Le gouvernement français va investir dans le développement de la nanoélectronique

le 18 mars 2019
 0
puce

La France va se donner les moyens de devenir un acteur important de la nanoélectronique. En effet, Bruno Le Maire a annoncé un plan d'investissement de 5 milliards d'euros sur cinq ans dans ce secteur, dont une partie viendra de fonds publics.

La nanoélectronique occupe une place centrale dans le paysage actuel de l'industrie technologique. Elle produit en effet des composants indispensables au fonctionnement de nombreux équipements, tels que les smartphones, les ordinateurs ou les voitures. Et la France entend jouer un rôle important sur ce marché.

Près d'un milliard d'euros investis par l'État


À cet effet, vendredi dernier, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire a présenté un plan d'investissement d'envergure dans le secteur de la nanoélectronique. Baptisé « Nano 2022 », il prévoit l'apport de 5 milliards d'euros sur cinq ans, dont 4 milliards de fonds privés. Sur le milliard restant, l'État français participera à hauteur de 896 millions d'euros. Le complément sera fourni par les collectivités territoriales et l'Union européenne.

Cet argent permettra de soutenir l'activité de plusieurs entreprises œuvrant dans ce secteur. C'est notamment le cas de STMicroelectronics et de Soitec, qui fabriquent des matériaux semi-conducteurs, notamment à base de silicium.

Mais les investissements serviront également à la recherche sur les nanotechnologies. Ils financeront notamment des travaux du LETI (Laboratoire d'électronique et de technologie de l'information), une division du CEA consacrée à cette branche.

4 000 emplois à la clé


Le plan Nano 2022 s'inscrit dans une initiative européenne plus large, nommée PIIEC (Projet Important d'Intérêt Européen Commun). Il rassemble plus d'une centaine d'acteurs, dont de grandes entreprises telles que Thales, Valeo ou Renault.

Par ailleurs, d'après le ministère de l'Économie, les fonds vont favoriser le maintien ou la création de 4 000 emplois et doivent permettre de faire valoir l'excellence française en nanoélectronique, face aux acteurs majeurs venus des États-Unis et de Chine.

Source : Le Figaro

Cet article vous a intéressé ?
Abonnez-vous à la newsletter et recevez chaque jour, le meilleur de l’actu high-tech et du numérique.

Dernières actualités

Les iPhone 2020 seraient pourvus de modems 5G provenant de chez Qualcomm... et Samsung
#Rediff | Comparatif 2019 : quelles sont les meilleures enceintes pour PC ?
Le Sri Lanka bloque les principaux réseaux sociaux après la vague d'attentats
GTX 1650 : sortie le 24 avril à partir de 150€
Galaxy Fold : Samsung retarde officiellement la sortie de l'appareil, voici pourquoi
Les moules de l’iPhone XI confirment la présence d’un trio d’APN disposé en triangle
Bose annonce la compatibilité de trois de ses enceintes avec AirPlay 2
Pour le patron de Toyota, aucun constructeur ne rentabilise ses véhicules électriques
Quand le machine learning permet de donner un sérieux coup de jeune à de vieux jeux vidéo
Après le meurtre d'une étudiante, Uber et Lyft renforcent leurs mesures de sécurité
Projet BlackHoles@Home : prêtez la puissance de calcul de votre ordinateur à la science
Dans son rapport 2018, l'ANSSI fait état d'une cybermenace plus forte que jamais en France
Un fossile de bébé Tyrannosaure en vente sur eBay, pour 2,95 millions de dollars
Test AKG Y500 : tout le son AKG dans un casque supra-aural élégant
Pourquoi YouTube a-t-il tant de mal à modérer ses contenus ? La CEO répond à la question
scroll top