Les trottinettes électriques, plus polluantes que les transports en commun

12 août 2019 à 13h37
0
Dott Trottinettes
Crédit : Shutterstock

En prenant en compte le cycle global et l'entretien des services de trottinettes électriques, leur pollution est légèrement moindre qu'une voiture, mais bien pire que le bus, le train ou le métro.

Les trottinettes électriques n'existaient quasiment pas il y a quelques années à Paris. Elles sont désormais à tous les coins de rue, et cela se constate dans de nombreuses grandes villes européennes et américaines. Cependant, elles n'auraient rien de vertueux du point de vue environnemental et seraient même sur la liste noire des modes de transport.

La trottinette 42 fois pire que le métro !

C'est le bilan de l'étude concoctée par Joseph Hollingsworth, Brenna Copeland et Jeremiah X. Johnson. Publiée sur IOP Science, elle estime les émissions de CO2 à 125,5 g/km (202 g/mile dans la publication originale) pour une trottinette électrique. Précisons que cela est calculé dans le cadre d'un libre-service type Lime, Bird ou Dott, et non d'un achat personnel. Les matériaux nécessaires et la production ne représenteraient que la moitié de la pollution, contre 43 % pour la collecte et redistribution des machines.

Attention cependant, les données sont basées sur une production en Chine et une utilisation via le service Bird aux États-Unis. Aussi, l'électricité ne représente que 4,7 % des émissions. Donc même avec un mix énergétique français (comparé à celui de Caroline du Nord incluant 52 % de gaz et charbon), le constat serait similaire.

La trottinette est ainsi l'un des modes de transport les plus polluants. Par comparaison, un trajet d'un kilomètre avec une voiture neuve, achetée en 2019, émet en moyenne 132 gCO2/km, selon la CCFA (243 gCO2/km pour une voiture moyenne en circulation) soit un cycle global d'environ 160 g/km. C'est pire en comparaison des transports en commun. Un bus diesel francilien revendique 93,5 gCO2/km par passager selon la SNCF, un TER 29 g/km, un Transilien 5,4 g/km, un métro ou un tramway environ 3 g/km.


Une empreinte améliorable

L'étude est toutefois optimiste. Elle préconise trois solutions afin de réduire l'impact carbone des trottinettes. L'utilisation de voitures électriques, d'une part, pourrait baisser le taux à 110 g/km, tandis que « limiter la collecte aux trottinettes à batterie déchargée » améliorerait les chiffres à 102 gCO2/km. En combinant optimisation de la collecte, redistribution et durée de vie supérieure à deux ans, le rapport indique de possibles émissions de 88 gCO2/km.

Malgré ces efforts, ce mode de transport en vogue resterait néfaste par rapport aux autres transports en communs. Remplacer la voiture par une trottinette en libre-service serait la seule option véritablement légitime, mais dérisoire vis-à-vis du métro, voire du vélo (même à assistance électrique, autour de 25 gCO2/km) ou de la marche.


Enfin, nous ne parlons ici que de CO2. Ne sont pas comparées les autres pollutions, dont celles spécifiques à l'automobile (particules fines, NOx, etc.) ou aux trottinettes (terres rares, acidification des sols...).

Source : IOP Science
52 réponses
35 utilisateurs
Suivre la discussion

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture neuves : l’entourloupe de la fausse baisse des émissions de CO2
Fini le réseau cuivré, Orange veut passer au 100 % fibre à partir de 2023
D'après Porsche, sa Taycan électrique lui attirerait les clients de Tesla
Radars tronçons : le ministère de l'Intérieur mis en demeure par la CNIL
La Banque de France va tester une monnaie numérique nationale en 2020
Certains MacBook Pro récents s'éteignent
Cyberharcèlement, usurpation d'identité : une Française vivant aux USA condamnée à de la prison
Grève du 5 décembre : les meilleures applications mobiles pour contourner les perturbations
L'arrivée du « premier contraceptif masculin » en 2020 ?
BMW profite de la sortie de son SUV pour montrer à Tesla ce qu'est un véhicule blindé

Notre charte communautaire

1. Participez aux discussions

Nous encourageons chacun à exprimer ses idées sur les sujets qui l'intéressent, et à faire profiter l'ensemble de la communauté de son expertise sur un sujet particulier.

2. Partagez vos connaissances

Que vous soyez expert ou amateur passionné, partagez vos connaissances aux autres membres de la communauté pour enrichir le niveau d'expertise des articles.

3. Échangez vos idées

Donnez votre opinion en étayant votre propos et soyez ouverts aux idées des autres membres de la communauté, même si elles sont radicalement différentes des vôtres.

4. Faites preuve de tolérance

Qu'il s'agisse de rédacteurs professionnels ou amateurs, de lecteurs experts ou passionnés, vous devez faire preuve de tolérance et vous placer dans une démarche d'entraide.

5. Restez courtois

Particulièrement lorsque vous exprimez votre désaccord, critiquez les idées, pas les personnes. Évitez à tout prix les insultes, les attaques et autres jugements sur la forme des messages.

6. Publiez des messages utiles

Chaque participation a vocation à enrichir la discussion, aussi les partages d'humeurs personnelles ne doivent pas venir gêner le fil des échanges.

7. Soignez votre écriture

Utilisez la ponctuation, prohibez le langage SMS et les majuscules, relisez-vous afin de corriger un peu les fautes de frappe et de français : trop de fautes n’engagent ni à lire le message, ni à répondre à une question.

8. Respectez le cadre légal

Ne publiez pas de contenus irrespectueux, racistes, homophobes, obscènes ou faisant l'apologie de courants radicaux, qu'ils soient politiques ou religieux. N'utilisez pas plusieurs comptes utilisateurs.

9. Ne faites pas de promotion

Ne profitez pas d'une discussion pour faire la publicité d'un produit, d'un service ou même de votre site web personnel.

10. Ne plagiez pas

Exprimez uniquement vos opinions ou partagez des idées en citant vos sources.

scroll top