ni ne craque, mais attention tout de même à respecter le poids autorisé qui est de 110 kg. Si la selle laisse penser de prime abord que l'assise est raide, dans les faits, on y est assez bien. En fait, la tige de selle profite elle aussi d'un amortisseur logé dans la structure de la Halo City. La batterie offrant environ 25 à 30 km - ce qui est dans la moyenne haute - l'engin devrait réclamer son chargeur avant que votre séant soit indisposé.

À l'avant, outre le look original, on aime surtout le large bandeau de LED qui permet de très bien se faire voir des autres usagers de la route. À noter que le constructeur a prévu des clignotants, mais que ceux-ci activent aussi un bruit (qui est le même que le klaxon) à la sonorité stridente peu agréable. Au moins, les autres sont alertés de nos manœuvres ou notre présence.

Pour en finir avec la conception, saluons aussi l'ingéniosité du mécanisme qui permet de replier ce mini scooter électrique très rapidement pour le transformer en une sorte de « chariot de golf » à deux roues, compact (dimensions ouvert : 99 x 53 x 97 cm / plié : 102 x 24 x 38 cm) et qu'on tire un peu comme une valise.

Connectez-y votre smartphone


Comme sur la Z1000, on dispose ici d'une prise USB pour relier son smartphone. Compte tenu de la forme tubulaire du guidon, il sera très facile d'y ajouter un support adéquat pour y installer votre mobile. Mais il y a mieux, la Halo City intègre une connexion Bluetooth qui permet de la connecter à une application éponyme. Celle-ci fait office de véritable ordinateur de bord qui vous renseignera sur la localisation GPS de la trottinette, le nombre de kilomètres parcourus à son guidon, le niveau de charge restant ou encore l'état des composants. Pas mal !

Retour au menu

5. E-Road 350 Urbancat, pour les (tout) petits budgets... ou les ados


E-Road 350



Les plus
+ Le petit prix
+ Le faible poids
+ La fourche amortie
Les moins
- La piètre qualité de l'écran
- Pas de guidon télescopique

Parce qu'il en faut pour tous les budgets, nous avons également testé la e-Road 350 Urbancat. Un modèle vendu 199 euros qui, sans surprise, offre des prestations des plus basiques... sans pour autant être ridicule. En effet, la e-Road 350 Urbancat ne soigne pas les détails, mais aussi quelconque qu'elle soit elle pourrait séduire des utilisateurs occasionnels.

Un équipement basique


Le moteur de 350 watts est intégré à la roue arrière. Sur la chaussée, tout se passe plutôt bien. Les roues de 8 pouces tiennent bien la route. Le petit amortisseur présent à l'avant, sur la fourche, permet même d'absorber quelque peu les irrégularités du revêtement et le frein magnétique permet de ralentir en cas de danger. Bref, nous ne sommes pas inquiets. Il faut dire que c'est aussi dû au fait que tout ne va pas très vite à son guidon. La vitesse moyenne sera plus proche des 20 que des 25 km/h, voire moins. Au moindre relief cette trottinette peine à maintenir les 10 à 15 km/h. Enfin, on croit...

A (trop ?) petit prix


En effet, c'est sur la qualité de ses accessoires que le constructeur a fait des économies. Et la première est bien regrettable puisqu'elle concerne l'écran de contrôle. Situé au centre du guidon, celui-ci est très peu lumineux ce qui empêche totalement de lire ses indications en plein jour. Un défaut contraignant qui ne permet pas de connaître sa vitesse et qui devient critique lorsqu'il s'agit de savoir quel est le niveau de charge de la batterie. Il faudra donc scruter le cadran de très près, à l'arrêt s'aidant de la main pour faire de l'ombre, pour ne pas être pris de court. À noter toutefois que sa capacité de 8,8 Ah nous a permis de faire pas loin de 15 km sur route plane et à plein régime.
Enfin, précisons que le guidon n'est pas réglable en hauteur. Si votre taille dépasse 1,75m vous roulerez le dos légèrement courbé. Une dernière caractéristique qui, au final, nous fait dire que cette e-road 350 Urbancat est plus un produit adapté aux ados (ce sera un moyen de locomotion génial pour un collégien) que pour un adulte.

