Luca de Meo, ex-PDG de Seat, nommé Directeur Général du groupe Renault

28 janvier 2020 à 18h37
0
LucadeMeo.jpg
Luca de Meo (© Seat)

Le dirigeant italien devra attendre quelques mois avant de prendre officiellement ses fonctions au sein du groupe français, la faute à une clause de non-concurrence.

Débarquer à la tête de Renault se révèle être un pari osé pour tout dirigeant. L'entreprise est en crise depuis plusieurs années et vient d'opérer un nouveau changement de direction. Thierry Bolloré, le cousin lointain de Vincent, aura manié la barque du constructeur automobile français durant moins d'un an. Clotilde Delbos, Directrice Générale par intérim, va donc laisser sa place d'ici quelques mois au tout nouveau Directeur Général de l'entreprise, Luca de Meo, arrivé de chez Seat, dont il était le PDG depuis novembre 2015.

Luca de Meo, l'homme qui a offert le succès à Seat

Luca de Meo arrive en conquérant, mais pas en terrain conquis. Pressenti à la direction de Renault depuis maintenant plusieurs semaines, l'Italien francophone arrive du côté de Boulogne-Billancourt en ayant conduit Seat vers les sommets.


En 2019, le constructeur espagnol, filiale du géant Volkswagen, a vendu plus de 574 000 véhicules, porté par ses SUV Ateca et Arona. Au passage, il s'agit d'un record pour la firme catalane, le deuxième en deux ans. Luca de Meo, évidemment pas étranger à cette embellie, a reçu à ce titre la médaille d'honneur de l'entrepreneur de l'année. A star is born.

En prenant la tête de Renault, Luca de Meo deviendra, fait intéressant, le premier étranger à diriger le constructeur, et ce, en 120 ans d'existence. Notons que Carlos Ghosn, lui, fut naturalisé français avant de prendre la direction du groupe, en 2005.

Bien des chantiers attendent le nouvel homme fort de Renault

Milanais de naissance, Luca de Meo, 52 ans, aura en tout cas de lourdes missions à mener à bien. Renault est à la recherche d'un nouveau souffle après l'affaire Carlos Ghosn, la fuite des cerveaux vers PSA et le manque d'inspiration dans ses projets. La marque voit ses ventes et ses profits chuter et des questions se posent autour de l'alliance avec Nissan et Mitsubishi, présidée par Jean-Dominique Senard.


Le dirigeant italien, « qui n'a rien d'un dictateur mais a énormément d'éducation » selon un collaborateur de Seat, est décrit comme un personnage ayant « un côté charmeur, artiste » et travaillant de façon « quasi-scientifique ». Il devra tout de même attendre avant de prendre officiellement ses fonctions, puisqu'il doit honorer une clause de non-concurrence imposée par Volkswagen, et qui reporte son arrivée définitive à la tête de Renault au 1er juillet 2020.

Source : Le Figaro
Modifié le 29/01/2020 à 08h57
5
6
Partager l'article :
Voir tous les messages sur le forum

Les actualités récentes les plus commentées

Voiture électrique : combien coûte la recharge à domicile ? (MàJ Juillet 2020)
L’ONU tire le signal d’alarme sur la production massive de batteries de voitures électriques
Emmanuel Macron débarque sur... TikTok, pour féliciter les lauréats du bac 2020
En réponse à des accusations de harcèlement des têtes tombent chez Ubisoft
Tesla : le niveau 5 d'autonomie des véhicules, le plus élevé, serait bientôt atteint, d'après Elon Musk
L'administration Trump va bientôt se passer des entreprises qui utilisent des appareils Huawei
Démarchage téléphonique : le parlement donne son feu vert contre les appels abusifs... ce qu'il faut retenir
Bosch dévoile son vélo concept électrique et tout suspendu
L'Union européenne mise sur le développement d'un hydrogène propre
YouTube : préparez-vous à voir davantage de publicités
scroll top