Utiliser le graphène pour la nanoélectronique, une équipe danoise ouvre la voie

24 février 2019 à 10h02
3
Graphène

Des chercheurs danois ont réussi à tailler le graphène à une échelle nanométrique, tout en conservant ses propriétés électriques. Cette avancée pourrait permettre de faciliter la production de composants électroniques reposant sur ce matériau aux caractéristiques uniques.

Avec ses propriétés étonnantes, le graphène est parfois considéré comme un « matériau miracle ». Solide, flexible, léger, mais également bon conducteur, il possède toutes les qualités pour devenir incontournable.

Des propriétés facilement perturbées

Le problème, c'est que les caractéristiques si particulières du matériau résistent généralement mal à un travail sur sa structure. Une étape malheureusement obligatoire pour créer différents types de composants, à commencer par du matériel électronique.

Jusqu'à présent, à chaque fois que des scientifiques ont essayé de modifier le graphène pour contrôler ses propriétés, par exemple en y perçant de petits trous, le résultat s'est avéré décevant. Inlassablement, le composant ainsi obtenu éprouvait des difficultés à conduire convenablement le courant électrique.

Un travail nanoscopique

Mais des chercheurs en physique de l'université technique du Danemark ont mis au point une nouvelle méthode pour travailler le graphène. Ils ont commencé par l'enfermer dans un matériau isolant bidimensionnel, le nitrure de bore hexagonal. Puis ils ont eu recours à la technique dite de lithographie à faisceau d'électrons. Celle-ci leur a permis d'incorporer un réseau dense de minuscules trous dans les deux couches de matériaux. Des trous d'un diamètre d'environ 20 nanomètres et séparés entre eux d'une distance de 12 nanomètres.

De cette façon, le graphène a conservé l'ensemble de ses caractéristiques, y compris ses propriétés électroniques quantiques. Il était alors capable de conduire 1 000 fois plus de courant électrique que d'autres structures de taille similaire, précédemment conçues à partir de ce matériau.

Une découverte qui ouvre donc (enfin) la voie à une nanoélectronique efficace à base de graphène.

Source : ScienceDaily
Soyez toujours courtois dans vos commentaires.
Respectez le réglement de la communauté.
3
0
jedi1973
Vous parlez pas aussi du probleme de l’humidité qui attenue la conductivité du graphene… Ce que je m’etonne, cette technologie existe, deja on a des batteries au graphene ( certe un peu plus chere) en vente et pourtant, on est loin de la revolution technologique annoncé ( aucun telephone annoncé avec batterie au graphene) … Pourquoi ?
oeildefeu
Le problème de l’humidité dans l’autre news ne concerne pas ses propriétés de conduction mais lubrifiante (mais faut lire l’article pour le voir)<br /> Pour le pourquoi ==&gt; le prix, le fait qu’entre une annonce de ce qui se passe dans un labo à l’échelle labo est parfois non transposable à l’échelle industrielle… etc. etc. bref ce qui se passe dans un labo doit encore franchir pas mal d’obstacles avant d’atterrir dans un produit grand public !<br /> ET aussi la concurrence, si un autre groupe trouve une solution plus simple qui amène les mêmes perfs, elle sera privilégiée!
Nmut
Tout à fait. Sans compter que la révolution de labo arrive sur le marché plusieurs années après l’annonce et que les technos plus standards ont aussi bénéficié de recherches et progressé =&gt; souvent l’innovation n’est plus disruptive (comme les lipos dopées au graphène) et passe relativement inaperçue, au pire elle est inutile.
Voir tous les messages sur le forum

Actualités du moment

🔥 RED by SFR, SOSH, Free Mobile, B&YOU : 4 bons plans forfaits à 10€ et moins
Uber corrige un bug qui exposait les informations confidentielles de ses utilisateurs
Airbnb s'associe avec les maires ruraux de France pour développer le tourisme en campagne
Apple va lancer sa carte de crédit en partenariat avec Goldman Sachs
Huawei : suivez la conférence en direct depuis le MWC
Xiaomi : suivez la conférence en direct depuis le MWC
Facebook, les mots de passe dans la blockchain, Mark Zuckerberg s'y intéresse
Varjo : une réalité virtuelle Retina plus réaliste... à partir de 6 000 euros
Windows Lite, nom de code : Santorini
La 5G ne lui suffit pas, Donald Trump veut (déjà) passer à la 6G
Haut de page