Retour au menu

6. E-Twow Eco Plus Confort, idéale pour les interconnexions du quotidien


E-Twow Eco Plus Confort



Les plus
+ Facile à transporter
+ Son agilité
+ La qualité de fabrication
Les moins
- Le frein pas assez performant
- Le klaxon peu audible

L'Eco Plus Confort est une version « light » de la Monster de chez E-Twow. Allégée en termes de puissance, mais de moindre impacte aussi sur votre compte en banque. En l'occurrence, l'Eco Plus Confort est vendue 585 euros, soit près de la moitié du prix de la Monster 10.5 Ah testée dans ce dossier. Une différence qui s'explique par de moindres performances, un équipement moins « haut de gamme » avec notamment un compteur monochrome contre un compteur couleur pour la Monster... ce qui n'empêche pas pour autant à cette version « eco » d'avoir de bons arguments en sa faveur.

Idéale pour la multimodalité


On retrouve d'abord les mêmes avantages qui nous ont plus sur la Monster. À commencer par une bonne qualité de fabrication et un encombrement minime. Dépliée, elle mesure 94 cm de long, 13,5 cm de large et jusqu'à 116 cm de haut. Comme la Monster, son guidon est ajustable en hauteur ce qui permet, même au plus grand, de rouler sans être trop cambré. On apprécie le poids contenu (10,7 kg) qui permet de la porter pour gravir quelques marches si nécessaire. D'autant que E-twow livre dans le carton une poignée de transport à fixer sur le tube montant du guidon. Il est à noter que pour une compacité maximale, les poignées du guidon peuvent se rabattre réduisant alors ce dernier à quelque 14 cm de largeur contre 38 cm poignées en place.

Pas aussi vive, mais pas molle pour autant


Son moteur d'une puissance de 350 watts (24 volts) n'offre pas l'agrément de conduite du moteur 1000 watts de son aînée. Il est naturellement moins volontaire, mais pas pour autant totalement mollasson. Les 25 km/h promis sur la fiche technique s'atteignent sur les routes avec peu de relief. La trottinette souffre naturellement un peu plus en montée sans devenir un véritable escargot pour autant. E-Twow indique une capacité de franchissement de route inclinée à 15 degrés... tout en ajoutant que l'Eco Confort Plus est un modèle idéal pour les utilisateurs pesant moins de 70 kg. Nous sommes au plus lourd et pourtant la bête avance. Quoi qu'il en soit, les 25 km/h correspondent à la vitesse max, même en descente. La bride électronique empêche d'aller bien plus vite.

Dommage, car la tenue de route est bonne notamment grâce aux amortisseurs avant et arrière qui contribuent à gommer les irrégularités de la route. Une monture agréable donc qui offre par ailleurs de quoi voir venir avant la panne sèche puisque nous estimons son autonomie à environ 20 km, sur un trajet essentiellement plat et la plupart du temps à pleine vitesse.

Et quelques défauts


La Eco Plus Confort souffre en revanche des mêmes critiques que la Monster à savoir un klaxon électronique peu puissant. Osons le dire, ce « bip bip » est quelque peu ridicule dans un flux de circulation ou derrière un bus. Il faut donc redoubler de vigilance, voire même tripler pour parer à tous les dangers, car, comme la Monster, l'Eco Plus Confort utilise un système de frein électromagnétique... mais pas assez efficace. Selon nous, il est même encore moins puissant que sur son aîné et il devient alors plus récurrent d'utiliser le frein à pied, provoquant l'usure du pneu arrière.

Enfin, signalons que nous avons reçu pour la version fuchsia de cette trottinette qui ne devrait assez facilement trouver son public tant elle apporte un peu couleur sur un marché où la couleur noire domine.

Retour au menu

7. E-Road Lytrot V3, une excellente alternative à la Xiaomi


E-Road Lytrot V3



Les plus
+ La tenue de route
+ Les nombreux éclairages
+ Le large écran de contrôle
+ Le rapport qualité/prix
Les moins
- Le faible bruit du klaxon
- Le mécanisme de pliage un peu récalcitrant

Sur le marché des trottinettes électriques, il n'est pas rare de trouver deux modèles qui se ressemblent... beaucoup. Et dans le cas présent, impossible de ne pas remarquer des similitudes entre cette Lytrot V3 et l'Eco Plus Confort ou la Monster de E-Twow.

Facile à transporter


Le mécanisme et la cinématique pour plier et déplier les trottinettes sont sensiblement les mêmes. C'est toutefois plus et donc moins pratique à activer sur l'E-Road que sur l'E-Twow. Les gâchettes de l'accélérateur et du frein sont les mêmes tout comme la colonne du guidon ou encore le mécanisme pour rabattre les poignées. Pourtant en y regardant de plus près, si les modèles E-Twow soignent un peu plus leurs finitions (l'assemblage et les caches sont de meilleure qualité), l'E-Road à d'autres atouts qui savent faire la différence. À commencer par son prix de 399 euros (initialement affiché à 349 euros) qui la positionne non seulement comme une rivale sérieuse des produits E-Twow, mais surtout comme une excellente alternative à la M365 de Xiaomi.

Une trottinette polyvalente


Du côté de l'agrément de conduite, la Lytrot se comporte sensiblement comme l'Eco Plus Confort. Son moteur de 350 watts (36 volts) offre une puissance somme toute relative, mais il est néanmoins volontaire. Peut-être même un rien plus dynamique que celui de l'Eco Plus Confort. Quoi qu'il en soit, les trajets avec peu de pentes sont réalisés sans trop de peine en vitesse de croisière, à 25 km/h. C'est au premier rond-point qu'on ressent que e-Road a réglé son freinage électro magnétique de façon à ce qu'il soit plus puissant que celui d'E-Twow.

Un bon point donc auquel s'ajoute le constat d'un confort et une tenue de route encore meilleure. La Lytrot intègre elle aussi deux amortisseurs (un à l'avant et un l'arrière), mais le fait que les pneus soient perforés amortit encore un peu plus les secousses - ajoutons qu'il n'y a par ailleurs aucun risque de crevaison. La tenue de route est bonne et le régulateur de vitesse qui s'active sitôt qu'on garde appuyé plusieurs secondes l'accélérateur apporte une touche de confort en plus. On apprécie aussi le large écran, même s'il ne permet pas d'obtenir un guidon aussi compact (20 cm env.) que celui des e-Twow une fois les poignées repliées.

Qui se veut aussi rassurante


Pour contribuer au mieux votre sécurité - et peut-être aussi pour apporter une touche de geekerie -, le constructeur a intégré de nombreux éclairages à Lytrot V3. C'est d'ailleurs ce qui la distingue de la V2. On trouve à l'avant un large phare LED, une petite lumière sur le garde-boue arrière, des lumières rouges au niveau du deck, mais aussi des embouts de guidon lumineux. Ces derniers fonctionnent sur piles et s'activent indépendamment des autres éclairages grâce à de petits boutons.

Enfin, il est à noter que, dans le cadre de notre dossier, nous avons eu accès en avant-première à cette Lytrot V3. Ce qui explique, vous l'aurez peut-être remarqué, l'absence de bande antidérapante sur notre modèle de test car son dessin était encore en phase de finalisation. La Lytrot V3 sera disponible au mois de mai, notamment dans la boutique parisienne e-Road qui nous a prêté ce modèle pour test.

Retour au menu

8. Weebot Omaha, prête à tout affronter


Weebot Omaha



Les plus
+ La puissance
+ Les clignotants intégrés
+ La tenue de route
Les moins
- Le poids
- La goupille un peu dure pour le pliage

Voilà une autre trottinette électrique très sérieuse. La Weebot Omaha 10 pouces, distribuée par le magasin Weebot (qui nous a d'ailleurs envoyé le produit pour test), fait partie de ces modèles conçus pour les grands rouleurs qui devront affronter des routes pas toujours très bien entretenues ou avec du relie. Equipée en conséquence, elle devient vite un compagnon de route très agréable au quotidien, sous certaines conditions toutefois.

Un modèle costaud...


Evacuons d'entrée de jeu la critique, ou en tout cas la spécificité de la Omaha : à l'image de la Z1000 de Smolt and Co, cette trottinette est imposante. Dépliée, elle mesure 110 x 56 x 120 cm (110 x 26 x 38 cm lorsqu'elle est pliée) et pèse 24 kg ! Voilà qui ne permet pas vraiment d'envisager de porter l'engin à bout de bras trop souvent. Cet embonpoint la Omaha le doit à son équipement très complet. Double amortisseur à l'avant et à l'arrière, freins à disque, structure solide (poids max supporté : 150 kg), grosses roues 10 pouces (gonflables) et une puissante batterie 52V / 26 Ah logée dans le deck. C'est sans doute là l'un des principaux points forts de ce modèle dont l'autonomie pourrait atteindre 70 km... dans son mode le plus lent. Plutôt bien portant, nous l'avons surtout utilisé en mode 3 sous lequel le moteur 600 watts intégré à la roue arrière nous pousse jusqu'à 45 km/h sans difficulté. C'est avec prudence, sur une chaussée en bon état et bien dégagée qu'on ose en profiter encore un peu, tant que ces engins ne sont pas bridés. Et lorsqu'ils le seront, on prendra alors plaisir à l'utiliser pour le couple disponible qui permet de s'affranchir des pénibles lenteurs sur les routes en montées. Sous ce mode, l'autonomie moyenne devrait être, en fonction du poids de l'utilisateur et du relief, d'environ 40 km. De quoi voir venir.

... Vraiment bien équipée


Du côté des accessoires, rien ne manque : phare à l'avant, éclairage rouge et feux de stop à l'arrière... la Omaha dispose même de clignotants. Tout comme sur un scooter, ceux-ci s'activent par des boutons à gauche du guidon. Un signal sonore vous indique quand ceux-ci sont activés. Le hic c'est qu'ils sont placés dans le deck, à l'arrière et donc pas forcément très visibles. Si un automobiliste vous suit de trop près, il ne les verra pas. En revanche, d'un peu plus loin il devrait être informé de vos intentions s'il porte un peu d'attention à votre cas. Quoi qu'il en soit, l'ajout d'un tel accessoire reste une bonne chose, d'autant que nuit ils deviennent cette fois-ci plus visibles. Le klaxon électronique est lui en revanche plutôt timide.

Notons aussi que si le mécanisme pour plier la trottinette s'est avéré un peu rude, nous lui reconnaissons un énorme avantage : la structure permet de passer très facilement une chaine (par exemple) et ainsi attacher la trottinette à un endroit sécurisé. C'est sûr, la Weebot Omaha rejoint la Z1000 parmi les produits les plus polyvalents de cette sélection, mais les plus chers aussi avec un tarif de 1290 euros. Sans doute le prix à payer pour rouler avec un tel niveau de sécurité et maximum de plaisir.

Qui se veut aussi rassurante


Pour contribuer au mieux votre sécurité - et peut-être aussi pour apporter une touche de geekerie -, le constructeur a intégré de nombreux éclairages à Lytrot V3. C'est d'ailleurs ce qui la distingue de la V2. On trouve à l'avant un large phare LED, une petite lumière sur le garde-boue arrière, des lumières rouges au niveau du deck, mais aussi des embouts de guidon lumineux. Ces derniers fonctionnent sur piles et s'activent indépendamment des autres éclairages grâce à de petits boutons.

Enfin, il est à noter que, dans le cadre de notre dossier, nous avons eu accès en avant-première à cette Lytrot V3. Ce qui explique, vous l'aurez peut-être remarqué, l'absence de bande antidérapante sur notre modèle de test car son dessin était encore en phase de finalisation. La Lytrot V3 sera disponible au mois de mai, notamment dans la boutique parisienne e-Road qui nous a prêté ce modèle pour test.

Retour au menu

9. Inokim Light, un milieu de gamme un peu cher


Inokim Light



Les plus
+ Le poids de 12,5 kg
+ La sensation de glisse
+ L'accès facile à la prise de charge
Les moins
- L'autonomie un peu faible
- Quid de la durée de vie des poignées
- Le rapport équipement/prix peu satisfaisant

Inokim fait aussi partie des marques incontournables sur le marché des trottinettes électriques. La Light 1 est, comme son nom l'indique, une version aux performances assez modestes. Selon le revendeur de la boutique parisienne Gyroroue Shop qui nous a mis cette trottinette à disposition pour test (et qu'on remercie), cette light serait le juste compromis entre puissance et autonomie avec la promesse d'un très bon confort de glisse.

Pour les petites balades


Le moteur développe une puissance de 250 watts (36 volts) qui ne fera pas d'étincelle sur la route. Pour autant, la vitesse maximale s'atteint confortablement sur le plat et, bonne nouvelle, elle est ici comprise entre 27 et 30 km/h (avec notre gabarit). Naturellement, cela se gâte lorsqu'il est question de gravir de légères pentes, ce qui, pour un modèle à près de 1000 euros, devient difficile à justifier. Un moteur plus puissant aurait clairement été le bienvenu. Heureusement, la trottinette elle-même n'est pas très lourde (12,5 kg) et le moteur ne s'en porte que mieux sur le plat. C'est aussi un avantage de taille pour porter la chose à bout de bras. Reste que l'autonomie que nous estimons à environ 20 km n'est pas non plus à la hauteur de son prix. Signalons en revanche que sa prise de charge est intégrée sur le dessus du deck. Elle est certes ainsi exposée à la pluie si vous ne pensez à remettre son cache, tout comme celles installées sur le côté des trottinettes, mais elle est surtout beaucoup plus simple d'accès.

Un bon confort de glisse


La Light 1 est la seule de ce dossier à utiliser un guidon légèrement incurvé. L'intérêt est discutable, mais c'est original et plutôt bénéfique au design. En revanche, c'est aussi l'une des seules à ne disposer d'aucun amortisseur. Là encore à ce niveau de prix, c'est dommage. Regrettable même, sauf que le confort de glisse reste somme toute assez bon. Le châssis et les roues gonflables de 8,5 pouces se chargent de rendre la glisse assez confortable. Le deck est par ailleurs assez large pour positionner ses pieds presque l'un à côté de l'autre.

En retrait sur la qualité des équipements


Finissons sur l'équipement. On apprécie les emplacements bien visibles des éclairages, la qualité du frein à tambour (même si, là encore, un frein à disque aurait justifié le prix élevé), mais on reste plus dubitatif sur la durée de vie des poignées. Ces dernières ressemblent un peu à de la mousse et, sur notre modèle de test qui a certes bien vécu, elles tournaient déjà autour du guidon... Enfin, le compteur est aussi discret que minimaliste, même s'il est rétroéclairé lorsqu'on allume les phares.

Retour au menu

10. Speedway mini 4 Pro : rapide et endurante, mais...


SpeedWay mini 4 Pro



Les plus
+ La largeur du deck
+ L'autonomie
+ La robustesse
Les moins
- L'absence d'éclairage en hauteur
- L'absence de klaxon

La Speedway Mini 4 Pro du constructeur Coréen Minimotors n'est pas, malgré son appellation de « mini », une trottinette électrique très compacte. Bien au contraire. L'engin pèse 17 kg et mesure 102 x 18 x 33 lorsqu'elle est pliée. Autant dire que même dans cette position, la chose n'est pas plus facile à ranger ou transporter. Précisons alors que la hauteur maximale du guidon est de 115 cm par rapport au sol et 1 mètre par rapport au deck. Rien à signaler donc pour notre taille de 1,75 m.

Jusqu'à 40 km/h en pointe 40 km d'autonomie


Le moteur de 500 Watt logé dans la roue arrière s'est montré dynamique pendant nos tests. Différents modes de conduite sont possibles et le plus puissant d'entre permet de dépasser de peu les 40 km/h comme nous l'indique l'écran lumineux situé sur le côté droit du guidon. Une vitesse dont on s'accommode très bien - tout en restant très prudent - si la chaussée est en bon état et la route dégagée. Il est d'ailleurs à noter que le mécanisme de freinage à tambour nous a lui aussi surpris par son efficacité. Outre cette vitesse de pointe grisante, la puissance disponible permet surtout d'affronter tous les types de routes sans se voir limiter à une vitesse d'escargot. Et si le proverbe dit « qui veut voyager loin ménage sa monture », il ne s'applique pas spécialement ici à cette Mini 4 Pro dont la grosse batterie (48V 16 Ah) nous a permis de rouler environ 40 km, la plupart du temps gâchette à fond.... Mais essentiellement sur plat. La promesse du constructeur est donc respectée sur ce point.

Peu mieux faire sur les accessoires


Le sujet qui fâche sur cette trottinette Minimotors, c'est l'équipement. Certes la bête est robuste et agréable à rouler, mais on nous lui trouvons des défauts d'importance. D'abord du côté des éclairages. En effet, à l'arrière les deux lumières rouges signalant notre présence sont intégrées sous le deck. Certes les automobilistes vous verront au loin, mais nous aurions apprécié qu'un autre feu soit intégré dans le garde-boue en position plus haute. Ce dernier ne dispose que d'un réflecteur. À l'avant, là encore, deux lumières blanches sont au niveau des pieds. Une bonne idée puisque cela permet d'éclairer un peu la route devant soi. Sauf que le constructeur n'en a pas ajouté sur le guidon. Les autres usagers de la route ne vous verront pas toujours arriver. Ni ne vous entendrons d'ailleurs, car on ne trouve aucune sonnette ni klaxon sur cette Mini 4 Pro. C'est vraiment dommage, pour un tel produit vendu près de 1000 euros... aussi endurant et puissant soit-il.

Retour au menu

Notre processus de sélection des produits


Nous réalisons chaque comparatif avec la même minutie et la même méthodologie. Nous passons 4 à 5 heures à analyser les caractéristiques et avis des produits disponibles en France.

À la suite de cela, nous sommes en possession d'une liste d'une quinzaine de produits et nous les testons tous.

Les produits ayant un atout à faire valoir sont ainsi présentés dans ce comparatif.
Modifié le 06/07/2019 à 18h55
Cet article vous a été utile ?
15 réponses
0 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Sommée de cesser de diffuser les chaines d'Altice, Free opérerait la coupure dès vendredi
Les poids-lourds électriques eCascadia de Daimler prêts à prendre la route
Des scientifiques ont découvert le plus grand trou noir jamais observé à ce jour
Déjà plus de 45 000 précommandes pour la Mini Cooper SE électrique
La PS5 et la Scarlett pourraient offrir des graphismes photoréalistes selon le boss de Take-Two
Piratées, les enceintes connectées pourraient être une menace pour leurs utilisateurs
L'Angleterre envisage l'interdiction du smartphone en volant, même en main libre
L'Audi e-tron devient la voiture électrique la plus sûre du monde
Une étude montre que les cyclistes
Un restaurant de burgers cuisinés par des robots ? Une start-up l’a fait

Pourquoi nous faire confiance ?

Pour vous, Clubic sélectionne puis teste des centaines de produits afin de répondre aux usages les plus courants. De la qualité pour tous et à tous les prix, voilà notre objectif ! En savoir plus

scroll top